Beaucoup de bruit pour rien…

Je pensais vraiment qu’au Québec, on était les champions dans la couverture médiatique d’événements météorologiques… Je viens de réaliser que la Californie nous bat à plate couture!

Oui il pleut depuis lundi, parfois fort, menaçant certaines maisons près des montagnes chauves, brûlées l’été dernier. Des évacuations obligatoires sont encore en vigueur dans certains secteurs. Plusieurs endroits dans la grande région métropolitaine de Los Angeles ont été inondés. On a même eu droit à une tornade hier dans le sud de Los Angeles.

Mais tout ça a monté en épingle, grossis par le microscope des médias. Depuis quatre jours, chaque fois que j’ouvre la télévision ou que je regarde les journaux sur le web, on parle de cette série de tempêtes.

La troisième (sur quatre) et la plus forte de ces tempêtes vient de nous toucher. Un mur de pluie tombait continuellement pendant plus d’une heure. C’était comme regarder une chute tomber lorsqu’on est derrière. Je comprends que nous sommes dans un coin de pays où il ne pleut que 10 jours par année, mais vraiment c’est beaucoup trop de bruit pour rien.

Si cette tempête avait apporté, comme prévu, des glissements de terrain importants, emportant maisons et routes, ou si les pertes de courant se généralisaient dans la région de Los Angeles, là il faudrait en parler. Mais d’ici là, j’ai l’impression d’être en attente d’une catastrophe. Et les médias sont les premiers à vouloir nous tenir en alerte jusqu’à ce que le pire arrive, ou n’arrive pas.

Est-ce que les médias sont rendus à vouloir parler d’un événement avant qu’il n’arrive, question d’être les premiers à en parler au cas où ça arriverait pour vrai?

J’aurais aimé entendre parler que l’eau en Californie est une ressource tellement importante qu’il faut garder. Que la pluie qui tombe présentement est un cadeau du ciel pour permettre à la Californie d’arroser ses beaux aménagements paysagers et ses nombreux terrains de golf pendant l’été. Que ça remplira les réservoirs d’eau potable qui se vident à un rythme de plus en plus rapide.

En couvrant chaque petite tempête comme un événement majeur et catastrophique (en Californie comme au Québec), j’ai l’impression qu’on oublie l’histoire de Pierre et le loup… Si on crie au loup trop souvent, plus personne ne croira lorsque le loup viendra. Ainsi, si les médias continuent à couvrir les événements en grossissant les conséquences avant même qu’elles n’arrivent, les médias perdront chaque fois un peu de crédibilité. Lorsqu’il y aura une vrai catastrophe, les médias n’auront plus la crédibilité d’alerter la population et de les mettre en garde avant que le pire n’arrive.

Et après les journalistes se plaignent que leur réputation est aussi bonne que celle d’un vendeur de voitures usagées…

San Francisco: ville européenne de Californie

Nous y sommes allés deux fois dans la dernière année. À ces deux reprises, j’ai senti l’âme de cette ville vibrante et énergisante. Souvent cachée derrière son foulard de brouillard, l’imprévisible San Francisco offre le dynamisme de la grande ville et la proximité pour visiter à pied – une rareté en Californie.

Notre première visite à San Francisco, c’était en juillet. Un forfait-vacances avec Southwest Airlines nous a permis de profiter d’un vol aller-retour entre Burbank et San Francisco et d’un hôtel de la chaîne Joie de Vivre dans un secteur en gentrification de San Francisco. C’est que l’hôtel Carlton est à la limite entre deux quartiers (Nob Hill et Tenderloin), près de la station de tramway Union Square – la Mecque du magasinage – mais à quelques pâtés de maisons c’est Tenderloin, le Hochelaga-Maisonneuve de San Francisco. Pour l’emplacement, c’était parfait, mais disons que pour marcher tard le soir, il fallait emprunter les routes achalandées.

Voici quelques photos de nos deux voyages dans l’une des plus belles villes de Californie:

Union Square est l'une des stations-terminus où le tramway tourne sur une plaque de bois pour changer de direction.
Pour explorer au-delà des sentiers battus, nous avons loué une bicyclette pour traverser le Golden Gate Bridge. Nous sommes allés explorer Sausalito et Tiburon, deux petites villes de l'autre côté de la baie. Une belle ballade qui nous a valu des douleurs au popotin pour le lendemain.
Lors de cette journée de vélo, nous avons parcouru 23 km en vélo.
À l'intérieur de la prison d'Alcatraz, les cellules s'alignent. Une visite éducative mais aussi troublante. C'est une visite à ne pas manquer lors de votre passage à San Francisco. N'oubliez pas qu'il faut réserver les billets à l'avance.
Un dernier regard vers cette île vraiment fascinante dans la baie de San Francisco, Alcatraz.
Lors de notre visite en juillet, des plaisanciers profitent des quelques heures de soleil avant que le brouillard n'envahissent de nouveau la baie le soir venu.
La route la plus sinueuse d'Amérique... Lombard Street. À notre deuxième visite, on l'a emprunté en voiture... Mais il faut être patient, beaucoup de touristes veulent descendre Lombard Street.
Les tramways sont un moyen de transport très pratique à San Francisco. Si vous êtes en ville pour plus d'une journée, achetez une passe, c'est beaucoup plus avantageux.
Charles, toujours à la recherche de la meilleure photo...
Après deux visites à San Francisco, nous avons pu capter un bout du fameux Golden Gate Bridge. Pas facile de le prendre en photo pendant ces périodes de brouillard qui fait la recommée de San Francisco.
Dans le Conservatory of Flowers, situé dans le Golden Gate Park, on peut voir des fleurs tropicales, comme celles-ci, des fleurs carnivores qui se nourrissent de petits insectes.
Sur le quai 39, dans le Fisherman's Wharf de San Francisco, les otaries sont maîtres. Depuis un tremblement de terre majeur en 1991, les otaries se prélassent au soleil en grand nombre.
Principalement des mâles, les otaries s'agglutinent sur le quai 39 à San Francisco. Ce qui ne fait pas le bonheur des pêcheurs qui les considèrent comme des nuisances à leurs activités commerciales.

Ne cherchez plus les otaries au quai 39. Il semble qu’elles préfèrent les anchoies de l’Oregon maintenant, plus abondantes que dans la baie de San Francisco. C’est une mauvaise nouvelle pour les scientifiques qui tentaient de comprendre pourquoi les otaries avaient élu domicile dans la baie de San Francisco après un séisme. On attribue le mouvement des otaries par un manque de nourriture et le réchauffement de l’eau à cause des changements climatiques. Une autre hypothèse de leur subite envie d’aller voir ailleurs pourrait être l’activité sismique dans la région de San Francisco… Est-ce que le monde est prêt pour un autre important séisme? Pas tout de suite SVP.

Nombreux aujourd’hui!

Que vous êtes nombreux à venir me visiter aujourd’hui!

Hé bien vaut mieux en profiter pour vous inviter à revenir me lire! Je suis journaliste indépendante à Los Angeles parce que j’ai suivi mon mari Charles dans son aventure profesionnelle.

Je travaille principalement comme journaliste en science, société, environnement et santé. Mais comme je suis à Los Angeles, ça m’arrive des fois de jouer le rôle de correspondante à l’étranger pour les médias québécois. J’ai couvert la mort de Michael Jackson qui a suscité tout un émoi ici à Los Angeles, de même que les impressionnants feux de forêt qui ont décimé une des plus grandes forêts qui bordent le bassin de Los Angeles.

Vous aimez ce blogue, profitez-en pour vous inscrire, en haut à droite. Vous recevrez un courriel chaque fois qu’un nouveau billet est publié. Ce blogue comprend chaque semaine un lien vers ma chronique américaine sur MSN.ca et des liens vers les articles que j’écris pour d’autres publications.

Vous y retrouverez aussi des aventures touristiques en Californie et dans le sud-ouest des États-Unis, des réflexions et des tranches de vie d’une jeune femme de 29 ans à l’aventure en Californie.

Au plaisir de lire vos commentaires!

Le clown est triste…

Le clown c’est moi…

J’ai eu beau chialer contre la température pendant les deux semaines de mon séjour en sol québécois, me voilà un peu triste au soleil.

C’est peut-être parce que les deux semaines ont été intenses. Chaque soir était un souper de fête, chaque moment avec la famille et les amis était un moment privilégié.

Dans les derniers jours, j’avais donc hâte de retourner dans mes affaires, de retourner à la maison… et maintenant que j’y suis, je réalise que le Québec me manque. Pas assez pour ne pas apprécier de marcher en sandales et en manches courtes mais assez pour être un peu triste.

Ce qui me manque le plus, je ne le retrouverai jamais en Californie: ma famille, mes amis… vous que j’ai pu voir (et ceux que j’ai manqué aussi) pendant la période des Fêtes.

Vivre à l’étranger, c’est fantastique. Une expérience hors du commun dont je suis très reconnaissante. C’était un rêve depuis que j’étais toute petite. En fait, mon rêve a toujours été de faire la Course Destination Monde… mais l’émission s’est arrêtée au moment où je suis partie un an aux États-Unis pour apprendre l’anglais, parce que j’avais besoin de parler anglais pour faire la course…

Bref, j’ai toujours rêvé d’explorer des nouveaux coins du monde… et je suis privilégiée de pouvoir le faire ainsi aujourd’hui.

La vie d’expatriée que je vous raconte sur ce blogue vous semble peut-être rêvée… mais détrompez-vous! Il y a de ces jours où je m’ennuie du Québec, de mes amis, de ma famille, de ma culture… Je m’ennuie du fromage en crotte et des autres bons fromages québécois, du bon yogourt Méditerrannée, du pain croûté à plein de sorte, de la télévision québécoise, des paysages d’hiver et même de la couverture médiatique surdimensionnée sur la météo… La Californie et son temps magnifique ne remplace pas ces aspects de ma vie.

À quelques jours de mes 29 ans, vous me manquez encore plus!

Mais pour rassurer mon Charles adoré… je suis contente d’être avec toi en Californie. Le mal du pays revient que quelques fois par année… On serait fou de laisser passer l’opportunité de rester une autre année 🙂

Joyeux Noël / Merry Christmas

Ce message sera bilingue!

Parce que vous suivez mes aventures au Golden State depuis près d’un an, parce que vous m’avez appuyé ou défié par vos commentaires, parce que je vous suis reconnaissante de faire partie de mon petit monde californien:

Mes meilleurs voeux à vous et votre famille. Que Noël soit rempli de soleil dans votre coeur, de surprises et d’émerveillement.

Vous suivez ce blogue régulièrement? Profitez des vacances des Fêtes pour vous y abonner. C’est facile, en haut à droite, inscrivez votre courriel. Je vous enverrez un courriel chaque fois qu’une nouvelle aventure de la Californie sera publiée ici. Pour moi, ça serait le plus beau des cadeaux 🙂

Because you follow my every adventure from the Golden State since almost a year now, because your comments made me feel better ou challenged me, because I really appreciate you being part of my small californian world:

My best wishes to you and your family. Hope this Christmas is full of sun in your heart, of surprises and astonishment.

You follow this blog regularly? Take advantage of the holidays to suscribe. It’s easy, top right corner, write your email address. I will send you an email everytime a new adventure from California is published here. It would be the best gift for me.

Au plaisir de lire vos commentaires / I really love to read your comments

Mariève

Les freaks de lumière de Noël

Ils sont partout…

Mais Charles et moi, on a trouvé une talle de voisins gonflables à Moorpark, notre communauté d’accueil en Californie.

Dans ces quartiers bien nantis de la banlieue nord de Los Angeles, certains voisins jouent à la surenchère de décorations de Noël. Mais quand c’est trop, c’est troublant.

Je vous le jure, je ne voudrais pas être le voisin d’un de ces freaks de lumière de Noël. Malgré que ça peut être pratique, pendant un mois, tu n’as pas besoin d’ouvrir les lumières le soir, ton voisin t’éclaire!

Si vous pensez que la chère famille Griswold dans le film Le Sapin a des boules (version française de National Lampoon’s Christmas Vacation – un des films ridicules les plus drôles jamais visionné) exagère dans ses décorations, regardez-bien ce qui suit!

En route vers Santa Monica

J’ai promis à mes abonnés sur Twitter que je les amènerais à la plage en cette veille de première tempête de neige à Montréal…

Je me rends à Santa Monica pour aller souper avec une amie, québécoise, elle aussi expatriée en Californie depuis peu. Laurence est ingénieure et travaille chez Johnson&Johnson près de l’aéroport. On s’est promis une soirée de filles: sushi et vin!

Donc voici pour mes amis Twitter, des photos de la route entre chez-moi et Santa Monica.

IMG_0414
Près de la base militaire de Point Mugu, à Oxnard, on retrouve des paysages magnifiques sur le bord de l'eau sans l'achalandage des plages plus au sud près de Los Angeles.

IMG_0415
Les vagues étaient assez grosses aujourd’hui. C’est d’ailleurs ce qu’annonçait le service de météorologie de Oxnard à cause de la tempête d’hier. Beaucoup d’eau s’est retrouvée dans l’océan en très peu de temps en plus du débit des vagues plus forts à l’automne.

IMG_0417
Juste avant la limite officielle de la municipalité de Malibu, les maisons commencent à s’aligner sur le bord de l’océan, cachant la plage et l’océan des automobilistes qui empruntent la PCH (Pacific Coastal Highway).
IMG_0420
Une autre rangée de maisons directement sur la plage de Malibu bloque la vue et l’accès à l’océan pour une grande partie de la route 1 qui longe la Californie du nord au sud.

IMG_0421
De chaque côté, on voit des maisons… D’ailleurs, pour les intéressés, certaines sont à vendre… Même en récession et avec un marché immobilier en chute libre, ces maisons sont vraiment très chères! Plusieurs sont aussi à louer pour une ou deux semaines, le temps de vacances de rêve à Malibu! À qui la chance!

IMG_0422
Moi c’est probablement la seule chose que je pourrais m’offrir dans le coin… Ces gens habitent des maisons mobiles mais ils ont un “pied-à-terre” à Malibu, ça se place bien dans une conversation 🙂
IMG_0424
Toujours à Malibu, mais presque rendu à Santa Monica, d’autres maisons sur pilotis me font rêver… Je prendrais bien un café sur la petite terrasse de la première maison… Ça serait même difficile de me décoller de là de toute la journée!
IMG_0426
Désolée pour la qualité de cette photo, je conduisais… Je sais… c’est aussi dangereux que de parler au téléphone… mais c’est pour votre bonheur que je risque ma vie! Voici la Getty Villa. C’était la demeure de M. Getty, le riche collectionneur d’oeuvres d’art qui a donné sa succession pour construire le Getty Center. En fait, le musée était dans sa maison privé au départ, jusqu’à ce qu’on construise le Getty Center. La Villa est aussi un musée aujourd’hui.
IMG_0427
Le dernier tournant avant d’entrer à Santa Monica. J’espère que vous avez fait bon voyage…

Si vous avez aimé cette aventure, proposez-moi d’autres endroits que vous aimeriez visiter à Los Angeles, j’irai les explorer pour vous.

Quand il pleut à Los Angeles…

… Il y a beaucoup d’accidents. Je sais pas trop c’est quoi le problème des Angelinos mais ils ne semblent pas trop comprendre le principe de conduire sous la pluie.

Pour la première fois cette année, la pluie d’hiver est arrivée. Froide et drue, elle s’est abattue sur L.A. pendant la nuit. Fallait s’y attendre, il faisait 10 degrés hier, température froide pour le sud de la Californie. Ainsi, on se croirait une journée de novembre à Montréal.

Vite le polar, le parapluie et le foulard!

Je devais conduire Charles à l’aéroport ce matin, il s’en va en Arizona et au Texas cette semaine. Le trafic était horrible… les accidents étaient nombreux, deux au moins deux que j’ai vu qui étaient graves, avec blessés et on a dû fermer l’autoroute le temps de déplacer les voitures.

Et quand on ferme une autoroute à Los Angeles, c’est le chaos partout ailleurs.

J’ai quand même pu revenir saine et sauf à Moorpark. Ce qui m’inquiétait le plus, c’était les autres, les Angelinos, ceux qui ne savent pas conduire sous pluie et qui ont des gros chars… Parce que c’est ça le drame des accidents à Los Angeles: quand un gros embouti un petit… le petit devient de la bouillie et le conducteur aussi. Triste mais c’est comme tout le reste, les plus gros (lire riches) survivent alors que les plus petits (pauvres) crèvent dans des accidents causés par les gros.

Vous direz sans doute que c’est la loi de la jungle… mais au départ, faudrait que les gros apprennent à conduire…

UPDATE à 11h44 heure de Los Angeles: Les autorités du comté de Los Angeles pensent devoir débuter les évacuations des quartiers près des zones brûlées par le Station Fire en septembre. Alors que la pluie tombe et tombera encore pour ce soir (et que deux autres « tempêtes » sont prévues d’ici la fin de la semaine, les quartiers près des montagnes de la National Angeles Forest sont à risque de glissement de terrain.

Selon le service des incendies du comté de Los Angeles, il pourrait y avoir des évacuations obligatoires dans les prochaines heures. Des rencontres auront lieu ce soir pour préparer les résidents à quitter les maisons évacuées.

Pendant ce temps, la neige tombe sur les montagnes de la région de Los Angeles. La pluie se transforme en neige à une hauteur de 450 mètres… Ce qui est très inquiétant pour les nombreuses routes qui traversent les montagnes. Il fera très froid dans les prochaines heures selon le Service National de la Météo à Oxnard. On pourrait même avoir du gel au sol dans la grande région métropolitaine de Los Angeles… une catastrophe pour les agriculteurs de la région.

Selon la police des autoroutes, il y a eu 132 accidents sur les routes de la région de Los Angeles entre 5 heures et 8 heures ce matin.

Cuisine fusion californienne

En revenant de notre aventure à Big Sur, il nous fallait bien arrêter manger 😉

Nous avons coupé la route entre Big Sur et Santa Barbara en plein milieu, en s’arrêtant à Morro Bay, alors que la route sort de la vallée de Santa Ynez pour revenir sur la côte.

Nous avons décidé de s’arrêter dans un petit restaurant local recommandé dans les guides de voyage: Taco Temple. Nous n’avons vraiment pas été déçus.

Comme son nom l’indique, le restaurant offre de la bouffe mexicaine mais avec une twist californienne. J’ai commandé la tostada à la morue de l’Alaska, Charles les tacos à la morue aussi. Une assiette pour deux aurait été suffisante – dans la majorité des restaurants des États-Unis, mais la qualité des ingrédients étaient irréprochables.

Ce fût une expérience culinaire très agréable et surtout différente de la bouffe mexicaine grasse qu’on retrouve dans la plupart des restaurants mexicains de la Californie.

Malheureusement, le restaurant n’a pas de site internet. Les propriétaires, Adam et Dawnelle sont les chefs du restaurants. Nous sommes allés un dimanche midi et le restaurant était plein!

Taco Temple

2680 North Main Street

Morro Bay, CA

93442

805-772-4965

Des paysages paradisiaques à Big Sur

Voici enfin les photos que vous attendiez!

La deuxième journée de notre fuite de la Thanksgiving dans la région de Big Sur, près Monterey en Californie, nous étions plutôt du genre à flâner… moins randonnée!

On nous avait parlé de Pfeiffer Burns State Park, un autre parc avec des paysages intéressants et une chute de 80 pieds se jetant dans l’océan… Bon faut dire que les Américains s’extase sur une petite rigole qui tombe d’une falaise… mais tout autour c’était magnifique…

 DSC_5538 DSC_5616DSC_5476DSC_5600 

À quelques mètres de ces magnifiques falaises se trouve un camping… Il faut être DSC_5653prêt à transporter ses trucs dans des petits sentiers car aucune voiture ne peut accéder à cet endroit… Mais là, j’étais vraiment impressionnée et je veux retourner à ce camping… LA PAIX!! Pas comme notre camping bruyant à Big Sur… Seul le bruit des vagues et le vent dans les arbres pour nous bercer… Ça semble vraiment le meilleur endroit sur terre… sauf que c’est pas chaud avec le vent du Pacifique… Apportez-vous une p’tite laine 🙂

Même si on aurait bien aimé rester à ce parc… il était trop tôt pour diner, alors on s’est dirigé vers un autre endroit proposé dans les guides… Sand Dollar Beach. Cette plage est la plus longue dans la région de Big Sur. Avec ses falaises et ses rochers, elle est caché et semble perdue dans une anse où les vagues dépassent la hauteur d’un homme. D’ailleurs, cette plage est très populaire auprès des surfeurs (avec un wetsuit).

DSC_5701On a picniqué sur les rochers, après m’être fait aspergée par une vague un peu trop forte que je n’avais pas vu venir…

DSC_5681L’océan était vraiment déchaîné et on se disait que ce devait être très dangereux voire même impossible de surfer dans ces conditions.

DSC_5780Quelques minutes plus tard, des surfers s’installaient pour leur baignade. Même à la nage, je n’y serais pas allée… je suis peut-être trop chicken finalement même si je sais très bien nager.

DSC_5707Sand Dollar Beach n’a pas pris son nom dans une boîte de Cracker Jack… C’est que le sable a une couleur verdâtre… la couleur de la jade. Partout sur la plage, on retrouve des roches incrustées de cette pierre précieuse, ce qui donne à la plage un halo vert. 

DSC_5733Si vous passez par là, je vous encourage fortement à vous arrêter, au moins pour le picnic. Vous ne voudrez plus quitter!

Finalement, il fallait se trouve THE SPOT pour le coucher de soleil… Parce qu’il se couche tôt M. Soleil, même s’il fait beau! Vers 16h, les couleurs orangées enrobaient déjà le soleil qui s’étirait tranquillement vers l’océan. Un phare, construit en 1889 et juché sur une roche volcanique, se dresse sur le Point Sur State Historic Park. Les quatre gardiens du phare et leurs familles ont habité cette presqu’île jusqu’en 1974, jusqu’à ce que le phare ne devienne automatisé. Les maisons et les bureaux sont maintenant ouverts au public, il est d’ailleurs possible de faire une visite guidée quelques fois par semaine.

DSC_5858À ce endroit, le coucher de soleil était vraiment à son meilleur…