Incursion professionnelle

Même si je suis en congé de maternité présentement, le fruit de mon labeur continue son chemin.

Réalisé à la fin de ma grossesse, ce photoreportage de la région vinicole de Santa Barbara me redonne le goût de sentir le chaud soleil de la Californie. J’étais loin des miens, mais le soleil apaise bien des coeurs 🙂

Je vous invite à lire le photoreportage de Santa Barbara sur le site de Châtelaine.

P.S. Merci à mon formidable mari d’avoir pris les photos. On fait une équipe du tonnerre!

Une Québécoise à Los Angeles…

On parle de moi encore une fois!

Marie-Julie Gagnon, sur son blogue En Transit du portail MSN, rassemble des témoignages d’expatriés.

Elle m’a demandé de répondre à ses questions sur Los Angeles et donner de l’information sur les incontournables de la région.

Pour lire l’article sur En Transit.

Pour savoir qui est Marie-Julie Gagnon (vous devriez vraiment jeter un coup d’oeil à son blogue, du bonbon!)

Une semaine mouillée

Janvier à Los Angeles, c’est le mois de la pluie… Et cette semaine, on attend trois systèmes dépressionnaires qui frapperont tour à tour la région de Los Angeles.

La terre est tellement sèche ici que ce genre de pluie peut avoir des conséquences importantes, surtout dans les régions où le feu a tout dévasté l’été dernier. Les résidents au pied des montagnes de San Gabriel sont prêts à évacuer en cas d’inondations soudaines et de glissements de terrain. D’ailleurs, j’ai déjà parlé de l’impact de la pluie sur les régions brûlées par le Station Fire.

En plus de la pluie et du vent, on s’attend à des possibilités de grêle et de mini-tornades selon les régions… Une semaine grise qui ressemble drôlement à une journée tristounette de novembre à Montréal. Disons que ce n’est pas la semaine idéale pour venir se prélasser sur les plages de la Californie 😀

San Francisco: ville européenne de Californie

Nous y sommes allés deux fois dans la dernière année. À ces deux reprises, j’ai senti l’âme de cette ville vibrante et énergisante. Souvent cachée derrière son foulard de brouillard, l’imprévisible San Francisco offre le dynamisme de la grande ville et la proximité pour visiter à pied – une rareté en Californie.

Notre première visite à San Francisco, c’était en juillet. Un forfait-vacances avec Southwest Airlines nous a permis de profiter d’un vol aller-retour entre Burbank et San Francisco et d’un hôtel de la chaîne Joie de Vivre dans un secteur en gentrification de San Francisco. C’est que l’hôtel Carlton est à la limite entre deux quartiers (Nob Hill et Tenderloin), près de la station de tramway Union Square – la Mecque du magasinage – mais à quelques pâtés de maisons c’est Tenderloin, le Hochelaga-Maisonneuve de San Francisco. Pour l’emplacement, c’était parfait, mais disons que pour marcher tard le soir, il fallait emprunter les routes achalandées.

Voici quelques photos de nos deux voyages dans l’une des plus belles villes de Californie:

Union Square est l'une des stations-terminus où le tramway tourne sur une plaque de bois pour changer de direction.
Pour explorer au-delà des sentiers battus, nous avons loué une bicyclette pour traverser le Golden Gate Bridge. Nous sommes allés explorer Sausalito et Tiburon, deux petites villes de l'autre côté de la baie. Une belle ballade qui nous a valu des douleurs au popotin pour le lendemain.
Lors de cette journée de vélo, nous avons parcouru 23 km en vélo.
À l'intérieur de la prison d'Alcatraz, les cellules s'alignent. Une visite éducative mais aussi troublante. C'est une visite à ne pas manquer lors de votre passage à San Francisco. N'oubliez pas qu'il faut réserver les billets à l'avance.
Un dernier regard vers cette île vraiment fascinante dans la baie de San Francisco, Alcatraz.
Lors de notre visite en juillet, des plaisanciers profitent des quelques heures de soleil avant que le brouillard n'envahissent de nouveau la baie le soir venu.
La route la plus sinueuse d'Amérique... Lombard Street. À notre deuxième visite, on l'a emprunté en voiture... Mais il faut être patient, beaucoup de touristes veulent descendre Lombard Street.
Les tramways sont un moyen de transport très pratique à San Francisco. Si vous êtes en ville pour plus d'une journée, achetez une passe, c'est beaucoup plus avantageux.
Charles, toujours à la recherche de la meilleure photo...
Après deux visites à San Francisco, nous avons pu capter un bout du fameux Golden Gate Bridge. Pas facile de le prendre en photo pendant ces périodes de brouillard qui fait la recommée de San Francisco.
Dans le Conservatory of Flowers, situé dans le Golden Gate Park, on peut voir des fleurs tropicales, comme celles-ci, des fleurs carnivores qui se nourrissent de petits insectes.
Sur le quai 39, dans le Fisherman's Wharf de San Francisco, les otaries sont maîtres. Depuis un tremblement de terre majeur en 1991, les otaries se prélassent au soleil en grand nombre.
Principalement des mâles, les otaries s'agglutinent sur le quai 39 à San Francisco. Ce qui ne fait pas le bonheur des pêcheurs qui les considèrent comme des nuisances à leurs activités commerciales.

Ne cherchez plus les otaries au quai 39. Il semble qu’elles préfèrent les anchoies de l’Oregon maintenant, plus abondantes que dans la baie de San Francisco. C’est une mauvaise nouvelle pour les scientifiques qui tentaient de comprendre pourquoi les otaries avaient élu domicile dans la baie de San Francisco après un séisme. On attribue le mouvement des otaries par un manque de nourriture et le réchauffement de l’eau à cause des changements climatiques. Une autre hypothèse de leur subite envie d’aller voir ailleurs pourrait être l’activité sismique dans la région de San Francisco… Est-ce que le monde est prêt pour un autre important séisme? Pas tout de suite SVP.

En route vers Santa Monica

J’ai promis à mes abonnés sur Twitter que je les amènerais à la plage en cette veille de première tempête de neige à Montréal…

Je me rends à Santa Monica pour aller souper avec une amie, québécoise, elle aussi expatriée en Californie depuis peu. Laurence est ingénieure et travaille chez Johnson&Johnson près de l’aéroport. On s’est promis une soirée de filles: sushi et vin!

Donc voici pour mes amis Twitter, des photos de la route entre chez-moi et Santa Monica.

IMG_0414
Près de la base militaire de Point Mugu, à Oxnard, on retrouve des paysages magnifiques sur le bord de l'eau sans l'achalandage des plages plus au sud près de Los Angeles.

IMG_0415
Les vagues étaient assez grosses aujourd’hui. C’est d’ailleurs ce qu’annonçait le service de météorologie de Oxnard à cause de la tempête d’hier. Beaucoup d’eau s’est retrouvée dans l’océan en très peu de temps en plus du débit des vagues plus forts à l’automne.

IMG_0417
Juste avant la limite officielle de la municipalité de Malibu, les maisons commencent à s’aligner sur le bord de l’océan, cachant la plage et l’océan des automobilistes qui empruntent la PCH (Pacific Coastal Highway).
IMG_0420
Une autre rangée de maisons directement sur la plage de Malibu bloque la vue et l’accès à l’océan pour une grande partie de la route 1 qui longe la Californie du nord au sud.

IMG_0421
De chaque côté, on voit des maisons… D’ailleurs, pour les intéressés, certaines sont à vendre… Même en récession et avec un marché immobilier en chute libre, ces maisons sont vraiment très chères! Plusieurs sont aussi à louer pour une ou deux semaines, le temps de vacances de rêve à Malibu! À qui la chance!

IMG_0422
Moi c’est probablement la seule chose que je pourrais m’offrir dans le coin… Ces gens habitent des maisons mobiles mais ils ont un “pied-à-terre” à Malibu, ça se place bien dans une conversation 🙂
IMG_0424
Toujours à Malibu, mais presque rendu à Santa Monica, d’autres maisons sur pilotis me font rêver… Je prendrais bien un café sur la petite terrasse de la première maison… Ça serait même difficile de me décoller de là de toute la journée!
IMG_0426
Désolée pour la qualité de cette photo, je conduisais… Je sais… c’est aussi dangereux que de parler au téléphone… mais c’est pour votre bonheur que je risque ma vie! Voici la Getty Villa. C’était la demeure de M. Getty, le riche collectionneur d’oeuvres d’art qui a donné sa succession pour construire le Getty Center. En fait, le musée était dans sa maison privé au départ, jusqu’à ce qu’on construise le Getty Center. La Villa est aussi un musée aujourd’hui.
IMG_0427
Le dernier tournant avant d’entrer à Santa Monica. J’espère que vous avez fait bon voyage…

Si vous avez aimé cette aventure, proposez-moi d’autres endroits que vous aimeriez visiter à Los Angeles, j’irai les explorer pour vous.

Cuisine fusion californienne

En revenant de notre aventure à Big Sur, il nous fallait bien arrêter manger 😉

Nous avons coupé la route entre Big Sur et Santa Barbara en plein milieu, en s’arrêtant à Morro Bay, alors que la route sort de la vallée de Santa Ynez pour revenir sur la côte.

Nous avons décidé de s’arrêter dans un petit restaurant local recommandé dans les guides de voyage: Taco Temple. Nous n’avons vraiment pas été déçus.

Comme son nom l’indique, le restaurant offre de la bouffe mexicaine mais avec une twist californienne. J’ai commandé la tostada à la morue de l’Alaska, Charles les tacos à la morue aussi. Une assiette pour deux aurait été suffisante – dans la majorité des restaurants des États-Unis, mais la qualité des ingrédients étaient irréprochables.

Ce fût une expérience culinaire très agréable et surtout différente de la bouffe mexicaine grasse qu’on retrouve dans la plupart des restaurants mexicains de la Californie.

Malheureusement, le restaurant n’a pas de site internet. Les propriétaires, Adam et Dawnelle sont les chefs du restaurants. Nous sommes allés un dimanche midi et le restaurant était plein!

Taco Temple

2680 North Main Street

Morro Bay, CA

93442

805-772-4965

La route entre Big Sur et Santa Barbara

Pour terminer de raconter notre périple de la Thanksgiving, je vous propose de faire la route entre Big Sur et Santa Barbara, sur la côte californienne.

Map picture

DSC_5954À Big Sur, la route sillonne les montagnes dans les falaises près de l’océan. Chaque portion de cette route encourage les touristes à s’arrêter parce que le paysage est à couper le souffle… et il y a beaucoup de possibilités de se ranger sur l’accotement pour admirer le paysage.

Vous passerez Big Sur, Lucia (petit village avec un hôtel-restaurant sur la falaise) et Gorda où plusieurs campings et hôtels sont disponibles tout comme des hot springs. Restez une nuit! Ça vaut la peine (même si les hôtels grimpent les prix et qu’il faut réserver à l’avance) pour le coucher de soleil. Après Gorda, on revient au niveau de la mer. Lorsque vous voyez un signe disant Wildlife Viewing près d’un phare, ARRÊTEZ! C’est le Piedras Blancas Elephant Seal Rookery, la plus grande colonie d’éléphants de mer (plus de 15 000). Les éléphants de mer se rassemblent sur cette plage près de San Simeon. C’est qu’ils sont très drôles ces gros baquets!

DSC_6006Celui-ci se rafraîchissait en se lançant du sable mouillé sur le dos.

Et lui était si proche de la clôture qu’on pourrait croire que c’est un kid kodak!DSC_5967

Ils aiment bien s’entasser pour se faire dorer au soleil en faisant des bruits assez bizarres. De temps en temps, un des gros lards décide de sauter dans le tas et fait fâcher les autres gros lards… Très divertissant à regarder!

DSC_5964

DSC_5996

Et lui, c’est le boss! La plupart des autres sont de jeunes adolescents (qui pèsent plus de 1000 livres!). Lui, il attend les femelles qui arriveront en décembre pour mettre bas. Il les protégera des jeunots qui ne pensent qu’à baiser et à s’accoupler le temps que les femelles sevrent leurs petits. Et lorsque les femelles seront en chaleur, elles vont se tourner vers qui pour s’accoupler? Le sauveur, le gros des gros baquets!

C’était un arrêt fort éducatif avec un guide qui est là pour expliquer tout ça. Vraiment très intéressant avec des enfants aussi! Si vous y allez à la mi-janvier, vous serez chanceux de voir les femelles mettre bas. La plage sera pleine de petits bébés éléphants de mer. On tentera d’y retourner pour capter en images ces petits 🙂

À San Simeon, il y a aussi le château du magnat de la presse M. William Randolph Hearst. On va l’appeler monsieur parce qu’il a fait construire un château qui lui a coûté 10 millions de dollars US à construire… en 1919! La petite demeure comprend 115 pièces sur un terrain de 250 000 acres et a pris 30 ans à construire… Je ne vous en dit pas plus, on va aller le visiter et je vous ramène des photos un autre tantôt.

Passé San Simeon, on passe à Morro Bay et les petits villages côtiers où les pêcheurs de flétan ont établi leurs campements. C’est l’endroit idéal pour manger les produits de la mer que la côte centrale de la Californie a à offrir.

Ensuite, on passe à San Luis Obispo, un village vinicole de la vallée centrale. Les bons vins de la Californie, vous les trouverez ici, pas juste à Sonoma ou dans Napa Valley. On peut visiter les vignobles et déguster les produits locaux. Mais, on ne s’est pas arrêté… On reviendra!

Ensuite, on passe les plages d’Avila et de Pismo, deux villages de villégiatures dignes des films d’Hollywood. Les vacanciers s’entassent dans les maisons sur le bord de la plage qu’on peut louer pour quelques semaines.

La route quitte le bord de l’océan et nous mène ensuite vers la vallée de Santa Ynez dont j’ai déjà parlé. On peut visiter Solvang aussi, un village danois perdu dans cette vallée de la Californie.

Finalement, on arrive à Santa Barbara par la route 154, une route magnifique qui passe dans les montagnes vers la côte… Et le trafic nous attendait sur la route de la côte parce que c’était dimanche, parce que c’était la fin d’un long weekend… Il faut accepter qu’on habite en banlieue de la deuxième ville en importance des États-Unis…

Des paysages paradisiaques à Big Sur

Voici enfin les photos que vous attendiez!

La deuxième journée de notre fuite de la Thanksgiving dans la région de Big Sur, près Monterey en Californie, nous étions plutôt du genre à flâner… moins randonnée!

On nous avait parlé de Pfeiffer Burns State Park, un autre parc avec des paysages intéressants et une chute de 80 pieds se jetant dans l’océan… Bon faut dire que les Américains s’extase sur une petite rigole qui tombe d’une falaise… mais tout autour c’était magnifique…

 DSC_5538 DSC_5616DSC_5476DSC_5600 

À quelques mètres de ces magnifiques falaises se trouve un camping… Il faut être DSC_5653prêt à transporter ses trucs dans des petits sentiers car aucune voiture ne peut accéder à cet endroit… Mais là, j’étais vraiment impressionnée et je veux retourner à ce camping… LA PAIX!! Pas comme notre camping bruyant à Big Sur… Seul le bruit des vagues et le vent dans les arbres pour nous bercer… Ça semble vraiment le meilleur endroit sur terre… sauf que c’est pas chaud avec le vent du Pacifique… Apportez-vous une p’tite laine 🙂

Même si on aurait bien aimé rester à ce parc… il était trop tôt pour diner, alors on s’est dirigé vers un autre endroit proposé dans les guides… Sand Dollar Beach. Cette plage est la plus longue dans la région de Big Sur. Avec ses falaises et ses rochers, elle est caché et semble perdue dans une anse où les vagues dépassent la hauteur d’un homme. D’ailleurs, cette plage est très populaire auprès des surfeurs (avec un wetsuit).

DSC_5701On a picniqué sur les rochers, après m’être fait aspergée par une vague un peu trop forte que je n’avais pas vu venir…

DSC_5681L’océan était vraiment déchaîné et on se disait que ce devait être très dangereux voire même impossible de surfer dans ces conditions.

DSC_5780Quelques minutes plus tard, des surfers s’installaient pour leur baignade. Même à la nage, je n’y serais pas allée… je suis peut-être trop chicken finalement même si je sais très bien nager.

DSC_5707Sand Dollar Beach n’a pas pris son nom dans une boîte de Cracker Jack… C’est que le sable a une couleur verdâtre… la couleur de la jade. Partout sur la plage, on retrouve des roches incrustées de cette pierre précieuse, ce qui donne à la plage un halo vert. 

DSC_5733Si vous passez par là, je vous encourage fortement à vous arrêter, au moins pour le picnic. Vous ne voudrez plus quitter!

Finalement, il fallait se trouve THE SPOT pour le coucher de soleil… Parce qu’il se couche tôt M. Soleil, même s’il fait beau! Vers 16h, les couleurs orangées enrobaient déjà le soleil qui s’étirait tranquillement vers l’océan. Un phare, construit en 1889 et juché sur une roche volcanique, se dresse sur le Point Sur State Historic Park. Les quatre gardiens du phare et leurs familles ont habité cette presqu’île jusqu’en 1974, jusqu’à ce que le phare ne devienne automatisé. Les maisons et les bureaux sont maintenant ouverts au public, il est d’ailleurs possible de faire une visite guidée quelques fois par semaine.

DSC_5858À ce endroit, le coucher de soleil était vraiment à son meilleur…

Hiking à Big Sur

Je vous avais promis des photos de notre cachette de la Thanksgiving. Eh bien le prochain billet ne vous décevra pas!

J’y vais premièrement en ordre chronologique…

Comme on est arrivé assez tard le jeudi, on a pas vraiment exploré ni marché. On s’est tranquillement installé au camping autour d’un feu avec une bouteille de vin et de la bonne bouffe.

Le vendredi assez tôt (on est dans un camping bruyant), on est parti à la recherche du Pfeiffer Big Sur State Park, à un mile de notre camping. Comme on trouvait ridicule de prendre notre voiture pour aller la stationner un mile plus loin, on a marché sur la route.

On voulait voir l’océan du haut des montagnes, on nous a donc conseillé la Buzzard’s Roost Trail, une randonnée de deux heures dans une forêt de cèdres rouges qui monte jusqu’au sommet de la montagne. Mais rendus au sommet, la vue était plutôt décevante. On a tout de même apprécié notre sandwich et on est revenu. Arrivés au camping, il s’est mis à pleuvoir…

On a quand même fait un feu pour manger en espérant que le lendemain serait plus clément pour faire de la marche et voir les paysages de Big Sur.

Camping aux USA

Rassurez-moi! Dites-moi que c’est juste aux États-Unis qu’on retrouve des désagréables campeurs!! Parce que j’ai rarement fait de camping au Québec, et souvent de l’autre côté de la frontière. Mais cette fois-ci, c’était le comble…

Pour échapper à la folie de la Thanksgiving, nous avons fui vers une région éloignée et paradisiaque : Big Sur, près de Monterey sur la côte californienne. Avec ses forêts d’immenses cèdres rouges, ses falaises rocheuses bordant l’océan et l’eau turquoise du Pacifique, on se croit dans les meilleures prises de vue d’Hollywood… ah oui c’est vrai, Hollywood vient souvent tourner là!

Mercredi soir, c’était la course aux dernières emplettes: du gaz pour notre réchaud, une chaise de camping et l ‘épicerie pour une longue de fin de semaine… Jeudi matin, on était prêt à partir. À 10h, on était sur la route qui longe l’océan du sud au nord de la Californie, la Pacific Coastal Highway. Mais on a filé vers le nord sans arrêter, on voulait une place dans un camping juché sur une falaise, Kirk Creek. Arrivés à 14h, il n’y avait plus de place… Déçus, on est parti à la chasse aux camping dans la forêt de Big Sur.

Une place pour trois jours dans un camping privé de Big Sur (Riverside Campground) sur le bord de la rivière Big Sur. Ça semblait parfait malgré tout: tranquille, le bruit de la rivière, le personnel accueillant…

Mais les Américains sont arrivés, avec leur musique et leur RV… avec leurs déchets brûlants dans le feu, avec l’intention de brûler toute branche trouvée dans le bois à proximité…

Jeudi, on a exploré les environs pour trouver de l’eau et une serviette… Comme on n’avait pas diner et qu’on avait vraiment faim à 16h, on est rapidement retourné au camping, se disant qu’on explorera davantage le lendemain. Un groupe de campeurs fêtaient la Thanksgiving à quelques emplacements de nous et on ne les a pas entendu. Mais on a entendu deux familles venus avec leur gros RV, les lumières suspendues au milieu de leur emplacement, avec un tapis de faux gazon… C’était quand même tolérable.

Le lendemain, on part à l’aventure… du hiking (dont je parlerai dans un autre billet). De retour au camping vers 14h et il pleut… On décide d’aller à l’épicerie à 20 minutes de route question de voir la côte tout en restant au sec.

On revient, les gens écoutent la télé dans leur RV, écoutent de la musique à l’abri d’un auvent… et nous on entend que le boom-boom du subwoofer. Alors qu’on se sauvait de la folie du magasinage de la Thanksgiving, on est tombé sur la folie du camping-pour-être-comme-à-la-maison.

Samedi, après une nuit particulièrement froide, le soleil ose pointer ses rayons. Une autre journée à explorer les magnifiques paysages dont je vous promets des photos plus tard cette semaine. On revient après un coucher de soleil particulièrement coloré… Et la musique nous attend.

Charles demande deux fois de baisser le volume mais on s’en fiche… Et lorsque je demande à la dame du camping de faire quelque chose, elle leur demande une fois et après revient nous voir disant qu’on devra attendre le couvre-feu à 22h pour avoir la paix…

Non seulement il y avait de la musique mais on a vu aussi d’autres aberrations en camping en fin de semaine: des verres de styromousse brûlés pour éviter de se lever (5 mètres) pour le mettre dans la poubelle, des alarmes de voiture qui retentissent et des bips qui indiquent que la voiture est bien verrouillée toutes les cinq minutes. On s’entend que quand tu es à 3 mètres de ta voiture, autour du feu, tu n’as pas vraiment besoin de barrer tes portes et encore moins d’activer ton système d’alarme!!

Dites-moi que c’est juste aux États-Unis et que les Québécois ont un certain savoir-vivre en camping…