Bilan de santé

Ce matin, on parle du budget… Partout, on ne parle que de ça. Des taxes qui vont augmenter, de la catastrophe dans les services publics… On trouve effrayant que les tarifs augmentent de la sorte…

Vraiment?

Après un an aux États-Unis, après m’être frotté de trop près sur le système de santé américain, réaliser que 45% des dépenses du budget annoncées hier seront réalisées en santé, ça me rend fière d’être Québécoise.

Parce que quand je vais chez le médecin pour un bilan de santé annuel, je ne reçois pas une facture de 225$ par la poste…

Parce que quand je me cherche un médecin, j’ai pas besoin de magasiner pour savoir si le médecin en question fait partie du réseau de mes assurances ou non, si le service rendu vaut ce que je devrais payer en franchise (jusqu’à 2000$ de franchise par année par personne selon les assurances).

Parce que quand j’achète des médicaments, je n’ai pas à payer des frais de 30 à 50 $ pour une prescription de médicaments originaux comparativement aux médicaments génériques pour remplir les poches des compagnies pharmaceutiques.

Mais tout ça a un coût… et on a voulu une société où les riches aident pour les pauvres. Regardez autour de vous, dans le métro, sur la rue et dites-vous que certains de vos voisins de trottoir ont pas mangé ce matin parce qu’ils n’ont pas d’argent.

Aimeriez-vous mieux que ces gens qui arrivent à peine à joindre les deux bouts fassent faillite parce que le petit dernier s’est cassé le bras? Ce sont des cas du genre qu’on voit régulièrement aux États-Unis.

Aimeriez-vous mieux un système utilisateur-payeur qui fait que votre bilan annuel chez le médecin vous coûte 225$ mais que de nombreux Québécois ne voudraient pas dépenser autant (ou n’en seraient tout simplement pas capables) et tombent malades, coûtant encore plus cher à l’état?

Il y aurait d’autres solutions que d’augmenter la taxe de vente ou le tarif d’électricité  d’Hydro-Québec (qui en passant est 5 fois moins cher qu’en Californie).

On pourrait insérer un ticket modérateur pour chaque visite chez le médecin, pour éviter que les Québécois prennent les soins de santé comme un buffet chinois, et s’en servent des assiettes pleines, en gaspiller la moitié parce que de toute façon c’est pas grave – ÇA COÛTE RIEN! Hé bien, mes amis, les soins de santé ont un coût. Et ça coûte pas mal plus cher qu’on peut l’imaginer.

Combien diriez-vous qu’un suivi de grossesse coûte en hôpital aux États-Unis? Combien seriez-vous prêt à payer pour avoir un service A1 dans un hôpital privé? Il en coûte entre 12 000 et 15 000$ US pour accoucher dans un hôpital américain, et ça quand tout va bien, sans médication ni chirurgie. La majorité des assurances payeront entre 85% et 90% de ce montant, sans compter le fameux déductible… Bref, pour une grossesse aux États-Unis, il vous en coûterait de vos poches entre 2500$ et 4000$. Avez-vous les moyens d’avoir des enfants?

On pourrait aussi envoyer une facture chaque fois que vous demandez un service public. Vous n’auriez pas besoin de payer cette facture, mais juste pour vous rappeler que les services, même publics, ont un coût.

On pourrait aussi couper dans les chefs… Les services publics ont presque plus de chefs que d’indiens. Plutôt qu’avoir des cadres intermédiaires et des cadres superviseurs, des cadres pour gérer et des cadres pour diriger, on pourrait embaucher plus d’indiens…

Mais ces solutions feraient friser bien des organisations et des citoyens inquiets… Dans le fond, faudrait juste se poser une question si simple… Qui devrait payer pour les soins de santé?

Quelques cents sur des produits de consommation pourraient sauver la vie d’un baby-boomer qui attend son pontage. Dans un autre pays, ce baby-boomer devra payer jusqu’à 150 000$ pour son intervention chirurgicale. Et si c’était vous, ou votre père, ou votre oncle? Trouveriez-vous que payer 5 cents de plus sur votre nouvelle paire de jeans est exagéré?

Grosse, grosse nouvelle…

Nous sommes le 3 février 2010… Ce billet ne sera publié qu’en mars pour une question de respect envers mes proches et aussi pour m’assurer que tout est en ordre… Mais je dois extérioser la nouvelle!!!

En octobre prochain, Charles et moi seront une vraie famille… Je suis enceinte 🙂

Écrire ce mot est encore très émotif pour moi. Nous sommes très heureux de cette nouvelle. Non seulement je suis une patate mariée, j’ai aussi une crevette dans mon ventre!

Je vous promets que ce blogue restera celui d’une journaliste indépendante, et pas celui d’une future maman qui étale ses états d’âmes ou ses trucs de grossesse. D’autres le font très bien…

Mais j’espère que vous me permettrez de temps en temps de m’émerveiller sur la beauté de la nature qu’est la maternité.

Mise à jour 16 mars 2010: Nous avons quitté Montréal il y a un an en tant que couple, à deux pour vivre un défi professionnel et personnel. Nous revenons avec de nombreuses boîtes en plus, un bagage incroyable et des souvenir plein la tête… mais aussi avec une personne de plus!

Mise à jour 25 mars 2010: Alors que nous devions au départ avoir ce bébé en Californie, j’avais fait quelques démarches pour obtenir un suivi de grossesse dans le système de santé américain. Pour nous être frotté à ce système choquant et vraiment contaminé de la mentalité capitaliste à son extrême (et au pire que cette mentalité peut nous amener), je vous en parlerai dans mes prochains billets. C’est d’autant plus d’actualité avec les votes qui s’effectuent à Washington ces derniers jours.

Déjà des petits chocs…

Pas de très gros chocs parce qu’on est revenu qu’hier… Mais comme mon père, j’adore me promener dans les épiceries car ce sont les commerces les plus significatifs sur la culture (et les différences de culture) d’un endroit – même d’un quartier.

Il fallait bien remplir le frigo à un certain moment! Et à ma grande surprise, il faut payer pour des sacs en plastique!! À mon IGA si tu n’as pas tes sacs, il faut les payer; contrairement à la Californie – qu’on pense avant-gardiste en environnement – mais qui est en réalité un véritable consommateur de sacs en plastique…

Donc j’ai compris, la prochaine fois j’amène mes sacs! Au moins, ceux qu’on paye à 5 cents sont de meilleures qualité qu’avant!

Une autre chose nous a frappé à l’épicerie ce matin… le prix des produits laitiers. Aux États-Unis, un gallon de lait se vend entre 1.99$ et 2.99$ alors qu’ici c’est un minimum de 5.49$… Et c’est pas le taux de change responsable d’une telle différence!! Non mais c’est le double! Même chose pour le beurre, le fromage et le yogourt. J’avoue par contre que je suis prête à payer plus cher pour un yogourt qui goûte bon… Les Américains ont pas encore compris comment en faire du bon!

Les différences de prix pour les produits laitiers sont probablement reliées au manque de compétition et aux quotas imposés aux agriculteurs québécois. Mais c’est vraiment choquant de voir une telle différence de prix…

D’autres coups de gueule ou de coeur sont certainement à venir dans les prochains jours!

La Californie a soif!

J’y ai travaillé pendant presque trois mois… et il a finalement vu le jour!! Mon article sur la pénurie d’eau en Californie est tout chaud dans le magazine Jobboom.

Cet article est particulièrement une fierté puisqu’il a demandé des déplacements sur le terrain, à rencontrer de nombreux acteurs dans le dossier de la pénurie d’eau dans l’une des vallées les plus fertiles des États-Unis, la vallée de San Joaquin.

Personnellement, j’ai aussi été conscientisée à l’importance de l’eau pour… la vie. L’eau est une ressource qu’on prend souvent pour acquis au Québec. Pourtant, une pénurie d’eau en Californie pourrait nous affecter directement!

Merci à tous les généreuses âmes qui m’ont ouvert leurs portes lors de mon reportage: Shawn Coburn, la famille Bowles, Randy MacFarland…

Merci à l’équipe de rédaction de Jobboom (Éric et Christine) pour leur patience. C’était un dossier complexe… OUF!

Merci aussi à mon amour, Charles, qui a pris, encore une fois, de magnifiques photos pour accompagner ce reportage. On fait vraiment une équipe du tonnerre!

C’était un beau défi journalistique que de résumer en deux textes une bataille politique et juridique qui dure depuis plus de 10 ans et qui risque d’avoir des conséquences importantes sur le développement de l’agriculture en Californie. Elle pourrait même avoir des répercussions jusque chez-nous, au Québec, consommateurs de nombreux produits maraîchers de la Californie.

J’espère que vous aimerez. N’hésitez pas à laisser vos commentaires!

La Californie a soif!, publié dans Jobboom, édition mars 2010

Nos fruits et légumes menacés?, publié dans Jobboom, édition mars 2010

Une pénurie en photo, publié sur le site internet du magazine Jobboom

Des Olympiques à l’américaine

Difficile de passer sous silence l’événement sportif international qui se déroule à Vancouver présentement.

Cette semaine, pour ma chronique sur MSN.ca, je vous présente une réflexion sur la façon de voir les Olympiques… Les Américains gagnent… et c’est une question de vision de la chose.

Et si le Canada regardait et prenait exemple sur les Américains en matière de sport amateur, nous pourrions aussi nous retrouver premier au tableau des médailles.

Et je termine cette chronique avec un clin d’oeil identitaire sur le hockey 🙂

Bonne lecture!

Des Olympiques à l’américaine, ma chronique sur MSN.ca

Dalaï Lama au États-Unis

Le Dalaï Lama rencontrera Barack Obama ce jeudi à la Maison Blanche, une première rencontre très contestée par la Chine. L’Empire du Milieu voit cette rencontre comme une atteinte aux relations sino-américaines.

Il y a déjà trois semaines, je publiais une chronique sur MSN.ca sur les désaccords politiques entre les États-Unis et la Chine. Loin d’être au beau fixe, les relations entre les deux titans se détériorent grandement depuis le début de la nouvelle année.

Un sujet qui m’intéresse particulièrement puisque j’ai habité la Chine pendant trois mois en 2007. J’ai pu y comprendre les subtilités de sa culture et son éternelle aversion envers les Américains!

Comme je le dis dans ma chronique, la Chine et les États-Unis ne semblent pas s’entendre sur plusieurs points, dont la visite du Dalaï Lama à la Maison Blanche. Reste à voir comment la Chine réagira à la suite de cette visite ou encore ce qui ressortira de cette rencontre où tous les projecteurs seront braqués sur le président des États-Unis.

La Presse a d’ailleurs publié un article très intéressant  en fin de semaine dernière sur les relations sino-américaines,  sous la plume du collaborateur à Los Angeles, Nicolas Bérubé.

Un article pertinent, j’ai lu l’article au complet d’un trait sans même lever les yeux…

Ma chronique sur les relations tendues entre la Chine et les États-Unis

L’article de Nicolas Bérubé sur les relations tendues entre la Chine et les États-Unis

Quand le temps s’arrête…

Le temps d’un match de football!

Ma chronique sur MSN.ca aujourd’hui porte sur le Superbowl. Difficile de passer à côté de cet événement d’une importance capitale pour une grande majorité d’Américains.

Pour profiter de l’expérience au maximum, nous nous sommes rendus dans un bar sportif de Redondo Beach… mais pas n’importe lequel… Celui dont les propriétaires sont Québécois et où on sert de la poutine et du smoked meat!

Mais curieusement, le bar n’était pas rempli à plein capacité… probablement parce que les habitués du Redondo Beach Café sont plutôt des amateurs de hockey!

Bref, une belle soirée pour regarder l’événement télévisuel le plus regardé aux États-Unis…

Quand la Chine tient les États-Unis

Ma chronique sur MSN.ca parle cette semaine des relations sino-américaines. Parce qu’elles ne sont pas au beau fixe présentement.

Pourtant, le gouvernement américain devrait comprendre que la Chine n’est plus un pays en développement mais plutôt la puissance mondiale la plus près de lui botter le cul!

Pour avoir habité en Chine en 2007, je crois sincèrement que l’Occident prend la Chine un peu trop à la légère. Les moyens financiers et technologiques que possède la Chine pourraient changer l’ordre mondial. Les gouvernements devraient prendre cette « menace » (ou cet allié) en considération dans les décisions politiques, même nationales.

J’ai été un peu absente de la toile les derniers jours. Pardonnez-moi… un mauvais rhume m’a littéralement paralysé. J’émerge tranquillement d’un état végétal. Je vous promets d’autres aventures très bientôt 🙂

Les inepties de la droite américaine

Je ne pouvais pas passer ces absurdités concernant Haïti sous silence.

MSN a décidé de ne pas ajouter les liens vers les inepties de Pat Robertson et je comprends… Il ne vaut pas la peine de lui donner une plus grande importance qu’il mérite. Il a reçu déjà trop d’attention d’ailleurs.

Ces propos sur Haïti m’ont profondément bouleversés… parce que j’ai beaucoup de difficultés à comprendre que je vis dans un pays où des gens pensent encore ainsi. J’ai beaucoup de difficulté à comprendre que des gens peuvent être aussi intolérants, aussi ignorants de l’histoire d’un pays dont l’indépendance a fait grandir l’empire américain.

Cette arrogance des Américains est déjà à son apogée et la réputation des États-Unis à l’étranger est dans la cave. Ces inepties ne font qu’ajouter à la haine internationale de ce peuple si arrogant. Je souhaite vraiment qu’un jour, quelqu’un apprendra sa leçon et que cette droite évangéliste, qui vit dans un autre monde, soit restreint à une minorité d’Américains.

Pour l’instant, je rêve encore…

Ma chronique MSN de cette semaine: Les inepties de la droite américaine

La sécurité, encore la sécurité

Cette semaine dans ma chronique MSN.ca, je parle encore de sécurité… mais pas à l’aéroport! Je pense que tout a été dit à ce sujet.

Non, je parle plutôt des gated communities, ces complexes immobiliers à sécurité maximale pour Américains peureux.

Saviez-vous que dans plusieurs provinces du Canada, ce style immobilier a été reconnu illégal? C’est parce qu’on ne veut pas empêcher les services d’urgence de pouvoir circuler et ouvrir la porte à la privatisation de ces mêmes services d’urgence pour ces communautés.

Bref, chronique américaine de cette semaine à lire sur MSN.ca