Planète F : magazine web

Depuis plus d’un an, je travaille en secret. Un secret bien gardé avec une amie extraordinaire Sarah Poulin-Chartrand.

Nous lançons un nouveau magazine web sur la famille. On souhaite offrir de l’information différente… Parce que la famille est un sujet social, politique, de santé et d’environnement. Pas seulement de la gestion de bricolage et d’horaires de siestes! (merci Sarah pour la phrase punch!)

Mais pour arriver à lancer ce magazine reposant sur un modèle d’affaires différent, nous faisons appel à vous, chers lecteurs. La campagne Kickstarter bat son plein. Votre appui est important. Un appui financier soit. Mais vous pouvez aussi PARTAGER! Faites connaître notre projet au plus grand nombre de personnes possibles, dépassez les frontières du Québec!

Nous voulons offrir un journalisme fouillé, qui porte sur la réflexion… et INDÉPENDANT!

Si vous croyez à ce projet, si vous croyez que l’information aux parents reste trop dans les bricolages, les recettes et les tests de produits dont nous avons pas besoin, aidez-nous!

Prenez le temps de visionner le vidéo Kickstarter, de lire la description de notre projet. Nous sommes convaincues que vous voudrez embarquer avec nous… DONNEZ, PARTAGEZ!

Suivez-nous aussi sur notre page Facebook et sur Twitter!

MERCI!

Publicités

Débat linguistique Québec-Groenland

Alors que le PQ annonce des mesures pour resserrer la loi 101 en pleine campagne électorale, le Groenland s’interroge sur la place du groenlandais dans leur société. Et le parallèle est assez intéressant…

Le groenlandais de l’ouest ou Kalaallisut est une langue qui se rapproche de l’inuktitut, la langue parlée par les Inuit du Canada. Par contre, le groenlandais est désormais écrit avec l’alphabet romain plutôt que syllabique (symboles par syllabe). Il existe également le groenlandais de l’est, parlé par moins de 1000 personnes maintenant, mais considéré comme une langue séparée du groenlandais de l’ouest.

Depuis 2009, le groenlandais est la langue officielle de ce territoire danois qui possède toutefois un statut d’autonomie vis-à-vis du Danemark. Ainsi, les jeunes qui habitent le Groenland doivent être éduqués d’abord en groenlandais.

C’est que le gouvernement craignait la disparition du groenlandais, qui était de moins en moins parlé par les jeunes notamment puisque l’éducation postsecondaire se fait encore en danois. D’ailleurs, toute une génération, celle qui est dans la trentaine aujourd’hui, ne parle pas nécessairement groenlandais. Certains le baragouinent, d’autres ne le parlent plus du tout.

Or, plusieurs personnes, rencontrées lors de mon récent séjour, craignent que ce resserrement ait un effet encore plus dévastateur. Non seulement cette loi oblige les entreprises étrangères qui font des affaires au Groenland d’avoir tous leurs documents en groenlandais (ce qui peut être très coûteux), elle exige également que les jeunes apprennent d’abord en groenlandais. Un médecin me partageait sa méfiance de cette loi et les conséquences sur ces jeunes. Il disait que si les jeunes Groenlandais souhaitent accéder aux études postsecondaires, ils doivent parler danois ou anglais. Ne pas encourager l’apprentissage de ces langues dès le plus jeune âge, c’est fermer des portes à la jeunesse, disait-il. Certains articles de cette loi linguistique a pris racine… dans la loi 101 du Québec!

D’autres préfèreraient apprendre l’anglais comme deuxième langue plutôt que le danois. D’ailleurs, la popularité des programmes d’échanges étudiants à l’étranger est très grande au Groenland. Pour apprendre l’anglais, nombreux se rendent notamment aux États-Unis pour une période d’un an. J’ai fait ce genre d’échange étudiant à la fin de mon secondaire, et j’y ai d’ailleurs rencontré une Groenlandaise que j’ai revue la semaine dernière après 13 ans! Elle aussi mentionnait que l’anglais devenait de plus en plus important à apprendre, en plus du danois (puisque beaucoup de choses se passent en danois dans l’administration publique, même si le groenlandais est la langue officielle).

D’ailleurs, la langue courante parlée est plutôt le dan-landais. Parce que le groenlandais est bourré de mots danois. Les jeunes sont souvent bilingues avant même d’entrer à l’école parce qu’ils ont un parent Danois et l’autre Groenlandais ou encore parce qu’ils ont été à la garderie groenlandaise. C’est assez musical à entendre, car les deux langues n’ont pas du tout les mêmes tonalités!

Alors qu’en Europe, il est courant de voir des jeunes parler quatre, cinq, même six langues, au Groenland, les jeunes parlent une langue informelle formée de deux langues importantes… Pendant ce temps, au Québec, les jeunes peinent à baragouiner l’anglais après neuf ans d’enseignement.

La tuberculose frappe le Nunavik

C’est une maladie qu’on pense éteinte, éradiquée, éliminée. D’ailleurs, le vaccin contre la tuberculose n’est plus dans le calendrier régulier de la vaccination au Québec depuis 1976. Il reste disponible pour les gens qui voyagent dans certains pays ou encore pour les communautés du Nord du Canada… parce que là-bas, la tuberculose est loin d’être éliminée.

C’est d’ailleurs encore un problème de santé publique. À Kangiqsualujjuaq, le village le plus à l’est de la côte de l’Ungava au Nunavik, les cas de tuberculoses explosent depuis novembre 2011.  D’ailleurs, on m’avait avisé, lors de ma visite au Nunavik, que ce n’était peut-être pas la meilleure idée d’aller dans ce village. Mais en discutant avec certains professionnels de la santé, on m’a dit que de se rendre dans le village n’est pas un risque important si on évite les rassemblements dans des espaces clos.

Un professionnel qui travaille à Kangiqsualujjuaq m’a mentionné qu’il faut en parler de cette épidémie. « C’est une crise! Et elle touche des gens que nous ne sommes pas habitués de voir au CLSC (anciennement appelé un dispensaire*), ce sont de jeunes adultes qui se croient en santé ».

Depuis quelques semaines, la Régie régionale de la santé et des services sociaux du Nunavik (RRSSSN) a dépêché du personnel médical supplémentaire et un appareil de rayons X portatif à Kangiqsualujjuaq afin de faciliter le diagnostic des patients. Autrement, les patients devaient se déplacer à Kuujjuaq pour un rayon X, ce qui impliquait pour eux de prendre l’avion et de rester au « transit », le centre d’hébergement pour les patients des villages de la côte de l’Ungava.

Lorsque j’étais au Nunavik en juin, Kangiqsualujjuaq rapportait 59 cas de tuberculose active. Le 28 juin dernier, la RRSSSN a fait l’état de 68 cas, et La Presse parle de 72 cas en date du 11 juillet! La RRSSSN assure de faire tout ce qui est possible pour contenir la maladie.

Le 15 juin dernier, le fabricant du vaccin contre la tuberculose (BCG), Sanofi Pasteur, rappelait tous les vaccins en raison de problèmes de sécurité dans l’établissement de production. Bien que le vaccin ne peut pas prévenir la maladie chez les personnes déjà infectées ou chez les personnes qui ont été exposées à la maladie, l’efficacité du vaccin à prévenir la tuberculose est estimée à 50 %. Chez les nouveau-nés, l’efficacité grimpe à 74 %. Pour le moment, il est donc impossible de procéder à une campagne de vaccination pour immuniser les personnes qui ne présentent pas de symptômes ou encore qui n’ont pas été exposées à la maladie, ce qui aurait pu éviter une propagation de la tuberculose dans d’autres villages du Nunavik. Pour l’instant, seul Kangiqsualujjuaq est au prise avec cette épidémie… sans vaccins disponibles.

Les causes

En juin dernier, un groupe de chercheurs signaient une lettre dans La Presse concernant la tuberculose dans le Nord. Selon eux, le problème de manque de logements est une cause importante des problèmes de santé des Nunavimiuts, notamment la tuberculose. D’ailleurs, j’en ai parlé brièvement dans deux billets, un sur l’architecture au Nunavik et l’autre sur la santé des Inuit. 

Lorsque la tuberculose est diagnostiquée, il reste le traitement antibiotique. Lorsque la maladie est active, le traitement est de six mois, lorsqu’elle est en latence (sans symptômes), le traitement préventif est de neuf mois. C’est un défi pour les professionnels de la santé du Nunavik de s’assurer que les Nunavimiuts observent le traitement complet, d’où l’importance d’avoir des professionnels de la santé Inuit qui peuvent bien expliquer, dans leur langue natale, l’importance du traitement pour la communauté et pour s’assurer d’un suivi du traitement… mais là, j’entre dans le vif de mon reportage… à suivre!

*Il y a deux hôpitaux qui desservent les 14 communautés du Nunavik : un à Puvirnituq sur la côte de l’Hudson et l’autre à Kuujjuaq sur la côte de l’Ungava. Les autres villages ont un point d’accès santé (CLSC) où travaillent des infirmières et infirmiers possédant une formation supplémentaires les permettant de pratiquer des actes délégués (prescriptions de certains médicaments, suivi de certaines conditions médicales, etc.).

Une inspirante jeune fille

Une jeune Inuk du Nunavik était à la Conférence des Nations Unies sur le développement durable à Rio de Janero, qui se termine aujourd’hui.

Elle a interpellé le Premier ministre Jean Charest sur le Plan Nord. « Vous êtes ici pour parler au monde comme si vous étiez la voix du Nunavik. Pourquoi les leaders du Nunavik ne sont pas avec vous dans cette campagne? Pourquoi avez-vous choisi de promouvoir le Plan Nord sans qu’ils soient présents? »

Dix jours, c’est trop peu pour prétendre comprendre la volonté d’un peuple… Mais depuis que je travaille sur ce reportage à propos des professionnels de la santé au Nunavik et au Groenland, j’ai discuté avec plusieurs Inuit dans les derniers mois et tous ceux à qui j’ai parlé demandent de l’argent dans les infrastructures, demandent d’être entendu par le gouvernement provincial sur la volonté de la population à exploiter leur territoire de subsistance. Ils craignent que ce développement ait un impact sur la faune, déjà fragilisée par les changements climatiques.

Cette jeune fille a pris la parole… une voix qui mérite d’être entendue, dont nous avons le devoir de mettre de l’avant.

Lisez son appel mentionné par le NunatsiaqOnline… et surtout les commentaires qui suivent… j’en ai encore la chair de poule tellement c’est inspirant!

16 étudiants de Kuujjuaq terminent leur secondaire

Kuujjuaq était en fête hier soir, seize de leurs jeunes obtenaient leur diplôme d’études secondaires. Huit filles et huit garçons de l’école Jaanimmarik, fiers et avec un sentiment du travail accompli souriaient devant une salle comble à l’hôtel de ville Katittavik.

Je n’ai pas pu me rendre à cet événement hier… parce que certaines personnes en autorité m’ont dit qu’une journaliste n’était pas la bienvenue à cet événement. Une suite à ce que j’appelle la méfiance nordique. J’ai tout de même décidé de respecter ce choix de ne pas avoir de journaliste sur place « pour éviter de distraire les jeunes ». Par contre, j’aurais bien aimé pouvoir parler à ces étudiants… leur fierté et leur motivation doit être entendue.

Lors de cette cérémonie, plusieurs jeunes ont reçu des prix remis par Air Inuit et par une compagnie minière, New Millenium. Cette dernière fait d’ailleurs l’objet de vives critiques aujourd’hui dans le journal du Nord, NunatsiaqNews. Ces bourses n’ont pas seulement été attribuées à des finissants, mais aussi à des jeunes toujours aux études au secondaire pour les encourager à persévérer et pour contrer le décrochage scolaire.

Selon des petits oiseaux qui étaient sur place, la salle était pleine… beaucoup plus pleine que lors d’audiences publiques sur la création d’une route qui relierait Schefferville à Kuujjuaq! Cet événement positif pour toute la communauté donne un exemple aux plus jeunes et rend si fière cette communauté qui voit d’un oeil encourageant l’avenir de cette nouvelle génération qui a de grandes ambitions.

D’ailleurs, Joseph Flowers, un jeune homme de Kuujjuaq, Nunavik, vient d’obtenir son diplôme en droit de l’Université McGill. Il est le premier étudiant Inuk du Nunavik à avoir terminé un baccalauréat en droit./a>;

La plupart de ces jeunes finissants du secondaire souhaitent continuer leurs études au niveau postsecondaire. Certains se retrouveront au Sud au Collège Marie-Victorin ou John-Abbott, d’autres iront à Kangiqsualujjuaq (connu aussi sous le nom de George River) pour faire un secondaire 6, une année préparatoire aux études postsecondaires. D’autres finissants se trouveront des emplois dans la communauté où il y a des emplois disponibles, notamment parce que Kuujjuaq est le centre administratif de la région.

L’intimidation

J’étais en quatrième année. Il s’appelait Alexandre… un p’tit roux, nouveau… Avec mes amis, on avait prévu lui lancer des pois secs avec des pailles après la classe. Mais on s’est fait pincé. Notre enseignante avait intercepté un petit papier entre moi et mon amie qui disait que j’avais oublié les pois mais qu’on pouvait toujours prendre du papier mâché. Sans avoir eu de grosse punition, on s’est fait parlé… fort. Mais pas aussi fort que quand j’ai jeté mon examen d’anglais par la fenêtre en 6e année. Et pourtant… les conséquences de l’inditimidation sont tellement plus grandes qu’un bout de papier lancé dans la gadoue!

En secondaire 3, j’ai reçu la monnaie de ma pièce… Je changeais d’étage (sec 1 et 2 en bas, secondaire 3-4-5 en haut). Mes amis étaient encore en secondaire 2. J’ai passé un automne (juste quelques mois) à longer les corridors, à me faire invisible pour éviter de faire rire de moi. J’avais des broches et des lunettes, j’étais la fille d’une personne politique qui venait de perdre ses élections. Bref, j’avais rien pour m’aider à me faire accepter. J’ai rencontré une amie qui revenait d’un an à l’étranger. Elle ne reconnaissait plus ses amis… Rapidement, on a tissé des liens parce que l’isolement se lisait sur nos visages. On a toutes deux terminé le secondaire dans le top 10 des élèves les plus impliqués de l’école!

Puis, je suis allée vivre un an aux États-Unis… Après à peine quelques semaines au pays de l’Oncle Sam, j’ai vu un enfant noir se faire battre dans la cour d’école, juste parce qu’il était noir. Il n’est jamais revenu à l’école après cette journée-là. Quelques mois plus tard, je me suis chicanée avec une membre de la gang des populaires de l’école… et elle m’a fait vivre le calvaire pendant 6 mois. De janvier à juin, rares étaient les journées où j’ouvrais la bouche pour parler à quelqu’un. L’ignorance, c’est la pire des intimidations… Je me suis refermée, mais j’ai survécu. Et là, à 18 ans, j’ai compris que les enfants peuvent être méchants entre eux. Mais que les parents sont souvent derrière cette méchanceté. Et c’est le rôle des parents d’élever leurs enfants et de leur faire comprendre que la méchanceté n’a pas sa place. Mais il y a encore des parents dans le déni total, ou encore qui s’amusent de l’attitude « forte » de leur enfant.

Vous connaissez la chanson L’escalier de Paul Piché? « Et puis les enfants, c’est pas vraiment vraiment méchants. Ça peut mal faire ou faire mal de temps en temps. Ça peut cracher, ça peut mentir, ça peut voler. Au fond, ça fait tout ce qu’on leur apprend. »

Il y a eu beaucoup de réactions concernant cette jeune fille, victime de ce qu’on appelle de l’intimidation, qui a trouvé une solution draconienne à son mal de vivre. Elle n’est pourtant pas la première, ni la dernière à vivre de l’intimidation. Et combien d’autres enfants ont choisi la même voie comme solution à leurs problèmes? Plutôt que de mettre l’accent sur le drame tragique de détresse psychologique qu’incarne cette jeune fille, de mettre sa photo et sa lettre d’aurevoir si personnelle au grand jour et qui pourrait inciter d’autres à faire comme elle; faudrait plutôt se tourner vers les échecs de la société à banir des comportements inacceptables. Parce que l’intimidation, dans un milieu de travail, ça s’appelle du harcèlement psychologique! Pourquoi accepter l’intimidation dans les écoles mais les proscrire une fois adulte? Me semble que d’étouffer le mauvais comportement dès l’enfance pourrait éviter bien des situations à l’âge adulte!

Félicitations pour votre bébé!

Quand le téléphone sonne et que je ne connais pas le numéro, je roule les yeux… C’est sûrement encore un de ces télémarketing: « Félicitations pour votre bébé. On a des produits d’assurances à vous offrir… »

C’est qu’il semble que le gouvernement donne la liste des nouveaux parents à des « fondations » qui ensuite vendent ces listes à des entreprises. Depuis le 18 octobre, on s’est fait offrir des produits d’assurances, des régimes d’épargnes-études, sans compter les appels qu’on a refusé de prendre dans les derniers 10 jours parce qu’on ne connaissait pas le numéro.

C’est vraiment inacceptable que le gouvernement divulgue les coordonnées des nouveaux parents à une tierce partie… Surtout lorsque le dit numéro de téléphone se retrouve sur la liste du gouvernement fédéral pour éviter le télémarketing.

J’ai discuté avec un de ces télémarketeur. Je lui ai demandé où il avait eu notre numéro. Il m’a répondu qu’une fondation (dont je n’ai pas retenu le nom) fournissait tous les numéros de téléphone des nouveaux parents au Québec; et que la fondation recevait cette liste de la part du gouvernement.

Ensuite, je lui ai dit qu’il fallait un certain culot pour déranger des nouveaux parents de la sorte sachant très bien que c’est peut-être pas le meilleur moment pour nous offrir des régimes épargnes-études… Un peu confus, il disait qu’il vallait mieux commencer tôt pour épargner pour les études de notre enfant…

Heille l’imbécile! Même si j’attends 6 mois, ça me mettra pas dans la rue! C’est quoi le rush d’appeler alors que notre bébé a à peine 10 jours! Et si je souhaite avoir des produits d’assurances ou un compte épargne-étude, je vais m’informer et appeler quand j’en aurai besoin.

DON’T CALL US, WE’LL CALL YOU!

p.s. j’aimerais bien que La Facture se penche sur la légalité de transmettre des coordonnées « confidentielles » à un tier… Y avait-il une case à cocher sur la déclaration de naissance qu’on aurait pas vu?