La Californie à son meilleur

Vous voulez visiter la Californie… celle qu’on voit dans les films? Dirigez-vous vers Huntington Beach, dans le Orange County. C’est la Californie à son meilleur, celle qu’on imagine, celle qu’on voit dans les films, celle des plages, des beaux mecs et des chicks en bikini, celle où tout le monde est heureux, bronzé et coupé au couteau, celle où vous ne trouverez que des blancs, riches et bien habillés.

Ce fut un des weekends les plus amusants depuis notre arrivée ici, il y a maintenant trois mois et demi. Silvia et Patrick, un couple d’amis de Montréal, sont venus nous visiter pour quelques jours. Ils voulaient vivre la plage, nous avons donc déménagé nos pénates pour la fin de semaine au sud de Los Angeles, à Huntington Beach, AKA Surf City.

Des filets de volleyball sur la plage de sable blanc, une ambiance électrisante, et des vagues, les meilleures de la Californie. Bienvenue à Surf City, CA.

À 40 kilomètres au sud de Los Angeles, seul Huntington Beach s’est vu décerner le nom de Surf City. Avec ses treize kilomètres de plage, Huntington Beach remporte la palme du plus long bord de mer accessible de la côte ouest. Chaque année, de nombreux événements internationaux ont lieu dans cette ville de 200 000 habitants : U.S. Open of Surfing, AVP Pro Beach Volleyball, Surf City USA Marathon.

Arrivés samedi matin, on se promène sur Main Street pour un déjeuner copieux. Vers 11 heures, les terrasses de la Main sont remplies des fêtards du vendredi, tous à la recherche de la même chose, se remplir l’estomac avant de se diriger vers la plage. On a essayé un petit restaurant qui semblait bon, surtout qu’il était plein… mauvaise expérience culinaire…

La plage est peuplée de jeunes sportifs avec soit une planche de surf, un wakeboard ou un skateboard. Pour d’autres, c’est les rollerblades ou le volleyball, mais il y a de l’action. Avec la musique des Beach Boys en sourdine (provenant d’un bar à proximité), on se promène le long du quai qui entre dans l’eau.

Au large, les dauphins et les lions de mer viennent jouer avec les surfeurs qui se reposent sur leur planche, attendant LA vague.

Il fait chaud, et il faut boire pour s’hydrater. Direction le Savannah, un bar sur la promenade de la plage pour profiter du Happy Hour. Parce que Huntington Beach est le roi du Happy Hour, entre 14 heures et 21 heures, il est facile de trouver un bar qui offre une quelconque promotion pour étancher la soif. Pour ajouter à l’ambiance, les télévisions dans les bars présentent les prouesses de certains surfeurs.

Pour honorer un emblème du surf, on peut aller au Duke’s, un restaurant en l’honneur du surfer hawaiien Duke Paoa Kahanamoku. Situé sur la plage, ce restaurant possède un décor typiquement hawaiien.

Vers 16 heures, la plage se vide et les gens se dirigent vers Main Street où la fête se poursuit dans les nombreux bars qui peuplent cette rue très populaire de Huntington Beach. On a bien mangé, bien bu. C’était une fin de semaine digne d’un film d’Hollywood… La Californie à son meilleur!

Bagdad Café de retour au grand écran?

C’est avec un grand enthousiasme que je vous annonce ma première publication concernant la Californie. Dans le Châtelaine de juillet, à la page 29, il y a un petit article sur Bagdad Café et son possible retour au cinéma.

Lors de notre voyage à Las Vegas en avril, Charles et moi sommes arrêtés dans ce petit restaurant de Newberry Springs en plein milieu du désert de Mojave. La propriétaire, Andrea Pruett, est absolument adorable. Nous avons jaser, j’ai appris qu’elle voulait faire revivre Bagdad Café dans un autre film dont elle a écrit le scénario.

C’est qu’Andrea était scripte pour Hollywood avant de s’exiler dans le désert pour permettre à son mari de réaliser son rêve, élever des autruches dans le désert. Elle a quitté son travail et la vie d’Hollywood pour le rêve de son mari. Elle est tombée amoureuse de ce petit café qui avait été le star d’un film en 1988 d’un réalisateur allemand. Travaillant à Hollywood, elle savait que ce café avait un potentiel touristique. Elle a changé le nom du café pour lui redonner le nom du film et travaillé très fort pour faire reconnaître son café comme une attraction de la route 66.

Aujourd’hui, de nombreux touristes – notamment beaucoup de Français et de Québécois – s’arrêtent au Bagdad Café pour entendre la chanson Calling You qui jouent en boucle au restaurant.

Andrea Pruett a perdu son fils et son mari en deux ans… Maintenant seul derrière le comptoir de son café, elle voit grand et espère intéresser les majors américains à un film sur son histoire… Une femme qui laisse la vie aisée de L.A. pour s’installer au milieu du désert et ayant comme simple « remontant » un café et toute son histoire.

C’est une histoire magnifique, à surveiller d’ailleurs!

Donc, en kiosque, Châtelaine de juillet, page 29, a un court article à ce sujet… et c’est Charles qui a pris la photo, magnifique comme d’habitude 😉

Memorial Day in L.A.

Alors qu’à la télé, on présente des reportages sur les militaires tombés au combat, les cimetières militaires sont remplis de gens qui se recueillent devant la tombe d’un ami, collègue, frère, soeur, fils, fille, père, mère…

Mais à la radio commerciale, c’est autre chose… On dit que Memorial Day est fait pour faire la fête, aller à la plage et se saouler… quel contraste!

Nous, on est allé explorer Griffith Park… c’est un des plus grands parcs urbains en Amérique du Nord. En comparaison avec le Mont Royal, le Mont Royal est un parc à chien (désolée mais fallait une comparaison imagée!). C’est à Griffith Park, sur le Mont Hollywood qu’on retrouve le fameux signe HOLLYWOOD. Je parle de son histoire ici.

Nous avons donc fait une petite randonnée jusqu’au sommet de la plus haute montagne du parc.

hiking Griffith Park

Nous étions évidemment pas les seuls à avoir pensé à cette randonnée… Le stationnement débordait, les automobilistes se coupaient pour une place de stationnement ou encore pire bloquaient la circulation dans l’espoir d’être le prochain à se trouver une place…

En ce lundi de mai, la brume sale avait envahi la ville… les photos ne sont pas très belles… D’ailleurs, comme il n’a pas plu depuis plus de 4 semaines maintenant, inutile de vous dire à quel point l’air aurait bien besoin d’une petite averse pour se nettoyer…

hiking Griffith Park2

Du sentier, on voit l’observatoire et au loin, dans le smog, le centre-ville de Los Angeles.

À Griffith Park, on retrouve 90 km de sentiers de randonnées pédestres, des terrains de golf, des sentiers pour les chevaux… Mais la plus grande attraction – une découverte pour nous – l’observatoire. Avec deux immenses télescopes sur l’un des points les plus élevés de la ville, nous retournerons certainement à cet observatoire pour admirer les étoiles.

Et justement, VirtualTourist.com vient tout juste d’honorer la rotonde principale de l’observatoire comme l’un des plus beaux plafonds du monde. Je vous promets des photos de ce plafond lors de notre prochaine visite à l’observatoire.

Observatoire

pollution Griffith Park
En attendant... on a la tête dans les nuages... ou plutôt dans le smog 😦

Vous aimez ce que vous lisez? Abonnez-vous à la liste de diffusion. Vous recevrez un courriel chaque fois qu’un nouvel article sera publié.