Chaud et sec… encore

On annonce encore une température chaude et sèche pour demain… Une réalité difficile pour les propriétaires de maisons, chalets et ranchs dans les montagnes de la Angeles National Forest.

Ce soir, les vents poussent les flammes vers les quartiers de La Crescenta principalement. Ce petit quartier tranquille et résidentiel au pied des montagnes San Gabriel dans la Angeles National Forest a été évacué plusieurs fois depuis le début de ce feu mercredi dernier. Mais le « Station Fire » a pris de l’ampleur pendant la fin de semaine. Il est maintenant aussi grand que la ville de San Francisco…

Jusqu’à maintenant, plus de 100 000 acres de forêt a brûlé, c’est plus de 7 fois la superficie du Parc National du Mont Orford, 74 structures ont goûté aux flammes destructrices et le nombre d’évacués risque d’augmenter encore cette nuit alors que le feu se rapproche dangereusement des canyons habités.

La nuit, les hélicoptères n’arrivent pas à survoler le feu et ainsi il prend de l’ampleur. Malgré le travail forcené des pompiers la nuit dernière, le feu a doublé et on s’attend à la même situation pour cette nuit. Plusieurs centres d’évacuations ont été mis en place dans les écoles pour accueillir les résidants qui fuient les flammes, espérant que leur maison ne fera pas partie des statistiques…

Cet après-midi, nous avons visité La Crescenta. Avec Cécile Gladel (qui devait garder mes chats pendant ma lune de miel qui a été annulé à cause de l’ouragan au Mexique), nous avons visité deux quartiers. Les gens semblaient inquiets même s’ils tentaient de se rassurer l’un et l’autre par des blagues. Mais on lisait sur leur visage l’angoisse… Parce que la nuit est leur pire ennemi. La majorité des gens que nous avons rencontré dormiront (ou tenteront de dormir) dans leur maison malgré les ordres d’évacuation et la lueur du feu dans les fenêtres de leur maison.

Victor, un résident de La Crescenta, disait que grâce à Facebook, il réussit à avoir des nouvelles de ses amis qui sont près de d’autres foyers d’incendie pour savoir comment se comporte le feu, où il va et comment le vent l’influence. Avec des vidéos en direct et des photos de ses amis, il se rassure… pour le moment.

Dans un autre quartier, plusieurs résidents s’étaient regroupés près du canyons où les pompiers attendaient les flammes qui dévalaient la montagne. À un certain point, nous étions qu’à 40 mètres des flammes, aussi hautes qu’un arbre mature. Les gens discutaient, tentant de garder un certain contrôle sur leur angoisse. Assis sur des chaises de camping, ils attendaient que le show commence… Parce que les pompiers ont allumé certaines parties de la montagne à l’aide de fusées éclairantes question de garder le contrôle du feu près des maisons. Les broussailles sont tellement sèches, elles doivent brûler et les pompiers préfèrent les brûler de façon isolée que d’attendre que le feu qui fait rage plus loin se nourrisse de ces broussailles. Tous ces gens resteront aussi à la maison ce soir mais avec les photos et les papiers importants dans la voiture, prêts à évacuer si le feu s’approche trop près.

Deux avions de la Sopfeu qu’on appelle les Super Scoopers ici aux nouvelles viennent d’arriver en renfort pour prêt main fortes aux nombreuses équipes de pompiers (3700 au total) provenant de partout en Amérique du Nord. Ces avions arborant le drapeau du Québec sont au sol ici à Los Angeles attendant le signal pour déverser leur cargaison d’eau et de retardateurs de flammes sur les foyers d’incendie… pour la modique somme de 3 millions pour la saison de 3 ou 4 mois. En dix minutes, les avions seront prêts à déverser les 14000 gallons d’eau sur les brasiers. Le « Station Fire » passera certainement à l’histoire pour un des plus étendus de l’histoire du comté de Los Angeles.

Partout dans les casernes de pompiers de Los Angeles aujourd’hui, les drapeaux sont en berne à la mémoire des deux pompiers décédés en service dimanche. En fuyant le brasier, leur camion a dérapé dans le chemin de terre et basculé dans le canyon plus bas.

Ce soir, après avoir rencontré des gens dont les maisons sont menacées par ce feu, après avoir vu les flammes dévorer des arbres en quelques battements de cil, je vois les feux de brousailles de Los Angeles d’un tout autre angle. À 12h43 heure de Montréal, le « Station Fire » est contenu à 15 %… Et une autre journée chaude et sèche demain.

La qualité de l'air se détériore…

Dimanche, l’index de qualité de l’air a fracassé les 398 points dans la région de Los Angeles.

Considérant qu’en haut de 100, le taux de qualité de l’air est dangereuse pour la santé, les autorités demandent aux gens de rester à l’intérieur dans les prochains jours pour éviter les malaises dus à la fumée des feux de brousailles qui enveloppe la région de Los Angeles.

Ici à Moorpark, je dois avouer que nous sommes encore épargnés. Le ciel est voilé mais sans odeur de brûlé ni particules dans l’air. Tout dépend des vents qui devraient reprendre cet après-midi, la fumée pourrait se rendre jusqu’ici.

10 000 maisons menacées par les feux de forêts

Tant qu’à ne pas être en vacances à cause d’un ouragan, aussi bien travailler! Et les feux de forêts qui ravagent la Angeles National Forest au nord de L.A. risquent de ne pas s’éteindre en une journée. Pour vous rassurer, les feux ne menacent pas notre région, à tout le moins pour le moment.

Donc me voici au poste, les réflexes de journaliste bien aiguisés pour une autre aventure. Et pour garder mon équilibre mental, Cécile Gladel me supporte mentalement!

Depuis mercredi, le feu menace les demeures au pied des montagnes de la Angeles National Forest. Les localités de La Canada, Flintridge, Glendale, Altadena, La Crescenta, Sunland, Acton ont évacués les résidants. La majorité des gens écoutent les instructions d’évacuation. Par contre, d’autres décident de rester pour tenter de sauver leur maison, un acte illégal en Califonie. Le gouverneur de la Californie Arnold Schwarzenegger pressait les résidants « d’écouter et suivre les ordres d’évacuations ».

Jusqu’à maintenant, le feu a doublé pendant la nuit de dimanche à lundi, avageant 344 km carré de territoire (soit six fois la superficie du parc national du Mont Orford). Seulement 5 % du feu est sous contrôle. L’état d’urgence a été déclaré lundi matin, ce qui permet de débloquer d’autres budgets pour les évacuations et le nombre de pompiers combattant le feu… Curieusement, la Californie ne possède pas les budgets pour l’état d’urgence… Une situation qui pourrait faire reculer les ententes budgétaires signées cet été.

Le feu baptisé « Station Fire » menace aussi une douzaine de tours de communications et un observatoire d’astronomie historique valant plusieurs millions de dollars, au sommet du Mont Wilson. Ces tours de communications permettent aux stations de télévision et de radio de diffuser leur programmation et sont utilisées par les compagnies de cellulaire. Au sommet du Mont Wilson, 25 pompiers coupent les brousailles autour des structures et se préparent pour une bataille déterminante contre ce feu.

Ces montagnes n’ont pas brûlé depuis 60 ans. Les pompiers considèrent les brousailles comme du carburant tellement elles sont sèchent et s’enflamment avec vigueur. 1800 pompiers de partout en Californie et des états voisins combattent présentement ce feu. D’ailleurs, deux pompiers sont décédés dimanche après-midi dans un accident. Leur camion s’est renversé alors qu’il roulait sur une route de service dans la montagne.

Les pompiers tentent aujourd’hui de contenir le feu en boîte. Un défi de taille compte tenu la vigueur de cet incendie et les conditions météo qui n’aident pas à la situation. Encore aujourd’hui, on s’attend à une journée chaude (au-dessus de 35 degrés Celcius) avec une humidité sous les 10 %. De plus, les vents devraient se mettre de la partie d’ici la fin de la journée. Si c’était le cas, la situation pourrait se détériorer très rapidement.

Pour suivre les développements de cette histoire, restez brancher sur ce blogue. Je me rendrai sur le terrain pendant la journée avec un masque 🙂

Voici une carte de la région touchée par le « Station Fire » (source L.A. Times)

Le meurtre de Michael Jackson?

Les médecins disent ne s’être jamais rencontrés ni même échangés de l’information sur leur patient. On a trouvé un puissant médicament utilisé pour des anesthésies lors de chirurgie à l’hôpital dans la maison où Michael Jackson s’est effondré sans pouls. La police cherche à obtenir des dossiers médicaux que le dermatologue de Jackson aurait « omis » de remettre lors de la première issue d’un mandat à son cabinet. Dès qu’on a retrouvé Jackson, le service de police de Los Angeles a envoyé une équipe des homicides à la maison de Jackson. On a retrouvé des prescriptions au nom de d’autres patients que Jackson dans sa maison et un sac de vidange plein de médicaments. Aujourd’hui, le site TMZ affirme que Michael Jackson aurait été assassiné.

Avec toutes les circonstances entourant sa mort, c’est une question très pertinente. Un médecin qui administre des médicaments, des narcotiques de surcroit, à un patient ne devrait-il pas consulter le dossier de ce dit patient pour s’assurer qu’il n’y a pas d’interactions avec d’autres médicaments?

Deux mandats ont été nécessaires pour que le dermatologue de Beverly Hills Arnold Klein donne ces fameux dossiers concernant Jackson.

Les médicaments trouvés chez Jackson sont de si puissants narcotiques qu’il y a sur chaque boîte un numéro de série pour les retracer, du manufacturier jusqu’au détaillant. La police a contacté le fabricant pour connaître le cheminement du lot retrouvé chez Jackson.

Maintenant, la police de Los Angeles enquête sur cette mort tragique comme une mort suspecte… Beaucoup de « coïncidences » dans cette histoire…

Universal CityWalk rend hommage à MJ

C’était au tour de Universal CityWalk de rendre hommage à Michael Jackson hier lors d’un événement spécial. Le CityWalk est la promenade piétonnière qui borde les Universal Studios, le parc et les studios de télévision et de films.

L’événement était prévu pour 19 heures et déjà à 18h30, la foule rassemblée sur la promenade était importante et bruyante… On a même dû refuser des gens qui arrivaient à la dernière minute avec leurs chaises de camping. C’est qu’on avait réservé un grand espace pour permettre d’installer chaises et couvertures pour l’événement et la diffusion du film « The Wiz » après l’hommage.

On a eu droit à des vidéoclips sur grand écran, un concours de Moonwalk, gagné par un Californien du Orange County, Scott. Il avait le jacket rouge de Michael Jackson, trouvé il y a quelques années dans une friperie.

Lorsque le vidéo Thriller a commencé, la foule s’est déchaînée! Et c’est qu’au milieu du vidéo que des acteurs/danseurs zombies se sont infiltrés dans la foule à leur plus grand plaisir. On a eu droit à une prestation en direct de la fameuse chorégraphie!

L’ambiance était électrisante et la foule en délire.

Assise chez-moi, avant de partir pour cet événement, je me sentais triste… Triste de me retrouver seule à la maison après autant de jours à travailler comme une débile. Charles est parti en Chine jusqu’à mercredi prochain.

Mais lorsque je suis arrivée sur place, l’énergie de la foule a été vraiment contagieuse. Un boost d’énergie qui se montrait essentiel! Alors que je bougonnais parce que je n’avais pas le goût d’y aller… finalement c’était une très bonne idée de couvrir cet événement. À voir sur Musique Plus!

Reportages et entrevues

Maintenant que les funérailles sont terminées, je recueille le fruit de mon labeur c’est-à-dire les publications et enregistrements auxquels j’ai travaillé dans les dernières semaines.

En voici aujourd’hui trois mais d’autres seront certainement à suivre dans les prochains jours:

Le blogue de l’Association des journalistes indépendants du Québec a fait une entrevue présentée ici sur mon expérience de journaliste pigiste pendant la folie Michael Jackson.

Le journal local de Mont-Joli, ma ville natale, fait état de mon expérience ici.

Et finalement, le reportage de La Semaine dont je suis très fière… (format pdf).006_23s_4_mjackson1

Sentiments partagés

Ça été une grosse journée. Levé à 3h du matin, converses à la radio et à la télé, un peu de trafic pour me rendre au centre-ville, ma première expérience dans le métro de Los Angeles, la foule autour du Staples Center, la chaleur de l’après-midi… Ouf!

De retour dans le confort de mon appartement en banlieue de Los Angeles, mes sentiments envers toute cette expérience Michael Jackson sont partagés. Partagés entre ma profession – le journalisme – que j’adore et l’humain derrière la journaliste. Partagés aussi entre l’excitation ou plutôt de l’enivrement de l’énergie d’une foule et la raison première de cette foule aujourd’hui devant le Staples Center.

J’adore mon travail mais quand je vois des gens pleurer leur idole… Je n’irai pas braquer mon kodak dans leur face. Ça fait peut-être une maudite bonne photo mais elle veut dire que très peu si on veut « the best shot » plutôt que démontrer la réalité d’un événement. Certains fans se cachaient derrière des foulards, d’autres derrière des lunettes fumées mais les cliquetis des nombreux appareils photo ne cessaient pas.

J’ai moi-même eu le menton tremblant lorsque Mariah Carey a chanté « I’ll be there »… Essayant de chasser cette émotion de ma tête, je me disais que je ne devrais pas être touchée, je suis journaliste… Mais est-ce qu’un journaliste peuvent démontrer un peu d’humanisme… C’est peut-être être naïve mais j’y crois.

Aujourd’hui autour du Staples Center, il y avait deux clans: les fans et les curieux. Les fans ne sont pas restés longtemps ou avaient des billets pour se rendre à l’intérieur. Les curieux étaient ceux déguisés en Michael Jackson pour passer à la télé ou encore ceux qui voulaient être là pour être là… Mais ces gens-là n’ont pas regardé la cérémonie. C’est là la différence. Les fans et ceux qui voulaient voir la cérémonie ont vu un autre visage de Michael Jackson, un père, un frère, un fils, un ami… Ce n’était pas seulement un chanteur, danceur… c’était aussi un humain.

Beaucoup de fans sont restés à la maison aujourd’hui pour regarder cette cérémonie à la télévision. C’était beaucoup mieux ainsi car ils ont pu vivre l’essence de cette cérémonie sans la folie qui l’entoure. Selon la police, seulement 600 personnes sont descendus dans les rues de Los Angeles aujourd’hui… On craignait un million de personne…

Lorsque je suis arrivée près du Staples Center ce matin, j’ai été très déçue. Déçue de voir que de nombreux chanceux vendaient leurs billets 200$ à 300$ alors qu’ils les ont eu gratuitement. Dans la foule nombreuse fourmillaient des scalpers prêts à vendre leurs billets… pourquoi? « Because I need money », dit Jose. Riant un peu croche, il s’est sauvé de ma caméra et d’un des nombreux inspecteurs du LAPD en civil à la recherche des revendeurs.

D’ailleurs, un autre revendeur a été arrêté sous mes yeux… Il a tenté de partir avec l’argent et le bracelet alors que le billet et le bracelet étaient nécessaires pour accéder au Staples Center. La foule criait à la police juste de l’autre côté du cordon jaune du LAPD. La foule a applaudi chaleureusement lorsque le revendeur a été escorté par trois policiers.

Avant le début de la cérémonie, alors que la foule autour du Staples Center contenait des gens avec billets et des gens sans billets, l’ambiance était inconfortable. On pouvait sentir certains crever d’envie et de jalousie pour ces billets. J’ai vu aussi de beaux moments de partage…

Un homme en chaise roulante qui souhaitait rendre hommage à son idole à obtenu des billets d’un bon samaritain. Une mère et son enfant de 7 ans sortaient de la cérémonie… Debbie dit « Un ange a répondu à mon annonce sur Craiglist et m’a donné deux billets pour venir ici aujourd’hui ». Tasha attendait sur le coin d’une rue à 7h ce matin, elle ignorait où aller… sa première visite à L.A. de Memphis, Tennessee.  Je discute avec elle un moment et une autre femme se joint à la conversation… Elle attendait son ami qui n’arrivait pas, et les deux femmes sont parties, telles de nouvelles amies qui allaient aller à cette cérémonie tant convoitée. La seule chose de Tasha m’a dite avant de mettre le bracelet doré autour de son poignet: « I’m about to cry »…

J’ai vu le pire et le meilleur aujourd’hui. Des actes brusques et même grossiers de la part de certains photographes mais aussi des actes de compassion, d’amour et de partage…

Des sentiments partagés…

Welcome to… Neverland!

Décidément, Michael Jackson ne voulait pas vieillir… il avait de syndrome de Peter Pan jusqu’au bout des ongles. À son ranch de Neverland, près de Santa Barbara, les admirateurs venaient en grand nombre en ce 4 juillet – Fête de l’indépendance – pour rendre hommage à leur idole. C’était l’endroit le plus personnel de tous ceux que j’ai visité pour l’histoire de Michael Jackson. En arrivant, un monsieur jouait « We are the world » à la flûte traversière. Les fleurs envahissaient les côtés de la grande porte où on pouvait lire « Neverland Once upon a time ». Il y avait une ambiance, un feeling… quelque chose de personnel.

Sur les petites routes de campagne de la vallée de Santa Ynez, le trafic était impressionnant! Et je comprends pourquoi les autorités locales étaient inquiètes de la sécurité si les funérailles avaient eu lieu là. À peine deux gros camions peuvent se croiser sur la petite route, Figueroa Moutain Road.

Justement sur cette route, nous avons eu cette pensée… Michael Jackson a roulé combien de fois dans sa limousine sur cette petite route magnifique au milieu des champs pour se rendre chez-lui à Neverland? C’est dans cet esprit que nous arrivés au cirque…

Évidemment, des médias mais aussi beaucoup de fans… On vendait des chandails, de l’eau et de fraises de la vallée devant les portes de Neverland. La musique de Michael Jackson résonnait partout!

Encore et toujours, la foule n’était pas très contente qu’un autre média s’installe près de la grande porte pour faire un topo… Juste 5 min… SVP!

Ça été un après-midi chaud et épuisant mais je suis contente d’être allée à 2h30 de L.A. (merci Charles d’avoir conduit) pour voir l’endroit si populaire où Michael Jackson allait se réfugier pendant son procès. Vous saviez qu’il avait acheté cette propriété à 29 ans? Il était déjà riche à mon âge 😉

C’est drôle qu’on se retrouve dans cette région pour voir le ranch de Neverland… puisqu’il y a déjà deux mois, Charles et moi étions allés à Solvang, ce petit village danois près de Los Olivos, pour la fin de semaine. Nous avions même visité un vignoble à Los Olivos, Firestone. Hé bien, nous étions à quelques kilomètres de Neverland… sans le savoir!

Capsules de Musique Plus

Les capsules sur la mort de Michael Jackson tournent à Musique Plus depuis quelques jours maintenant.

Si vous voulez les voir, voici les liens:

Hollywood Boulevard 1

Hollywood Boulevard 2

Hollywood Boulevard 3

Encino 1

Encino 2

J’en ajouterai d’autres dans les prochains jours. Nous irons filmer des capsules à Neverland demain, samedi 4 juillet. Ces capsules sont une production de Hollywood Pro Photography, en collaboration avec Musique Plus.

À suivre…