Un mur de feu aux portes de Los Angeles…

Oh Come on! C’est quoi ce titre pour faire peur au monde? La Presse fait sa une avec des photos sensationnalistes et des titres accrocheurs. Je suis très déçue. Oui le « Station Fire » est l’un des plus gros de l’histoire du comté de Los Angeles, oui la situation est critique pour certaines villes dortoirs du nord de Los Angeles… mais il n’y a pas de mur de feu et Los Angeles n’est pas menacée par les flammes…

À Tujunga, des maisons ont été brûlées… parce que ces maisons se situent dans un canyon (entre deux montagnes) et que le feu a utilisé le canyon comme un couloir pour s’étendre. Il a été impossible pour les pompiers d’empêcher le feu dans ce couloir rempli d’oxygène et de carburant (brousailles sèches).

Le feu qui ravage la Angeles National Forest est une menace sérieuse pour de nombreuses banlieues et pour des tours de communications importantes pour la région mais L.A. ne tombera pas sous les flammes… Certains quartiers sont léchés par les flammes mais on ne parle pas de feu qui pourrait détruire complètement la ville. La ville est tellement étendue… C’est comme si le feu était à Blainville dans les premiers quartiers résidentiels. Est-ce qu’on dirait que le feu est aux portes de Montréal?

Et les deux pompiers décédés en service ne sont pas morts le tuyau en main brûlés vifs en train de tenter d’éteindre la bête coûte que coûte… Ils étaient en camion en train de fuir le brasier lorsque le camion a fait une embardé et est tombé dans le canyon plus bas. C’est tout aussi horrible et ils auront les honneurs qu’ils méritent pour leur courage mais il faut regarder les choses comme elles sont.

Ce qui est inquiétant présentement, c’est la qualité de l’air. Même où j’habite, aujourd’hui le ciel est voilé. Toute la grande région métropolitaine de Los Angeles souffre sous le poids d’un imposant nuage gris et brun. Les masques seront définitivement essentiels pour se rendre près des feux aujourd’hui.

Chaud et sec… encore

On annonce encore une température chaude et sèche pour demain… Une réalité difficile pour les propriétaires de maisons, chalets et ranchs dans les montagnes de la Angeles National Forest.

Ce soir, les vents poussent les flammes vers les quartiers de La Crescenta principalement. Ce petit quartier tranquille et résidentiel au pied des montagnes San Gabriel dans la Angeles National Forest a été évacué plusieurs fois depuis le début de ce feu mercredi dernier. Mais le « Station Fire » a pris de l’ampleur pendant la fin de semaine. Il est maintenant aussi grand que la ville de San Francisco…

Jusqu’à maintenant, plus de 100 000 acres de forêt a brûlé, c’est plus de 7 fois la superficie du Parc National du Mont Orford, 74 structures ont goûté aux flammes destructrices et le nombre d’évacués risque d’augmenter encore cette nuit alors que le feu se rapproche dangereusement des canyons habités.

La nuit, les hélicoptères n’arrivent pas à survoler le feu et ainsi il prend de l’ampleur. Malgré le travail forcené des pompiers la nuit dernière, le feu a doublé et on s’attend à la même situation pour cette nuit. Plusieurs centres d’évacuations ont été mis en place dans les écoles pour accueillir les résidants qui fuient les flammes, espérant que leur maison ne fera pas partie des statistiques…

Cet après-midi, nous avons visité La Crescenta. Avec Cécile Gladel (qui devait garder mes chats pendant ma lune de miel qui a été annulé à cause de l’ouragan au Mexique), nous avons visité deux quartiers. Les gens semblaient inquiets même s’ils tentaient de se rassurer l’un et l’autre par des blagues. Mais on lisait sur leur visage l’angoisse… Parce que la nuit est leur pire ennemi. La majorité des gens que nous avons rencontré dormiront (ou tenteront de dormir) dans leur maison malgré les ordres d’évacuation et la lueur du feu dans les fenêtres de leur maison.

Victor, un résident de La Crescenta, disait que grâce à Facebook, il réussit à avoir des nouvelles de ses amis qui sont près de d’autres foyers d’incendie pour savoir comment se comporte le feu, où il va et comment le vent l’influence. Avec des vidéos en direct et des photos de ses amis, il se rassure… pour le moment.

Dans un autre quartier, plusieurs résidents s’étaient regroupés près du canyons où les pompiers attendaient les flammes qui dévalaient la montagne. À un certain point, nous étions qu’à 40 mètres des flammes, aussi hautes qu’un arbre mature. Les gens discutaient, tentant de garder un certain contrôle sur leur angoisse. Assis sur des chaises de camping, ils attendaient que le show commence… Parce que les pompiers ont allumé certaines parties de la montagne à l’aide de fusées éclairantes question de garder le contrôle du feu près des maisons. Les broussailles sont tellement sèches, elles doivent brûler et les pompiers préfèrent les brûler de façon isolée que d’attendre que le feu qui fait rage plus loin se nourrisse de ces broussailles. Tous ces gens resteront aussi à la maison ce soir mais avec les photos et les papiers importants dans la voiture, prêts à évacuer si le feu s’approche trop près.

Deux avions de la Sopfeu qu’on appelle les Super Scoopers ici aux nouvelles viennent d’arriver en renfort pour prêt main fortes aux nombreuses équipes de pompiers (3700 au total) provenant de partout en Amérique du Nord. Ces avions arborant le drapeau du Québec sont au sol ici à Los Angeles attendant le signal pour déverser leur cargaison d’eau et de retardateurs de flammes sur les foyers d’incendie… pour la modique somme de 3 millions pour la saison de 3 ou 4 mois. En dix minutes, les avions seront prêts à déverser les 14000 gallons d’eau sur les brasiers. Le « Station Fire » passera certainement à l’histoire pour un des plus étendus de l’histoire du comté de Los Angeles.

Partout dans les casernes de pompiers de Los Angeles aujourd’hui, les drapeaux sont en berne à la mémoire des deux pompiers décédés en service dimanche. En fuyant le brasier, leur camion a dérapé dans le chemin de terre et basculé dans le canyon plus bas.

Ce soir, après avoir rencontré des gens dont les maisons sont menacées par ce feu, après avoir vu les flammes dévorer des arbres en quelques battements de cil, je vois les feux de brousailles de Los Angeles d’un tout autre angle. À 12h43 heure de Montréal, le « Station Fire » est contenu à 15 %… Et une autre journée chaude et sèche demain.