Le désert de Palm Springs

En redescendant les montagnes de San Jacinto, on retrouve rapidement le paysage désertique. Les montagnes rocheuses, les arbustes de thym et de romarin… et l’immensité à perte de vue.

Quelques personnes habitent sur la route entre Idyllwild et Palm Springs, mais si peu que les services postaux regroupent les boîtes aux lettres pour éviter de se retrouver dans le milieu de nul part chaque jour.

En arrivant à Palm Springs, juste avant de descendre la dernière colline, la vue est époustouflante. La petite route descend en zig-zig dans le désert comme un ruban noir au milieu d’un gâteau beige. Au loin, on aperçoit l’oasis de Palm Springs et ses quelques 150 terrains de golf.

Mais dans toute cette immensité, qui semble magnifique, se retrouve l’habitat préféré… des serpents à sonnette. Charles aimerait bien en voir un et le photographier, mais j’avoue que je n’y tiens pas plus qu’il le faut 😉

En route vers Palm Springs

Pour se rendre à Palms Springs de Moorpark, il y avait deux moyens, le court et le long chemin… On a pris la route panoramique! Une route qui part du désert et qui monte en altitude jusqu’à Idyllwild, un petit village au coeur de la forêt du Mont San Jacinto, à plus de 2000 mètres d’altitude.

Ici, ce ne sont pas les cactus qui règnent mais bien les immenses pins. Dès qu’on est arrivé dans ce petit village, je m’y suis sentie chez-moi. L’odeur des conifères m’était familière, le soleil qui tente de percer ses rayons à travers les nombreux arbres qui bordent la route. Vraiment un endroit charmant.

Le centre-ville de ce petit village était très animé pour un samedi midi. De nombreux touristes relaxaient sur les terrasses ou marchaient le long de la rue principale à la recherche d’aubaines dans les nombreuses boutiques d’artisanats et d’antiquités. Comme nous étions parti le matin tôt, nous avions prévu arrêter en chemin pour dîner et ce petit coin paradisiaque semble parfait. Après une petite marche dans le centre-ville, notre choix s’est arrêté sur un bar en plein servant des plats cuisinés sur le BBQ. En prime, un band de blues s’est installé quelques minutes après notre arrivée.

Vraiment, Idyllwild a été une découverte fantastique, une des plus intéressantes depuis notre arrivée ici. Nous comptons y retourner cet été, question de fuir la chaleur insupportable de la ville et aussi pour se sentir un peu comme dans une forêt boréale, pas trop loin de la maison 😉

Changement de température

Palm Springs, dimanche 17h.

chaud

Nous avons marché dans le désert pendant quelques heures question de voir le plus gros oasis de palmiers au monde… Encore salés de transpiration et après s’être ravitaillés de pizza dans un restaurant plus ou moins invitant, il fallait mettre le cap vers Moorpark.

En moins de trois heures, la température a chuté radicalement… de 20 degrés. Entre 20 degrés et 0 degrés, c’est cruel direz-vous. Mais entre 40 degrés dans le désert de Palm Springs et le 20 degrés nuageux de Moorpark… on a eu froid en débarquant de la voiture.

Je sais, je sais, vous me direz que le 20 degrés nuageux de Moorpark ferait bien votre affaire…

À suivre… des photos de Palm Springs et description de cette aventure d’une fin de semaine!

Vous voulez être les premiers à voir ces photos? Abonnez-vous à la liste de diffusion. Vous recevrez un courriel chaque fois qu’un nouvel article sera publié.

Visite dans le désert – Part II

Ok… je l’avoue… j’ai une légère fixation sur le désert. Mais qui en n’aurait pas? J’ai grandit près d’un des plus grands fleuves du Canada là où on ne voit pas l’autre côté de la rive.

Après une légère introduction au désert avec Charles, en route vers Las Vegas, en avril dernier, j’ai vécu la traversée du désert… la vraie 😉

Avec Cécile, on a parcouru les quelques 500 kilomètres qui séparent Las Vegas de Moorpark sur les routes secondaires, évitant à tout prix les maudites autoroutes où les Américains se croient les rois du monde.

Pour traverser le désert, nous sommes passées à travers la réserve nationale du désert de Mojave, où se trouve entre autre Kelso. Une ville… euh non, un patelin de 24 habitants en plein milieu du désert, tout près de ce qu’on appelle The Devil’s Playground (le terrain de jeu du diable), c’est-à-dire, des dunes de sable à perte de vue.

Vous pouvez voir les photos de Kelso, une ville au milieu du désert sur le blogue de Cécile, car elle est la photographe de ce voyage.

Le désert est, ma foi, fascinant et chaque fois que j’explore une infime partie de son immensité, il m’apparaît différent. D’ailleurs, j’y retourne cette fin de semaine, avant qu’il fasse trop chaud pour y aller. Direction : Palm Springs, oasis hollywoodien du désert là où les vedettes se payent des vacances et les snowbirds jouent au golf.

Mais c’est pas pour ces raisons, disons superficielles, que nous nous rendons à cet endroit… C’est pour sa nature et son calme… À quelques kilomètres de Palm Springs, à Hot Springs Desert, l’eau bouillante sort de la terre, alimentée par des sources souterraines. On dit que cette eau fait des miracles… Mais une fascination encore plus impressionnante m’attire dans le désert de Palm Springs… la faille de San Andreas… Je vous promets des photos de cette fameuse faille!

À suivre…

L'envers du rêve californien

Chaque fois qu’on fait référence à la Californie, on pense à la plage, Alerte à Malibu, les vedettes de Hollywood, la vie jetset des gens célèbres… Mais la Californie a aussi ses revers… surtout en ces temps difficiles.

Je le disais hier, l’immobilier en Californie est en chute libre… Il suffit de se balader dans les rues de L.A. pour constater que la crise touche aussi le coeur de la capitale du divertissement.

Et un autre indice, les sans-abris qui peuplent les plages. À Venice, ils sont très présents puisqu’ils peuvent se fondre dans la faune urbaine éclectique de cette plage mythique.

sans-abris1

sans-abris2

Vous aimez ce que vous lisez? Abonnez-vous à la liste de diffusion. Vous recevrez un courriel chaque fois qu’un nouvel article sera publié.

Entre deux aventures

Ce fût une semaine assez intense… Ma soeur, son mari et ses deux enfants (3 ans et demi et un an) sont venus se faire dorer sous le soleil de la Californie.

Tout a commencé dimanche dernier. Ils sont arrivés au milieu de l’après-midi chaude et ensoleillée. Question de dégourdir les jambes des petits et de profiter du reste de la journée, la piscine de notre complexe était la meilleure option. Sous le soleil encore chaud mais descendant, on a jasé et Élyse (la vedette de Los Angeles de trois ans et demi) s’est lancée dans la pateaugeoire. François aussi a trempé ses pieds dans la piscine.

Pour les accueillir en Californie, nous leur avons servi… DU PORC pour souper! Mais personne ne peut résister à des côtes levées… même en temps de grippe porcine.

Pour ajouter à la thématique, le lendemain matin, nous sommes allés à la ferme, cueillir des fruits et des légumes. Underwood Family Farms près de Moorpark offre des jeux pour les enfants et une fermette avec chèvres, cochons, lamas, canards, vaches et chevaux. C’était une avant-midi très amusante et nous l’avons terminé en allant dans les champs. Le soleil commençait à brûler la peau lorsque nous sommes revenus à l’appartement. Un dîner rapide et la sieste… Même les adultes ont profité de ce moment de répit car François était sur le décalage et debout à 5h du matin.

Ensuite, de retour pour faire des splashs dans la piscine et quelques acrobaties au parc de jeux.

Le lendemain, Hollywood boulevard nous attendait. Mais avant, j’avais promis à ma soeur de l’amener à un entrepôt du magasin Children Place, son magasin de prédilection pour les vêtements pour enfants. Nous avons fait un arrêt de quelques minutes à la plage à 15 minutes des entrepôts de Camarillo qui n’étaient pas encore ouverts. Oxnard est une ville d’agriculture où les champs de fraises s’étendent à perte de vue. À la plage, le vent marin froid soufflait sur les dunes de sables. Les vagues se cassaient sur la rive avec un bruit assez fort pour couvrir nos voix.

Hollywood boulevard
Au Chinese Theater sur Hollywood Boulevard, là où les vedettes laissent leurs traces!

Après un dîner américain (macaroni au fromage pour les enfants!), Hollywood! Pour s’y rendre, il fallait prendre notre temps question de laisser les enfants reprendre des forces. Nous avons donc opté pour Mulholland Drive, une route panoramique longeant les montagnes qui bordent Hollywood. Le point culminant de cette route sinueuse, l’observatoire qui permet de voir le fameux signe d’Hollywood sur la montagne.

Nous sommes descendu sur Hollywood Boulevard pour rencontrer les mascottes… Snoopy, Spiderman, Superman, Shreck, même Elvis et Madonne étaient au rendez-vous. Mais Élyse est restée timide, même devant Jack, le pirate. Retour à l’appartement… pour une saucette dans la piscine avant souper. Élyse s’est déchaînée dans la piscine! Elle sait maintenant mettre sa tête sous l’eau et passer sous le spaghetti! Une amélioration assez incroyable en si peu de temps.

Mercredi allait être la journée la plus intense de toute la semaine… mais nous ignorions à quel point! Disneyland avec une princesse de trois ans et demi, c’est toute une aventure! La balade dans le château aux couloirs sombres de la Belle au bois dormant n’a pas été un succès. Élyse avait peur de la sorcière. Un tour de caroussel et un de Dumbo, il fallait manger dans le village de Mickey Mouse. Il faisait chaud, très chaud. Mais on a rencontré Mickey Mouse et Minnie Mouse dans leur maison à l’air climatisé! Dingo et Pluto y étaient aussi.

L’après-midi a passé très rapidement, visite des princesses (Cendrillon, Belle au bois dormant et Blanche-Neige). Il a fallu attendre longtemps pour voir les princesses et Élyse était très fatiguée. Ensuite, un manège de Nemo, un souper à la Nouvelle-Orléans, une cabane dans les arbres de Tarzan, un tour de bateau dans la jungle et finalement… LA PARADE!!! Élyse était survolté comme j’ai jamais vu un enfant. Elle criait Minnie Mouse comme si elle était dans un concert rock! Minnie Mouse est son idole et maintenant son amie!!

C’était une journée épuisante mais quand j’y repense, un sourire s’imprime sur mon visage. C’est un moment à mettre dans la boîte des moments précieux!

Jeudi, il fallait au moins faire un tour à la plage. À l’épicerie question de faire des provisions pour un picnic. Ensuite, directement Malibu Canyon, une route sinueuse qui traverse les montagnes de Santa Monica par le parc national de Malibu Creek. La vue des montagnes parsemés de sauge et de romarin sauvages est impressionnante, tout comme l’issue de cette route près du campus de l’université Pepperdine, juché sur une montagne donnant sur l’océan Pacifique.

Santa Monica Pier
Le Santa Monica Pier est un endroit très prisé par les familles pour son ambiance convivale et ses nombreuses attractions pour tous les âges.

Balade sur la route Costal One jusqu’à Santa Monica, une des plages les plus populaires de Los Angeles. Cynthia était à la chasse aux lifeguards d’Alerte à Malibu, Nelson cherchait Pamela alors que François mangeait du sable et Élyse faisait des châteaux de sable avec matante! On a mangé des sandwichs croquants (de sable), on s’est baigné (brièvement car l’eau est froide) et on est retourné à la maison par Topanga Canyon, une autre route panoramique à travers les montagnes. De retour à la maison… pour une saucette dans la piscine!

Vendredi, c’était le départ pour… San de Diego. L’ émission préférée d’Élyse étant Dora et Diego… Trois heures sur la route pour arriver finalement à San Diego. Arrivés à l’hôtel, François a décidé de faire ses premiers pas… un moment spécial… Il était si fier! Le plan de la fin de semaine: samedi: le zoo et dimanche: Seaworld. Une grosse fin de semaine!

Samedi matin, levé tôt pour arriver à l’ouverture du zoo. Il n’y avait presque personne toute la journée. Nous avons pu voir tout ce que nous voulions.

la mouche françois

perroquet

tigre

ours scolaire
Photo d'un ours scolaire, comme dit Élyse

zèbre

gorille

paon

Mais juste en sortant, on a vu le village espagnol et d’autres attractions… Mais les enfants dormaient déjà! Il fallait faire un tour de voiture pour les laisser dormir. On a visité la côte et le port, ensuite la vieille ville et les belles maisons! Pour souper… Red Lobster! Un classique retrouvé de notre enfance. Et les petits pains sont toujours aussi bons!

Finalement, le Seaworld. Les aquariums pleins de poissons de Nemo, les tortues, les flamands roses, les loutres et les phoques (très drôle de dire PHOQUES aux États-Unis avec une petite fille de 3 ans!!!) et sans oublier les épaulards et les dauphins. D’ailleurs, les dauphins ont réussi à nous mouiller… et Élyse a trouvé ça très drôle! On a joué dans les manèges et Élyse a couru dans les jeux d’eau pour se rendre compte après qu’elle était toute mouillée et qu’elle voulait se changer!!!

Nemo

Le paradis

Shamu
Shamu, l'épaulard vedette du Seaworld
vague
Les dauphins arrosent la foule qui en redemandent!

phoque

aquarium
Même les plus petits aiment les couleurs des poissons tropicaux!

De toute façon, c’était déjà le temps de quitter San de Diego pour retourner à Moorpark. Les enfants étaient tellement épuisés qu’on a fait le trois heures de route dans la tranquilité des souffles réguliers! Un souper rapide et c’était le temps pour la petite famille de faire les valises…

Une semaine intense mais remplie de beaux souvenirs. Merci Cynthia, Nelson, Élyse et François pour ses moments mémorables!

Je suis entre deux aventures car dès mercredi, je m’envole pour Las Vegas, retrouver une amie journaliste, Cécile, qui viendra me visiter pour le weekend! D’autres aventures à raconter bientôt, mais faudra être patient pour les photos!

Visite dans le désert

Pour le long weekend de Pâques, nous avons décidé de se rendre à Vice City, Las Vegas!

En partant le vendredi après dîner, nous avions le temps de nous rendre à l’entrée du désert de Mojave (le plus grand désert de Californie) où il y a une petite ville du nom de Barstow. Pas qu’il y ait quelque chose de particulier à voir dans ce secteur mais plus parce que c’est à mi-chemin et que je voulais voir le désert, comme je n’avais jamais vu ce phénomène de la nature.

Barstow est une ville florissante lors de la construction du chemin de fer qui reliait Santa Fe à Los Angeles. C’est une ville du Far West comme on les aime, avec la rue principale où se côtoient de nombreux Liquor Store, des dinners et des tavernes. Avec les néons défraîchis des motels, on sent vraiment que la ville vécue des jours plus heureux…

Barstow a aussi été une ville très importante alors que la route 66 (la première route pavée qui reliait Chicago à Los Angeles construite dans les années 1930) amenait de nombreux touristes et aussi bien des gens qui espéraient trouver une vie meilleure à l’ouest. D’ailleurs, la route 66 traverse le centre-ville de Barstow. Or, cette route ne représente maintenant que des parcelles de route, parfois seul indice que l’humain a laissé, d’autres fois tout simplement abandonnées.

route 66

À Newberry Springs, à quelques minutes de Barstow, se cache une institution… en plein milieu du désert… Le Bagdad Café. Ça été une visite fascinante de visiter l’endroit où le film du même nom a été tourné en 1988. Cette rencontre avec la propriétaire est d’ailleurs une histoire à suivre dans le Chatelaine dans les prochains mois.

Bagdad Café

Avec de quitter pour Las Vegas le samedi matin, nous avions une autre visite… Qui dit désert, dit ville fantôme. certains endroits de la route 66 montrent d’ailleurs que les environs ont connus des jours meilleurs…

station gaz

Calico était une de ces villes florissantes lors que de l’argent a été découvert dans ses montagnes du désert de Mojave, à moins de 20 km de Barstow. En 1886, la ville comptait 1200 habitants, 22 saloons et un quartier chinois! Cette ville a été abandonnée de ses habitants au moment où le prix de l’argent a chuté si bas qu’il n’était plus rentable de l’extraire. Dès le début du XXe siècle, il ne restait que quelques familles. Aujourd’hui, Calico revit ses moments glorieux. On a reconstruit certains édifices et préservé d’autres selon l’architecture de la ruée vers l’or (et autres métaux précieux). C’est une visite au pays de Lucky Luke, aussi fascinant qu’éducatif.

Sur la photo, l’école du village de Calico

école Calico

Prochain arrêt, Las Vegas!

Les vignobles

Après quelques heures à admirer le paysage de Santa Barbara, nous avons repris la route vers la vallée de Santa Ynez. Cette vallée est l’une des nouvelles et distinguées régions vinicoles de la Californie. La région côtière est sujette à du brouillard marin ce qui produit des microclimats en fonction de l’altitude et de la distance de la mer. Cette région a aussi une saison chaude plus longue que le nord de la Californie, et la qualité du sol varie d’une vallée à l’autre. Pour tous ces facteurs, les variétés de raisins à vin qui poussent dans cette région sont très diversifiées. Les vignobles ont augmenté en volume et en nombre dans la région depuis plus de 20 ans.

Nous avons pu visiter deux vignobles durant notre fin de semaine. Firestone le plus grand producteur de la région dont les spécialités sont le Rieslings, le Chardonnay et le Merlot. Pour 10 $, nous avons pu goûter à ces nectars et garder le verre à verre à l’effigie du vignoble.

Nous avons ensuite visité le vignoble Gainey offrant également un très bon Riesling. Un guide nous a fait visité le vignoble et ses différentes étapes de production. Parce tout est fait sur place, de la cueillette à la main jusqu’à la fermentation et l’embouteillage.vignoble

Comme la saison vinicole vient à peine de débuter dans la région, les vignes sont encore très peu feuillues. Les vendanges dans la région ont lieues entre la fin septembre et le début du mois de novembre.

vigne

Le Danemark en Californie

Dans la vallée de Santa Ynez, à l’intérieur des terres de la côte centrale de la Californie, un petit village féerique sort de l’ordinaire… En 1911, un groupe de professeurs danois se sont installé dans la vallée. Ils ont acheté 9000 acres de terrain pour 360 000$ afin de construire une école selon les moeurs danoises et y établir une colonie.

Vous saurez lorsque vous êtes arrivés à Solvang lorsque vous verrez les nombreux moulins à vent peupler le paysage de la vallée.

moulin a vent

Les petites maisons de style scandinave rendent le village charmant. Maintenant principalement un attrait touristique, le village a voté une loi au conseil municipal pour empêcher les commerces de grandes chaînes de s’installer au village. Aussi, tous les commerçants et propriétaires doivent habiter la région. Ainsi, aucune spéculation immobilière.

architecture Solvang

Encore aujourd’hui, les deux tiers de la population sont d’origine danoise. Dans les commerces, on parle l’anglais mais parfois avec un fort accent. On y vend des fromages danois, des pâtisseries et du pain (leur spécialité) et d’autres produits scandinaves faits localement.

Alors que le sud de la Californie vit aux battements de la culture mexicaine, ce bastion danois est digne des Gaulois d’Astérix. Nous avons visité le petit village à vélo, question de reposer nos pieds…

bicycle