Leçon pour Obama

Ne jamais rien tenir pour acquis…

C’est le sujet de ma chronique sur MSN.ca cette semaine. L’administration démocrate a subi un revers important lors de l’élection du gouverneur républicain Scott Brown au siège du Massachusetts.

C’est Edward Kennedy qui doit rager dans sa tombe…

Le comble de la stupidité californienne

Et le prix du comble de la stupidité californienne revient à : LES MÉDIAS!

Non mais faut vraiment avoir rien à faire pour couvrir en direct le « sauvetage » d’un Berger Allemand dans la rivière Los Angeles (pour ne pas dire les égoûts qui se jettent dans l’océan).

Ce vendredi, on a eu droit à de la maudite bonne tivi… Un chien était pris dans les rapides de ce canal qui se jette dans l’océan. Rapidement, on a dépêché polices, ambulances, pompiers et même les hélicoptères des médias pour tenter de sauver toutou. Et tous les médias se sont mis de la partie pour parler de cet événement. Les cotes d’écoute ont grimpé, tout le monde sur le bout du divan craignant le pire pour un chien…

Le chien trottinait dans sa flaque d’eau alors que des dizaines de pompiers tentaient fébrilement de le sortir de sa fâcheuse position. Finalement, un pompier a été descendu dans le canal par un hélicoptère. Il a mis un harnais au chien et tous deux se sont envolés loin des méchants rapides qui menaçaient d’emporter le chien dans des glissades d’eau (et de caca) vers l’océan… ET TOUT ÇA EN DIRECT À LA TÉLÉVISION. Le pompier a été déclaré un héros sur tous les réseaux de télévision.

Totalement ridicule. Après, les Californiens se demandent pourquoi l’état est en mauvaise situation financière. Euh les amis, c’est parce que vous sauvez des chiens (errants – parce que personne n’a réclamé le chien) avec des forces de secours utilisées EN CAS D’URGENCE seulement.

Et le comble de toute cette histoire, le pauvre pompier qui a sauvé le chien a dû être hospitalisé pour des blessures sévères aux bras. Le chien a eu peur quand l’hélicoptère s’est approchée, avec le vent et l’eau qu’elle engendrait. Le chien a mordu à plusieurs reprises le pompier. Et maintenant, on teste le chien pour savoir s’il n’aurait pas la rage! BRA-VO!

American media, you’re the best at the stupidest useless stories ever!

Paradoxe californien / Californian Stupidity

Vous le savez maintenant… j’en parle depuis une semaine… Il pleut dans le sud de la Californie…

Mais j’ai vécu hier le paradoxe le plus décourageant depuis notre arrivée dans la région de Los Angeles.

Dans notre merveilleux complexe d’habitation, le gazon est toujours vert. Et hier, malgré une pluie torrentielle depuis dimanche, et une sécheresse récurrente depuis trois ans; le système d’irrigation automatique – pour ne pas dire simplement les sprinklers – s’est enclenché.

Le terrain est tellement mouillé qu’on s’enfonce et les imbéciles sont trop cons pour fermer le déclenchement automatique du système d’irrigation.

Et après, on demande aux résidents de faire un effort pour conserver l’eau pendant l’été. Et le pire dans tout ça, dans notre merveilleux complexe, on doit payer l’eau. Il y a des compteurs d’eau partout en Californie à cause des problèmes d’approvisionnement.

Donc en plus d’être un paradoxe vraiment incompréhensible, un gaspillage d’une ressource en pénurie… on paye pour ce non-sens.

Si la Californie était vraiment sensibilisée à la conservation de l’eau, il y aurait belle lurette que des technologies pour la détection du niveau d’humidité dans le sol auraient été installées à même les systèmes d’irrigation.

Faut croire que les Californiens ne payent pas leur eau assez cher!

***

I had to say that one in English…

As you all know, it’s raining in California since last Sunday.

Yesterday, I experienced the most stupid situation since we are in California, in March 2009.

I live in a gated community where the grass is always green. Already, this is a non-sens in California. But yesterday, although is was raining rabbits and pigs (because cats and dogs are not big enough), although we are in a drought since three years, the sprinklers all over the estate were on last night for at least 15 minutes.

The grass is so soaked that we can’t even walk without dropping in the mud. I can’t believe they just can’t turn the darn switch off during two or three weeks. Because, even next week, with the rain we got, grass won’t need to be watered for a few weeks.

And during the summer, we were asked to restrain from using too much water. What kind of message are they sending now! And the worst of all… In California, every use of water is counted and paid. So, we are paying for others to waste water on our behalf! And I’m certain that our complex is not the only one in California to have to automatic sprinklers.

California is not aware of the water shortage it is experiencing and the consequences the consumption of water in Southern California on the water distribution all around the state. People saying Californians are aware are lying. Otherwise, there would be a lot more of those automatic sprinklers watering only when the percentage of humidity in the soil is low.

I guess Californians don’t think water is pricy enough… 

Please, don’t come to Canada begging for water…

Besoin de changement

J’avais besoin de changer d’air… de quelque chose de nouveau à voir tous les jours sur mon blogue. Non pas que je n’aimais pas le vert tendre mais je ressentais le besoin de faire différent.

Après le changement d’adresse, maintenant, le changement de design…

Vous aimez?

Comme je suis encore à la mise en page de ce nouveau thème de mon blogue, je suis ouverte à vos suggestions et vos commentaires. Lorsque j’aurais terminé ce processus, hé bien va falloir l’aimer!

D’ailleurs, je vous annonce également que je viens d’acheter mon nom de domaine. Ainsi, www.marieveparadis.com vous guidera désormais directement sur ce blogue.

Au plaisir de lire vos réflexions 🙂

Beaucoup de bruit pour rien…

Je pensais vraiment qu’au Québec, on était les champions dans la couverture médiatique d’événements météorologiques… Je viens de réaliser que la Californie nous bat à plate couture!

Oui il pleut depuis lundi, parfois fort, menaçant certaines maisons près des montagnes chauves, brûlées l’été dernier. Des évacuations obligatoires sont encore en vigueur dans certains secteurs. Plusieurs endroits dans la grande région métropolitaine de Los Angeles ont été inondés. On a même eu droit à une tornade hier dans le sud de Los Angeles.

Mais tout ça a monté en épingle, grossis par le microscope des médias. Depuis quatre jours, chaque fois que j’ouvre la télévision ou que je regarde les journaux sur le web, on parle de cette série de tempêtes.

La troisième (sur quatre) et la plus forte de ces tempêtes vient de nous toucher. Un mur de pluie tombait continuellement pendant plus d’une heure. C’était comme regarder une chute tomber lorsqu’on est derrière. Je comprends que nous sommes dans un coin de pays où il ne pleut que 10 jours par année, mais vraiment c’est beaucoup trop de bruit pour rien.

Si cette tempête avait apporté, comme prévu, des glissements de terrain importants, emportant maisons et routes, ou si les pertes de courant se généralisaient dans la région de Los Angeles, là il faudrait en parler. Mais d’ici là, j’ai l’impression d’être en attente d’une catastrophe. Et les médias sont les premiers à vouloir nous tenir en alerte jusqu’à ce que le pire arrive, ou n’arrive pas.

Est-ce que les médias sont rendus à vouloir parler d’un événement avant qu’il n’arrive, question d’être les premiers à en parler au cas où ça arriverait pour vrai?

J’aurais aimé entendre parler que l’eau en Californie est une ressource tellement importante qu’il faut garder. Que la pluie qui tombe présentement est un cadeau du ciel pour permettre à la Californie d’arroser ses beaux aménagements paysagers et ses nombreux terrains de golf pendant l’été. Que ça remplira les réservoirs d’eau potable qui se vident à un rythme de plus en plus rapide.

En couvrant chaque petite tempête comme un événement majeur et catastrophique (en Californie comme au Québec), j’ai l’impression qu’on oublie l’histoire de Pierre et le loup… Si on crie au loup trop souvent, plus personne ne croira lorsque le loup viendra. Ainsi, si les médias continuent à couvrir les événements en grossissant les conséquences avant même qu’elles n’arrivent, les médias perdront chaque fois un peu de crédibilité. Lorsqu’il y aura une vrai catastrophe, les médias n’auront plus la crédibilité d’alerter la population et de les mettre en garde avant que le pire n’arrive.

Et après les journalistes se plaignent que leur réputation est aussi bonne que celle d’un vendeur de voitures usagées…

Les inepties de la droite américaine

Je ne pouvais pas passer ces absurdités concernant Haïti sous silence.

MSN a décidé de ne pas ajouter les liens vers les inepties de Pat Robertson et je comprends… Il ne vaut pas la peine de lui donner une plus grande importance qu’il mérite. Il a reçu déjà trop d’attention d’ailleurs.

Ces propos sur Haïti m’ont profondément bouleversés… parce que j’ai beaucoup de difficultés à comprendre que je vis dans un pays où des gens pensent encore ainsi. J’ai beaucoup de difficulté à comprendre que des gens peuvent être aussi intolérants, aussi ignorants de l’histoire d’un pays dont l’indépendance a fait grandir l’empire américain.

Cette arrogance des Américains est déjà à son apogée et la réputation des États-Unis à l’étranger est dans la cave. Ces inepties ne font qu’ajouter à la haine internationale de ce peuple si arrogant. Je souhaite vraiment qu’un jour, quelqu’un apprendra sa leçon et que cette droite évangéliste, qui vit dans un autre monde, soit restreint à une minorité d’Américains.

Pour l’instant, je rêve encore…

Ma chronique MSN de cette semaine: Les inepties de la droite américaine

Nouveaux projets et réflexions

Après une semaine plutôt remplie la semaine dernière, cette semaine en a plutôt été une de rattrapage. J’ai pu finaliser les dernières corrections de mon article sur la pénurie d’eau en Californie qui paraîtra dans le magazine Jobboom en mars. D’ailleurs, Jobboom fait peau neuve avec une nouvelle maquette. Je suis d’ailleurs honorée que mon article fasse partie de la première édition revampée du magazine.

Je me prépare également à assister à un congrès scientifique de l’American Association for Advanced Science (AAAS), le plus gros congrès scientifique au monde. À San Diego, du 18 au 22 février prochain, des scientifiques de partout sur la planète partageront leurs découvertes sur des sujets aussi variés qu’intéressants. L’Agence Science-Presse et le portail de nouvelles en environnement GaïaPresse ont tous deux démontré un intérêt pour la couverture de ce congrès.

Je n’ai pas écrit depuis la semaine dernière car un événement m’a particulièrement troublé: le séisme en Haïti. Les images sont troublantes et les histoires humaines encore plus touchantes. Perturbant aussi de penser qu’un séisme du genre pourrait arriver ici à Los Angeles – sans autant de dégâts et de victimes par contre. J’imagine que l’ampleur d’un séisme de 7.0 peut simplement être réalisée lorsque vécue. J’ai vécu un 4.3, presque rien pour la majorité des Angelinos et ça m’a fait réfléchir… Je me souviens avoir rencontré une femme qui a vécu le séisme de Northridge, banlieue au nord de Los Angeles, à 20 minutes de notre domicile. Après 15 ans, elle en parlait avec une peur véritable dans les yeux.

Ce que je crains le plus, c’est tous ces gens qui ont survécu à cette catastrophe et qui devront vivre avec la peine d’avoir perdu un être cher. Et plus profondément, ils vivront avec la peur d’un autre séisme. Ce genre de catastrophe laisse des traces psychologiques. Malgré la résilience incroyable des Haïtiens, il faudra de longues années avant qu’ils puissent retrouver un semblant de vie « normale ».

C’est une histoire touchante également parce que je le vis de l’extérieur, d’un pays où la communauté haïtienne est nombreuse, soit, mais pas aussi ancrée dans la culture qu’au Québec. Oui les États-Unis ont promis de l’aide humanitaire, oui CNN couvre l’événement (Anderson Cooper a été le premier journaliste d’un réseau américain à être dépêché sur les lieux du sinistre). Par contre, en regardant Facebook, Twitter et les nouvelles sur Internet, je réalise le nombre d’amis touchés par cette tragédie. Chaque Québécois connaît quelqu’un qui a de la famille en Haïti. Et c’est ce qui donne un sens tragique et surtout très humain à cette tragédie.

La sécurité, encore la sécurité

Cette semaine dans ma chronique MSN.ca, je parle encore de sécurité… mais pas à l’aéroport! Je pense que tout a été dit à ce sujet.

Non, je parle plutôt des gated communities, ces complexes immobiliers à sécurité maximale pour Américains peureux.

Saviez-vous que dans plusieurs provinces du Canada, ce style immobilier a été reconnu illégal? C’est parce qu’on ne veut pas empêcher les services d’urgence de pouvoir circuler et ouvrir la porte à la privatisation de ces mêmes services d’urgence pour ces communautés.

Bref, chronique américaine de cette semaine à lire sur MSN.ca

Le mélange des genres

J’imagine que les gens seraient plus confortables si j’avais un beat (un sujet que je couvre en particulier) mais c’est le défaut de ma qualité, tous les sujets m’intéressent! Je suis polyvalente et je m’amuse à sauter d’un sujet à l’autre, d’un dossier à l’autre.

Certains commentaires sur ce blogue me font réfléchir. C’est ce que j’adore d’ailleurs de ce blogue, toujours sortir de sa zone de confort pour comprendre l’état d’esprit des gens. Je trouve ça très drôle qu’on fasse une aussi grosse histoire pour un couple de célébrités passant devant la file dans un aéroport. Je n’enlève rien à l’histoire qui demande des réponses. D’ailleurs la police de Montréal répond aux journalistes concernant ce cas.

Mais les journalistes produisent parfois des articles vraiment intéressants et d’intérêt public sans que personne ne lève le petit doigt… Ça été mon cas au début de l’année 2008 alors que je revenais de Chine. J’ai publié dans Jobboom l’histoire d’un travailleur dans un dépotoir électronique de Chine où les ordinateurs canadiens sont envoyés au « recyclage ». J’ai ensuite moi-même recyclé cet article pour me mériter une bourse en vulgarisation scientifique (Bourse Fernand-Seguin) sur les conséquences de ces activités de recyclage d’ordinateurs sur la santé des travailleurs. Hé bien, encore là, les médias traditionnaux n’en ont pas fait un cas. Une agence de presse en science s’est intéressée au sujet, mais ce n’est qu’une autre goutte pertinente dans la mer d’information.

Pourtant, c’est nos ordinateurs dont on se débarrassent qui se retrouvent dans ce trou de merde-là!

Non les médias préfèrent parler des célébrités et c’est parce que les gens veulent entendre parler des célébrités… À ceux qui ont commenté sur ce blogue en disant que cette histoire n’est que du potinage, dites-vous que les journalistes indépendants couvrent souvent plusieurs sujets dans plusieurs domaines diamétralement opposés. Donc avant de dire que tel journaliste n’écrit que des futilités, merci de consulter le travail de ces gens qui s’efforcent de gagner leur vie à trouver des histoires d’intérêt public chaque jour.

J’ai une chronique américaine toutes les semaines sur le portail de nouvelles MSN.ca

Voici quelques articles que j’ai fait dans les dernières années:

Retrouvez le plaisir au boulot – Affaires Plus Octobre 2009

La NASA fait des tests au Québec – Agence Science Presse Juillet 2009

Travailler à l’étranger, C’est pas chinois! – Jobboom Avril 2008

Dossier en trois articles sur le journalisme en Chine paru dans Le Trente, magazine des journalistes au Québec (collaboration bénévole)

Ombres Chinoises – Février 2008

La Grande Muraille de l’info – Mars 2008

Les Jeux de la Censure – Avril 2008

Nombreux aujourd’hui!

Que vous êtes nombreux à venir me visiter aujourd’hui!

Hé bien vaut mieux en profiter pour vous inviter à revenir me lire! Je suis journaliste indépendante à Los Angeles parce que j’ai suivi mon mari Charles dans son aventure profesionnelle.

Je travaille principalement comme journaliste en science, société, environnement et santé. Mais comme je suis à Los Angeles, ça m’arrive des fois de jouer le rôle de correspondante à l’étranger pour les médias québécois. J’ai couvert la mort de Michael Jackson qui a suscité tout un émoi ici à Los Angeles, de même que les impressionnants feux de forêt qui ont décimé une des plus grandes forêts qui bordent le bassin de Los Angeles.

Vous aimez ce blogue, profitez-en pour vous inscrire, en haut à droite. Vous recevrez un courriel chaque fois qu’un nouveau billet est publié. Ce blogue comprend chaque semaine un lien vers ma chronique américaine sur MSN.ca et des liens vers les articles que j’écris pour d’autres publications.

Vous y retrouverez aussi des aventures touristiques en Californie et dans le sud-ouest des États-Unis, des réflexions et des tranches de vie d’une jeune femme de 29 ans à l’aventure en Californie.

Au plaisir de lire vos commentaires!