Des feux pour Thanksgiving?

Les vents du désert soufflent aujourd’hui sur le sud de la Californie. À quelques jours d’une des plus grosses fêtes de l’année aux États-Unis, le niveau d’alerte pour les feux de forêts grimpe.

On prévoit des températures chaudes et sèches avec des vents forts pour les prochains jours, des éléments instigateurs de feux de broussailles ici en Californie. Les températures au-dessus des normales, entre 25 et 30 degrés Celcius, contribuent à  l’inquiétude des feux pendant la fin de semaine de Thanksgiving.

Le National Weather Service a émis un avertissement de vents violents, avec des rafales de près de 90 km/h, pour la grande région métropolitaine de Los Angeles, incluant le centre-ville de Los Angeles, les collines d’Hollywood, les montagnes de San Gabriel (dont le Mont Wilson), les montagnes de Santa Monica (derrière Malibu) et les vallées de San Fernando et de Santa Clarita. Toutes ces régions ont vécu des moments critiques de feux de broussailles dans les dernières années.

Ce matin, à Moorpark, le vent chaud du désert souffle… Tous les éléments sont réunis pour allumer ces feux. La vigilance des randonneurs et des campeurs doit être renforcée alors que nombreux se retrouveront dans les montagnes pour profiter des quatre jours de congés de Thanksgiving…

Ce que je trouve bizarre c’est que les médias ne font pas plus de prévention concernant ces alertes. Une seule cigarette jetée par le fenêtre d’une voiture peut allumer un feu de l’envergure de celui du Station Fire, en septembre dernier. Dommage que les médias parlent du problème lorsque le feu ravage les broussailles plutôt que de lancer un avis de vigilance lorsqu’il est encore temps. Mais ça fait de la bien meilleure télé avec les flammes qui lèchent les maisons…

Les feux toujours actifs

Il fait si chaud, j’ai peine à rester à l’extérieur. Vous direz que je ne fais pas pitié parce que l’air frais a déjà envahi le Québec mais quand le vent apporte l’air du désert et les températures atteignent 40 degrés Celsius et quand l’humidité est à peine perceptible, vous aussi vous diriez qu’il fait chaud.

D’ailleurs, laissez-moi vous expliquer ces fameux vents, les vents de Santa Ana. Ces vents prennent leur énergie dans le désert de Mojave au nord est de Los Angeles et descend vers le sud ouest, vers la côte. Lorsque ces vents arrivent dans les montagnes qui sillonnent la région de Los Angeles, ils se glissent dans les vallées et deviennent plus vigoureux puisqu’ils sont comprimés dans des couloirs. Ainsi, les bourrasques peuvent atteindre 90 km à l’heure. Et lorsqu’on sait que si on souffle sur un feu, ça l’attise et bien imaginez ce que peut faire ces vents sur un feu de broussailles. Ça fait un feu incontrôlable, ce qui est arrivé ici à Moorpark.

Le feu Guiberson semble moins menaçant ce matin. Il est maîtrisé à 75 % mais il brûle toujours dans les montagnes où se cache des ranchs et des plantations de citrons et d’avocats. Plus de 2600 pompiers travaillent à maîtriser ce feu, et 9 ont été blessés à cause de la chaleur. Je les vois en costume d’amiante à 40 degrés alors que j’ai de la misère à rester dehors pendant plus d’une heure… Ça doit être insupportable comme chaleur. Encore aujourd’hui, les hélicoptères rasent le ciel  de Moorpark pour s’approvisionner en eau dans le réservoir tout près de l’appartement.

Le feu a brûlé 70 km carrés jusqu’à maintenant, c’est 10 km carrés de plus que la superficie du parc du Mont-Orford…

La qualité de l’air est évidemment affectée malgré que les vents poussent la fumée vers la côte. Les couchers de soleil sont magnifiques puisque masqués par la fumée. Le filtre de la fumée fait ressortir les couleurs orangées…

On voit le feu de l'appartement…

Ce matin à 5h30 les flammes sont si intenses qu’on les voit de l’appartement (désolé mais les photos sont difficiles à prendre). Jusqu’à maintenant, en moins de 24 heures, le feu a brûlé 34 km carrés, environ deux fois et demi le parc du Mont-Royal… 400 maisons ont été évacuées et 1000 autres sont toujours menacées. Le feu est littéralement aux portes de ma petite communauté d’accueil, Moorpark. Par contre, notre complexe ne sera pas menacé puisque le brasier est de l’autre côté de la ville… il faudrait que la moitié de la ville brûle avant de brûler notre complexe.

Tous les éléments sont présents pour créer un feu incontrôlable: le vent chaud, sec et très puissant provenant du désert, ce qu’on appelle les vents de Santa Ana, les températures atteignant les 40 degrés Celsius et une humidité presque inexistante. Pour l’instant le feu qu’on a baptisé Guiberson Fire est maîtrisé à 10 % et continue de se diriger vers les collines de Moorpark, en directement de l’autoroute 118, l’artère principale de la vallée pour rejoindre Los Angeles. Le campus du Collège de Moorpark est fermé aujourd’hui. Le gouverneur Schwarzenegger a déclaré l’état d’urgence dans la région hier pour débloquer rapidement des fonds puisque le feu menace beaucoup de maisons.

Jusqu’à maintenant 600 pompiers tentent de maîtriser cette bête qui s’emballe dans les montagnes entre Fillmore et Moorpark, des collines majoritairement agricoles (avocats, olives et citrons). Beaucoup de ranchs se situent dans les collines aussi. D’ailleurs, on a mis sur pied un centre de crise pour accueillir les chevaux de la région. On croit que ce feu a été allumé par la combustion instantanée de foin souillé par des excréments d’animaux. C’est une situation qui arrive souvent dans la région avec des températures très chaudes et sèches.

Ce sera une situation à suivre dans les prochains jours… principalement pour s’assurer que nous ne devrons pas être évacués. Et on attend des températures au-dessus de 40 degrés aujourd’hui… ça ne risque pas d’aider à maîtriser les flammes.