Misère d’allaitement – final cut

C’est la fin… terminé les moments précieux avec bébé qui tète au sein. C’est drôle, je croyais que ça allait me faire plus de peine que ça. Depuis quelques semaines, j’y pensais. Mais chaque fois que j’y pensais, mes yeux s’embrouillaient. Je sentais l’échec qui me pendait au bout du nez. J’avais peur d’avouer que j’avais échoué de nourrir ma fille comme je le souhaitais. Et la culpabilité… tellement tiraillante.

Or, depuis les derniers jours, je me sens… libéré d’un étau dans lequel je m’étais moi-même installé. Une fatigue intense me traverse comme si les trois derniers mois d’angoisse et de culpabilité venaient de s’envoler. Ça fait deux jours que je dors au mêmes heures que bébé, comme quand elle venait tout juste de naître. J’étais épuisée, au bout du rouleau et je refusais de l’admettre.

C’est deux jours après l’arrêt de l’allaitement que je réalise que c’était la bonne décision… et que j’aurais dû la prendre il y a longtemps.

Je continue à tirer mon lait quatre fois par jour, et je n’ai jamais autant produit de ce nectar pour bébé. Alors ceux qui disent que le stress n’affecte pas la production de lait, ils sont dans le champs!

Ça été une décision déchirante mais il le fallait. Encore cette semaine, bébé ne prenait pas assez de poids, sa courbe de croissance commençait un périple de décroissance. Il fallait faire vite, il faut la gaver encore chaque jour.

Il faut savoir s’avouer vaincu. Je suis fière de l’avoir fait malgré un petit pincement au coeur. Bref, toutes les histoires d’allaitement ne se terminent pas bien. Et c’est important de le dire aussi… pour que ces femmes qui ne réussissent pas ne restent pas avec des « j’aurais donc dû » dans la tête jusqu’à ce que bébé entre à l’école!

Je croyais que m’acharner allait me faire réussir. Mais je me suis trompée. Je l’admets maintenant. Alors on regarde en avant… bébé a besoin de moi, sa maman, en grande forme, prête à répondre à ses balbutiements et ses sourires. C’est ça l’important.

Il y a un an…

Il y a un an, je tombais enceinte.

Je croyais que j’étais fatiguée… j’avais rien vu! Je dormais quand j’en avais besoin, j’écoutais mon corps et répondais à ses besoins… maintenant, je passe en deuxième… et la fatigue aussi.

Ma grossesse semble si loin mais pourtant si proche. J’ai beaucoup de misère à me rappeler ma vie avant bébé… moi enceinte, travaillant encore… tout me semble si flou, si surréel. On dirait que je ne suis qu’une maman depuis toujours!

Pourtant, ça ne fait que trois mois… Il y a trois mois, je rageais pour que bébé sorte au plus vite. Il y a trois mois, j’avais hâte de ne pas dormir pour cajoler ce petit être que j’avais si hâte de rencontrer… 

Les temps changent…

Semaine occupée

Depuis notre retour du Mexique, la vie a été très occupée. Un voyage éclair à Las Vegas, Charles sur la route presque toute la semaine dernière à rencontrer des clients potentiels, on avait besoin d’une fin de semaine pour se reposer.

Et on a rien fait! Mais quand on dit rien, on fait rien. Levé à 10h le matin, en pyjama jusqu’à 2h, film en camping dans le salon…

Mais la fatigue des derniers mois rôde toujours… et ce matin, c’est la grippe qui frappe, en tout cas, qui m’a frappé. Charles semble encore en train de combattre.

Le plus bizarre dans tout ça, c’est d’être malade alors qu’il fait chaud, que je pourrais être en sandale et même en costume de bain… mais que la lumière d’automne remplit les fenêtres. Il n’y a ce petit courant d’air frais qu’on est habitué d’avoir avec cette lumière… ni le nez rouge et froid. L’automne est ma saison favorite au Québec… je pense que ça me manque. Manger du comfort food, se cacher derrière un foulard et un manteau, s’installer devant la télé avec une grosse couverture de polar et des pantoufles… Banal peut-être pour vous, mais difficile à réaliser quand il fait 30 degrés dehors!

J’espère vraiment que la grippe ne sera pas trop cruelle avec nous. On est prêt pour la grippe du cochon, ma soeur nous a apporté Tamiflu et masques en mai dernier, lors de la première incursion. Soupe au poulet et potion au miel m’attend pour les prochains jours!