Entendu dans l'autobus

Je suis de retour à Montréal pour quelques jours. Pour bien me reconnecter avec ma ville d’adoption, quoi de mieux que les transports en commun…

Hier dans l’autobus parcourant le centre-ville de Montréal vers Côte-des-Neiges, je me suis amusée à écouter des bribes de conversation. C’était la fin des classes, beaucoup d’adolescents s’entassaient dans l’autobus… J’avais vraiment l’impression qu’ils s’entassaient sur moi, assise sur un de ces sièges seuls…

Deux jeunes filles entrent dans l’autobus. Habillées de leur costume d’écolières, elles ne devaient pas avoir plus de 16 ou17 ans. Ces jeunes tenaient une conversation plutôt incompréhensible, mélangeant le français et l’anglais parsemant leur discussion de « fuckin’ nice » et de « comme genre ». Un beau mélange de la culture montréalaise.

Ce qui m’a fait drôlement sourire c’est d’entendre, au même moment, une autre conversation. Deux jeunes garçons, un peu plus jeunes que les filles, aussi en costume d’écoliers, s’inquiétaient de leur devoir d’anglais… « 100 mots c’est pas long, t’as juste à l’écrire en français et tu le mets dans Google Traduction. »

Alors qu’à quelques pouces de là, deux jeunes filles peinent à enfiler deux mots en français correctement sans en ajouter un anglais, deux jeunes garçons n’arrivent pas à se motiver pour écrire 100 mots en anglais…

Quel paradoxe montréalais!

Dossier Cirque du Soleil publié

C’est avec beaucoup de fierté que je vous invite à visiter le dossier sur le Cirque du Soleil que j’ai écrit pour MSN.ca.

J’ai adoré faire ce dossier, fouiller dans les documents du Cirque et, évidemment, me sacrifier pour aller voir des spectacles!

D’ailleurs, j’ai vu Kooza hier, jeudi 15 octobre au quai de Santa Monica, à Los Angeles. Devant une foule déjà conquise (partenaires et amis du Cirque), les artistes de Kooza m’ont époustouflé! C’était un spectacle vraiment… spectaculaire! Et l’ambiance du chapiteau… j’avoue que c’est encore plus amusant que les spectacles permanents.

Je vous ai donné le goût avec tout ça… Hé bien consolez-vous! Alegria sera à Montréal pendant les Fêtes et il reste des billets!

Revoir Montréal

Ça y est! C’est confirmé! J’irai sentir l’air froid de novembre à Montréal!

C’est que la Fédération professionnelle des journalistes du Québec tient son congrès à Sherbrooke à la mi-novembre et on m’a invité à participer à un atelier. L’info avec un sac à dos sera un atelier pour les journalistes qui souhaitent en savoir plus sur la pige à l’étranger. Avec ma collègue et amie Marie-Josée Richard et Simon Coutu, cet atelier donnera des outils et des tranches de vie de nos expériences de pigistes à l’étranger…

Je dois dire que, pour moi, c’est tout un honneur de faire ce genre de conférence. C’est un peu stressant de penser que je vais peut-être m’adresser à des journalistes qui ont beaucoup plus d’expérience que moi en journalisme… Bah… le syndrome de l’imposteur semble toujours planer au-dessus de ma tête même après 5 ans d’expérience, un prix et plusieurs collaborations nationales en journalisme…

Je serai donc à Montréal du 4 au 17 novembre. Va falloir que je mette mes capris et mes gougounes au rancart pour deux semaines… Vive le manteau d’hiver et les mitaines… euh non pas vraiment VIVE, plus comme PAS LE CHOIX 😉

Revoir Montréal

Cinq mois ont passé depuis mon départ pour la Californie. Jeudi, je suis revenue seule à Montréal pour organiser les derniers préparatifs de notre mariage, le 22 août prochain. Charles revient le 12 août.

Ça fait drôle de revenir au Québec après cinq mois. Chaque fois que j’entends parler français, je me dis « Ah c’est drôle, des Québécois!!! » Les premiers pas dans notre belle maison a aussi remué des choses. J’ai réalisé que ma vie était ici à Montréal mais en même temps, j’aime bien la Californie. Des sentiments partagés, contradictoires me forcent à réfléchir à mon sentiment d’appartenance. Mais mes réflexions ont été dérangées par des événements disons plus importants!!

Premièrement, j’avais besoin de ma voiture. Dans le garage depuis cinq mois, elle ne voulait pas démarrer. Mon gentil voisin a accepté de me « booster ». La voiture se réveille tranquilement mais fonctionne. Je décide d’éviter les autoroutes pour me rendre dans le sud-ouest question de donner une chance à ma picouille de voiture. Sur Sherbrooke, mes freins semblent moins prompts. La lumière des freins s’allument… « Charles! Ça veut dire quoi ça?? » Pas bon signe qu’il me dit. Oups…

Je remplis le réservoir d’huile à freins, espérant pouvoir me rendre chez Caroline, mon amie qui habite Mascouche. Après une heure dans le trafic à 11h30 le soir.

– Voulez-vous bien me dire c’est quoi l’idée de fermer la 40 est entre les deux 15 même un jeudi soir?? C’est une artère cruciale qui fuck le chien quand c’est fermé! L’accès à la 15 nord était aussi fermé. Il a fallu que je me tape le rond-point l’Acadie dans le trafic pour aller prendre la 15 nord. Après j’arrive à la 25, une seule voie d’ouverte à l’île Saint-Jean! Heille les imbéciles, ça vous tente pas d’étaler sur plus longtemps pour que les automobilistes gardent leur santé mentale??? – fin de la parenthèse…

J’arrive chez Caro, épuisée avec un pincement au coeur que ma voiture ne se sent pas très bien… Va falloir régler ça. Le lendemain, j’ai manqué de temps. Fallait essayer la robe de mariée et magasiner pour d’autres trucs… Samedi matin, je m’en vais chez Canadian Tire pour faire vérifier ma voiture… 1200 $ à mettre sur ma picouille dont refaire les freins de A à Z… Bienvenue chez-vous!

Mais ce n’était pas tout… Après un souper relax à Mascouche arrosé de vin et de Mamajuana (une-liqueur-vraiment-dégueulasse-de-jus-de-canne-à-sucre-de-la-République-Dominicaine-qui-donne-mal-aux-cheveux), j’ai englouté l’eau que j’ai pu trouver sur mon passage question d’être fonctionnelle le lendemain. Je devais passer à la maison quelques minutes pour déposer des trucs pour le mariage… Quelques minutes qui se sont transformées en cauchemar…

Il faisait très chaud dans la maison, une chaleur humide non habituelle… C’est que le chauffe-eau chauffait trop, faisait bouillir l’eau et la valve de sécurité lâchait son trop plein sur le plancher du sous-sol… Après la voiture qui me lâche, le chauffe-eau était devenu dingue… Non mais, est-ce qu’on peut me donner un break?

Finalement, avec l’aide de Sébastien et les parents de Charles, tout est revenu dans l’ordre en moins de 4 heures. Ouf! Il ne semble pas avoir trop de dommages.

Disons que mon arrivée à Montréal aurait pu être plus smooth… Je suis maintenant en vacances cette semaine, dans ma ville natale de Mont-Joli dans le Bas-Saint-Laurent. Ouf!