Misère d’allaitement, part II

Pour faire suite à un billet « Misère d’allaitement » écrit il y a deux mois et demi…

Parce que ça ne pouvait pas être juste difficile pendant quelques semaines et devenir plus facile après…

Encore une fois, je suis au prise avec des difficultés d’allaitement. Le 22 décembre dernier, ma fille s’est fait coupé le frein de langue, la petite ligne de peau qui relie le fond de la bouche à la langue (sous la langue). À la clinique d’allaitement de l’hôpital général juif, on m’a dit que son frein de langue était trop court, ce qui l’empêchait de bien têter.

Un mois plus tard, il n’y a pas vraiment de changement. Bébé ne prend toujours pas le sein sans la téterelle et maman commence à en avoir ras-le-pompon de la téterelle… et surtout de bébé qui têtouille pendant des heures chaque jour sans vraiment boire.

Parce que c’est ce que je viens de découvrir… Parce que j’ai décidé de tirer mon lait pour voir combien bébé boit chaque jour. Hé bien, elle ne boit pas 4 onces par boire comme je l’avais anticipé… Voilà la raison pour laquelle elle ne prend pas assez de poids! Elle n’a pas faim. On fait quoi dans ce temps-là? On l’oblige?On la gave comme un canard destiné à faire du foie gras? J’hésite…

Encore une fois, les doutes surgissent… Est-ce que je lui donne tout ce dont elle a besoin? C’est quand même un bébé de petit poids. D’ailleurs, les médecins à la clinique d’allaitement préfèrent la garder sous surveillance. Je devrai retourner à l’hôpital dans 10 jours pour m’assurer que bébé prend toujours du poids.

Non mais c’est fatiguant toute cette saga de l’allaitement. Me semble qu’avoir un bébé serait si simple s’il n’y avait pas toutes ces difficultés à la nourrir. Parce que nourrir un bébé, ça revient souvent pendant une journée…

Mais je continue à m’acharner… à vouloir lui donner mon lait, en majorité. Je suis têtue comme ça des fois.

****

Concernant l’allait-in qui a eu lieu cette semaine… Je suis d’accord que le droit à l’allaitement devrait être universel et partout… où l’adulte a le droit de manger. Si l’adulte peut manger, pourquoi pas le bébé? C’est un peu ridicule que certains s’offusquent alors qu’on parle de nutrition, n’est-ce pas?

Par contre, personnellement, je ne suis pas du genre à me sortir le sein en public. Je me garde une petite gêne soit une petite couverture ou un tablier d’allaitement pour couvrir bébé. Parce qu’allaiter est un moment d’intimité avec bébé. Même si je suis en plein centre d’achat ou au restaurant, l’allaitement se fait discrètement sous la couverture pour garder ce moment personnel, un moment de resssourcement entre mon bébé et moi. C’est mon opinion sur la question.

****

D’ailleurs, j’aimerais vous faire part de mon expérience d’allaitement dans un lieu public, mais pas si public que ça. J’étais chez mon médecin de famille. J’attendais pour les vaccins de bébé. J’attendais, j’attendais, j’attendais… bébé a eu faim. Je me suis isolée dans la salle de jeux pour les enfants où seule une maman jouait avec sa fille de 4 ans. Je n’avais pas de petite couverte, ni mon tablier… une journée avec la tête dans les nuages sûrement!

Je me suis parlée. « Tu as le droit d’allaiter, vas-y tu peux le faire, sors-le et donne-lui, elle a faim, c’est important ». Parce que je ne peux pas juste sortir le sein vite vite et le donner à bébé. Je dois mettre la téterelle, m’assurer qu’elle est bien installée avant de donner le sein à bébé. Bref, tout allait bien jusqu’au moment où un homme arrive avec ses deux petits garçons pour jouer… Malaise… Il me regarde bizarrement… je me sens tout-à-coup moins confiante… Je regarde autour de moi et je comprends… Je vois sa femme qui se dirige vers lui… voilée… Alors que sa femme se cache les cheveux, symbole de désir et de séduction; moi je me sors le sein en public… Il pouvait bien me regarder croche!

Mais je soutiens son regard, me disant que j’ai le droit d’allaiter, que je suis chez le médecin et que ce n’est qu’un acte naturel… Je pousse un soupir de soulagement lorsque les garçons perdent intérêt dans les jouets et retournent dans la salle d’attente. OUF!

Je ne veux pas entrer dans un discours raciste ni intolérant… Ce n’est vraiment pas mon genre. Mais cette situation m’a vraiment troublée et je me questionne sur certaines luttes qu’on tente de faire ici au Québec. Le droit à l’allaitement en est une. Et si on reculait dans ces luttes à cause de l’immigration de certains peuples… Ça fait réfléchir, non? L’éducation et le débat public sont les outils de la tolérance. Il faut absolument parler de ces choses sur la place publique afin que les Québécois d’origine étrangère assimilent les « dos and don’ts » de notre société. Bref, est-ce que cet épisode de l’allait-in a eu trop de visibilité médiatique? Non, pas du tout…

Publicités

2 réflexions sur “Misère d’allaitement, part II

  1. Juste pour donner mon « 2 cents » ici, comme on dit… Je suis TOUT À FAIT d’accord avec toi qu’une femme devrait, DOIT, avoir le droit d’allaiter en public. Bien sûr, il y a une question de gros bon sens: il y a moyen de le faire sans être à moitié nue, de le faire discrètement, et il existe d’ailleurs sur le marché d’excellents vêtements qui facilitent la tâche aux mères qui désirent allaiter. Et qui dit allaiter, dit inévitablement que, parfois, ça devra se faire en public. C’est la vie et, immigration ou pas, choc des cultures ou pas, c’est quelque chose qui, à mon humble avis, doit être respecté. Me semble qu’avec un peu de GBS…

  2. Juste pour te dire que j’ai fait la même chose!

    Persister malgré les difficultés. Pour réussir mon premier allaitement en 4 enfants!!! Et c’était merveilleux. J’en pleure parfois encore d’émotion que tout cela soit fini, malgré Lutin qui n’a que 11 mois.

    Le lait maternel est une substance bien précieuse, à tous points de vue!

Les commentaires sont fermés.