L’évolution sociale de la maternité

Billet écrit sur le coin d’une table à 5 heures le matin, le 21 octobre dernier…

Après un cinq heures de sommeil bien profond grâce à la grande aide de mon mari adoré, j’ai une pensée toute spéciale ce matin. Une pensée pour toutes ces femmes des générations passées qui, à cause des conventions sociales, ont dû s’occuper seules de leurs nouveaux-nés. J’ai une pensée pour ma grand-mère paternelle qui en a eu huit et à ma mère qui en a eu trois. Mais aussi à toutes ces femmes qui se sont inquiétées pour leur petit dernier sans pouvoir trouver de réconfort ou d’encouragement de leur conjoint tout simplement parce que ce n’était pas dans l’air du temps.

À toutes ces femmes, je dis « CHAPEAU »!

Je suis bien contente d’appartenir à cette génération où l’égalité entre les sexes semble de plus en plus possible, où les hommes prennent leur place dans le foyer familial, soit d’aider aux tâches ménagères et à l’éduction des enfants. Je suis fière que notre société ait évoluée à ce point, en si peu de temps… à peine 30 ans!

Et… merci à vous toutes qui avez combattus pour obtenir l’aide parternelle dont vous auriez dû vous aussi bénéficier.

C’est un bonheur pur et simple de savoir que l’homme de ma vie est derrière moi et m’appuie dans ce nouveau défi qu’est la maternité.

Alors nouveaux papas, sachez que le plus beau cadeau que vous pouvez donner a votre amour pour la remercier de vous avoir donné de la progéniture, c’est de l’appuyer inconditionnellement, lui dire que c’est une bonne maman lorsqu’elle en doute, et la réconforter lorsque les blues passent plus dans la porte…

C’est un cadeau précieux qu’elle appréciera et chérira!

Publicités

4 réflexions sur “L’évolution sociale de la maternité

  1. et moi, je réplique: AMEN!!! et merci à mon chum de s’impliquer autant avec notre amour de 8 mois et ce, depuis la naissance!! L’époque des papas qui ramènent le pain à la maison est terminée, en avant l’évolution et l’implication des pères dans la famille!

  2. Je suis certaine que tu sera capable d’exprimer ce que j’ai resenti avant, pendant et après mes deux grossesses… Des papas qui s’impliquent… des questions sans réponse… des inquiétudes non fondées… des moments magiques! Intenses ces moments de pauses journalistiques!! XX

  3. Merci Mariève pour l’éloge faite aux femmes qui ont du traverser l’ère du temps où elles avaient en grande partie la responsabilité des enfants. Je dis moi aussi CHAPEAU à ces femmes de coeur qui ont su faire le choix de la maternité malgré le peu de ressources sur lesquelles elles pouvaient compter!

  4. Quel bel hommage Marie-Ève, je te rejoins totalement dans ton texte et j’ajouterai que ces femmes ont d’avantage de mérite puisque souvent il n’y avait pas 1 ni 2 enfants mais une dizaine, ça en fait… des grossesses et des accouchements et des maternités impressionnantes… et cela souvent seules à la maison, le papa étant à l’extérieur pour ramener les « sous » et faire vivre la famille. Je suis en admiration de ces femmes… Quand on vit des petits soucis en maternité à notre époque on n’a qu’à penser à ces femmes et on relativise.

Les commentaires sont fermés.