Suspense…

En regardant mon blogue, j’ai réalisé que je vous ai laissé en suspense il y a plus d’un mois… Je m’apprêtais à vivre une expérience assez inusité, celle de dormir dans un sous-marin de l’armée canadienne.

Et puis, plus rien… J’ai oublié de vous raconter l’expérience! Toutes mes excuses… d’ailleurs, c’est avec la plus grande intention du monde que je souhaitais vous raconter la tournée au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie pour les guides de voyage Ulysse. Mais la fatigue m’a rattrapé plus vite que je le craignais et j’ai dû laisser tomber ce défi.

Par contre, en attendant la naissance de ma fille, je vous promets de vous donner quelques commentaires sur cette tournée très intéressante et enrichissante!

Dormir dans un sous-marin… part 2

C’était un soir d’août, un peu fraîche mais très agréable. Un coucher de soleil magnifique comme on en voit souvent à Rimouski. On s’apprêtait à entrer dans l’Onondaga, la nouvelle attraction du Site historique maritime de la Pointe-au-Père.

À l’entrée, un capitaine nous attendait. Avec sa barbe blanche et son képi, il avait drôlement la tête de l’emploi. Nous avions été bien averti, il fallait arriver à l’heure car si on arrivait en retard, les portes du sous-marin se fermeraient et personne à l’intérieur pourrait nous entendre… J’avais des doutes à ce sujet, mais en entrant, j’ai compris que l’isolation d’une telle machine de guerre était réelle et que personne ne pourrait nous entendre, ni de l’intérieur ni de l’extérieur! C’est en espérant que tout se passe bien pendant la nuit (j’étais quand même à 7 mois de grossesse) que je passe la porte de ce poisson métallique gigantesque. Je reverrais le soleil que le lendemain matin!

Au départ, le capitaine nous fait faire la visite du propriétaire, une visite qui s’étend sur plusieurs heures. Nous étions un petit groupe (que 5 participants) et nous en avons profité pour poser toutes les questions qui nous venaient à l’esprit! C’était une visite des plus informatives compte tenu que la vie en sous-marin est assez méconnue et surtout très mystérieuse!

70 hommes (et maintenant quelques femmes) vivent dans ces poissons de métal pendant 6 semaines. Chacun a des tâches très spécifiques à accomplir chaque jour. Dans un espace de circulation plus petit qu’une allée d’un avion transatlantique, ces hommes doivent faire fonctionner le sous-marin. Chacun possède un espace vital personnel: sa couchette; de la grandeur d’un cercueil. D’ailleurs, un des rêves les plus fréquents des militaires qui travaillent dans un sous-marin, c’est d’être enterré vivant dans un cercueil, semble-t-il…

Je dois vous dire tout de suite que j’ai adoré cette expérience. Enfin un hébergement qui sort de l’ordinaire et qui permet d’apprendre des choses. Par contre, je lève mon chapeau à toute personne voulant travailler dans un sous-marin, parce que je sais que j’en serais incapable!

Il était près de minuit lorsque nous avons rejoint nos couchettes pour la nuit. Charles, de ses 6 pieds 2 pouces, devait plier ses jambes pour entrer dans la couchette. Quant à moi, ma bédaine sortait du matelas, mais c’était tout de même confortable… jusqu’à ce que je dois me tourner pendant la nuit! Impossible de faire face au mur par manque de place, j’ai dû, en plein milieu de la nuit, changer le tête du lit pour me permettre de dormir de l’autre côté.

Le lendemain, au petit matin, un déjeuner continental nous attendait. Et le summum… NOS DAUPHINS! C’est que vivre une nuit dans l’Onondaga nous permet d’obtenir une carte attestant que nous avons passé le test. Les dauphins est une badge donnée dans l’armée canadienne à ceux qui réussissent la formation et l’initiation à bord d’un sous-marin. Ensuite, le militaire peut faire carrière dans la flotte de sous-marins de l’armée.

Une expérience inoubliable, surtout pour l’ingénieur de mari qui a adoré joué avec toutes les valves et les pitons du sous-marin. Je conseille de passer la nuit à bord de l’Onondaga à tous ceux qui aiment les documentaires, l’aventure, qui n’ont pas peur de sortir de leur zone de confort et qui souhaitent vivre une expérience unique pendant les vacances. Évidemment, si vous êtes claustrophobe, je vous conseille de visiter le sous-marin avant de vous y aventurer pendant une nuit, question de tester votre tolérance!

Merci à l’Association touristique régionale du Bas-Saint-Laurent et au Site historique maritime de la Pointe-au-Père pour cette aventure unique! Restez branché sur ce billet, des photos suivront!

Publicités

2 réflexions sur “Suspense…

  1. Bonjour
    Je suis l’animateur de l’émission du retour à la maison à la radio de Radio-Canada au Bas St-Laurent. C’est très beau l’histoire que vous racontez au sujet de votre nuit dans le sous-marin. On voit que vous êtes une femme qui n’a peur de rien: enceinte de 7 mois ! Je vais vous citer en ondes si ca ne vous dérange pas. Puis-je vous demander de quelle région êtes-vous ?
    Nous avons un courriel: lemondeaujourdhui@radio-canada.ca et un site twitter.com/mondeaujourdhui
    J’espère que votre grossesse va bien et bonne chance avec le nouveau né.
    Denis Leduc

Les commentaires sont fermés.