Le dilemme d’une vie…

Je pense que toutes les femmes qui décident d’avoir des enfants doivent inévitablement passer par ce dilemme horrible et cruel.

Choisir entre rester à la maison ou travailler. Pour certaines, ce n’est pas un choix, plutôt une obligation monétaire. Pour d’autres, elles ne se le demandent même pas, être avec les enfants est une priorité.

Mais quand c’est une décision qu’il faut prendre, c’est pas évident.

Il y a des journées où je rêve de « quand je vais trouver une garderie » et d’autres journées où je me dis que je ne serai jamais capable de me séparer de ma petite chérie, qu’elle a besoin de moi, « que tout se joue avant six ans » et je que devrais être là pour ces années cruciales.

Après quatre mois, je commence à avoir un certain contrôle sur ma vie de nouvelle maman. Je cherche de plus en plus à me divertir autrement qu’avec mon bébé. Je me surprends à avoir hâte qu’elle aille se coucher pour aller lire des blogues, les journaux ou autre stimulation intellectuelle. Je me surprends même à vouloir recommencer à travailler!

Mais chaque fois, je me dis que c’est trop tôt, qu’elle a encore besoin de sa maman… Arrrgggg… vous voyez même mon discours écrit n’est qu’un tissu de ce dilemme impossible à résoudre.

Et vous? C’était un dilemme ou une décision facile à prendre? Comment avez-vous été capable de prendre cette décision? Éclairez-moi de vos lanternes de mamans expérimentées!

PRÉCISION: je parle ici de 2011 ou à tout le moins depuis le nouveau régime d’assurance parentale qui nous permet nous nouvelles mamans de rester à la maison toute une année… pas de « dans mon temps on avait pas le choix… » Je cherche des réponses actuelles à mon dilemme actuel!

Advertisements

6 réflexions sur “Le dilemme d’une vie…

  1. Personnellement, j’ai savouré mon congé jusqu’à la dernière goutte. J’ai refusé de mettre mes enfants à la garderie plus tôt que nécessaire, même si cela a signifié que j’ai dû payer une garderie privé parce que je n’avais pas «réservé ma place» en mettant les enfants à la garderie en septembre, le moment où toutes les places se libèrent. Il y avait des journées difficiles, bien sûr, mais j’étais bien et je ne m’ennuyais pas du boulot.
    N’eût été d’une question de budget, je serais probablement resté à la maison un an ou deux de plus. J’aurais aimé travailler à temps partiel mais ce n’était pas possible dans mon poste. Pourtant, le retour au boulot n’a pas été si difficile, c’est la conciliation qui l’était surtout.
    Maintenant, comme travailleuse autonome, la conciliation est plus facile. Tu as cette chance aussi.
    Je ne sais pas si ça t’éclaire vraiment. Je te partage mon vécu, mais je n’oserai pas te conseiller. C’est une décision tellement personnelle et il y a plein de facteurs qui entrent en ligne de compte. Tu te poses des questions, c’est correct. Poursuis ta réflexion et tu vas certainement trouver ta réponse.

  2. Je me sens comme une mère indigne, mais dans mon cas, vive le retour au boulot!!! Je suis née à la bonne époque, on me permet de m’épanouir professionnellement ET d’être une bonne maman… Fiston adore ses gardiennes, daigne à peine de me regarder quand je viens le chercher tellement il s’amuse!! Il arrive tard à la garderie, je vais le chercher tôt, je profites de la vie avec mon garçon et mon chum, je trouve ma vie absolument fantastique!!! J’ai dû remettre mes priorités en ordre étant enceinte (moi aussi, je voulais rester à la maison un an, envoyer fiston dans une garderie institutionnelle, etc.) et m’apercevoir que je n’étais pas une femme de foyer!! Dans mon cas, j’ai 0% culpabilité parce que je vois fiston s’épanouir et c’est aussi grâce à ses gardiennes….J’adore ma vie!

  3. Ici, je n’avais pas vraiment de choix. En fait, c’est certain qu’en reprennant le boulot plus tôt, j’augmentais mes chances d’avoir un meilleur avenir et donc par ricochet un meilleur avenir pour mon garçon. J’ai commencé le boulot lorsque bébé avait 7 mois ! Ce n’est quand même pas rien ! Mais j’ai eu droit aux regards interrogateurs de d’autres mamans qui ELLES n’osaient même pas se poser la question du retour au boulot. J’ai eu des commentaires assez blessants et étant sensible à tout ça, j’ai trouvé ça dure.
    Je me surprends encore à justifier mon retour au boulot pour mon bout d’homme de « seulement » 7 mois.

    Il est entré à la garderie familiale ( ça aussi c’est un autre choix important, familiale ou institution ) à ce moment et ce fut MAGIQUE le changement chez lui. Il s’est royablement déployé ! L’entrée fut aisée et en douceur pour nous deux. Il était souriant pour la dame de la garderie et ne m’a jamais fais de crises de larmes quand j’allais le porter. Connaissant mon garçon et mon expérience de maman, si nous avions attendu les 12 mois avant de le mettre en garderie, je suis certaine que j’en braillerais encore et lui aussi ! Et oui, c’est la gardienne qui a trouvé sa première dent, elle qui lui apprends pleins de trucs et c’est elle qui a vu ses premiers pas. Je n’en suis pas choquée au contraire. Je sais qu’elle aime mon garçon comme le sien, je me sens en confiance . Je me disais qu’elle avait trouvé sa dent mais que moi, j’avais l’honneur depuis plusieurs nuits de savoir que des dents perçeraient dans les prochains jours. Il y a toujours du positifs quelque part, non ??!! 😛

    C’est certain que si la vie me donne un autre enfant, je vais prendre mes 12 mois de congé de maternité. Ma vie est différente maintenant. Cela n’empêche pas qu’il ou elle ferait au même âge que mon premier, son entrée à la garderie. 🙂

    Tu as effectivement dépassé le cap des 3 mois et maintenant, c’est plus facile avec le bébé. Je me souviens avoir « redévoré » ma bibliothèque au complet. J’avais réellement besoin de stimulations aussi.

    Bonne chance !

  4. hello,
    alors moi je suis maman de trois enfants 6ans , 5ans et 3 1/2ans, pour mon premier enfant tout était très clair dans ma tête (le congé parentale de 6 mois pour le 1er enfant venait de se mettre en place en France) il était hors de question que j’abandonne mon ptit bébé à une nounou. Si j’avais fais un enfant s’était pou rle voir grandir et profité des moindres moment avec lui!!! je ne voulais pas que, le soir en allant le chercher chez la nounou, elle m’annonce qu’il avait fait ses premiers pas par exemple.
    Pour ma 2eme, je commençais un peu à tourner en rond a la maison et ma vie social me manquait, pas de voiture pour sortir de chez moi perdu dans mon village, mes amies eux travaillaient , je ne voyait que mes enfants je n’avais plus aucuns sujets de conversation avec mon cher et tendre…mais la question financière est entrée en compte, et malheureusement ici quand on ne gagne pas un gros salaire, le compte est vite fait, achat d’une 2eme voiture, assurance, nounou pour 2 enfants, et tout ça pour ne pas les voir grandir et le ptit dernier ben je ne me suis même pas poser la question je suis rester à la maison et j’ai subi mon congé parentale.

    Aujourd’hui après un peu plus de 6 ans passer à la maison le petit dernier étant rentrer en maternelle et une envie féroce de retravailler, je reste avec ce même dilemme , je me dit dit souvent que j’aurais du reprendre le travail, que j’aurais pu faire carrière et ne pas’être coupé du monde, des autres, je me rend compte aussi, que je n’ai absolument pas profiter de mes enfants comme je le voulait, j’étais bien trop stresser, je devais supporter les pleurs les couches, les petit et gros bobo, les rhino, toutes la journée et je n’avais qu’une hâte s’était qu’il ailles au lit, je ne faisait rien avec eux je remettais tout au lendemain les sortis,les jeux. J’étais bien trop épuisé et énervé, et je pense finalement, que j’aurais plus profiter d’eux si je n’avais eu que quelques heures le soir et les week-end, parce qu’ils aurait été ma priorité, mais malgré tout à l’époque je n’aurais pas pu reprendre le travail, cela n’aurais déchirer le coeur de laisser mes enfants le matin chez une inconnue, je n’aurais pas pu.

    donc mon avis, si l’on veux prendre un congé parentale il ne faut surtout pas faire comme moi!!! il faut vraiment en profiter pour les regardé grandir les câliner, les éveiller, le faire faire plein d’activités, et s’occuper seulement d’eux, ne pas sous prétexte que l’on est a la maison, accomplir toutes les tâches ménagères et la paperasses, les enfants sont la priorités et ils sont suffisamment fatiguant pour avoir à se rajouter des corvées…mais, d’après moi si l’on a le luxe de pouvoir faire un mi-temps alors il faut choisir cette option, comme ça, on à le temps de profiter de ses enfants et de les voir grandir tout en s’aérant l’esprit au boulot avec les collègues…
    voilas, en me relisant je me dit que tout n’est pas très clair et que même aujourd’hui je suis partager su ce sujet comme quoi!!!

    oh et ne faites pas attention au fautes d’orthographe

  5. Bonjour,

    A mon premier, je suis retourné travailler lorsqu’il avait 6 mois. J’avais la chance que papa puisse rester à la maison avec mon garçon. Il allait quand même dans un milieu familial quelques moments par semaine. Ça fait en sorte que Fiston est en amour avec son papa, c’est un Dieu et je ne blague pas !!! Ils sont TRÈS proches et c’est bien !

    3 ans plus tard, j’ai décidé de prendre tout mon congé de maternité pour ma cocotte qui a aujourd’hui 6 mois et je le savoure pleinement. Je crois que je suis une meilleure à la maison cette fois-ci que lors de mon premier. Je sais plus comment faire pour me désennuyer et avoir des activités enrichissantes avec mon garçon et ma fille. Cependant, fiston va encore à temps partiel à la garderie, car je ne peux pas remplacer ses amis, même si je le voudrais ! Ça lui fait du bien et à moi aussi !!!

    En fait, j’adore mon travail mais si je le pouvais financièrement, ou si je faisais les concessions qui doivent venir avec mon d’argent, je travaillerais à temps partiel… 3 jours de travail et 2 jours à la maison, ça serait extraordinaire ! Je prendrais une journée pour moi et une autre pour les enfants en plus de mes fins de semaine !!!

    Je te laisse sur ce choix pas facile, mais tu peux toujours en cours de route changer d’idée ou encore la modifiée !

    Bonne chance !

  6. Dans mon cas, c’était un mélange de plusieurs facteurs qui m’ont fait prolonger mon congé de maternité d’an. D’abord, je n’ai pas eu de place en CPE et j’étais insatisfaite ( voir méfiante ) des services des garderies privées et familiales de mon quartier. Deuxièment, je trouve que 10, 11 ou 12 mois de vie c’est vraiment très jeune pour passer 35-40h loin de ses parents et je sais que c’est pas politically correct de le dire tout haut.

    Même si j’ai le sentiment d’avoir prit la meilleure des décisions pour mon bébé, rester à la maison avec un bambin, est de loin ce que j’ai fait de plus difficile dans ma vie. Ça a exigé toutes mes capacités émotives et physiques. C’est pourquoi, je vais savourer chaque seconde de mon retour au travail cet automne.

Les commentaires sont fermés.