La jalousie d’une lionne

Je viens de franchir une autre étape en tant que nouvelle maman… je viens de trouver une garderie.

La semaine dernière, j’ai signé tous les papiers pour que bébé ait sa place dans un beau CPE où elle pourra grandir et s’épanouir, socialiser et créer sa personnalité.

J’en suis très heureuse… car plusieurs de mes amies nouvelles mamans n’ont pas cette chance. Bébé rentrera à la garderie à la fin de l’été, à 10 mois. Alors que certaines mamans retournent travailler, elles cherchent toujours désespéremment une place pour leur bambin. Oui je suis chanceuse…

Récemment, lors du Gala des Grands Prix du journalisme indépendant, organisé par l’AJIQ (dont je fais partie), quelqu’un m’a dit: « Mais tu réalises le monde qui s’ouvre à toi maintenant que tu as une garderie! » Oui mon monde à moi, celui que j’ai laissé pour m’occuper de bébé depuis maintenant 8 mois. Ce monde-là m’attend toujours… C’est valorisant, excitant…

Mais en même temps, j’ai une jalousie qui gronde. Celle d’une maman lionne qui ne veut pas laisser son petit hors du nid. Celle qui voudrait toujours être là. Celle qui a peur que quelqu’un d’autre la remplace…

Parce que ça doit arriver… d’un coup que ma fille préfère son éducatrice à sa maman?!? En plus, je risque de manquer des étapes importantes: son premier mot, sa première dent, ses premiers pas…

C’est une jalousie mal placée, un peu décousue, je sais… Mais elle est là. Enfouie au fond de moi, derrière la rationalité et la logique. Parfois, cette jalousie réussit à se frayer un chemin. Alors là… la lionne s’inquiète. Elle fait les cents pas comme si elle était dans une cage… Les pensées deviennent de plus en plus vives. Ça y est, ma fille ne m’aimera plus si je l’envoie à la garderie! Mais ensuite, je calme la lionne avec des pensées raisonables, équilibrées et pleines de bon sens…

C’est fou comme devenir maman nous rapproche de la primauté bestiale!

Le dilemme d’une vie…

Je pense que toutes les femmes qui décident d’avoir des enfants doivent inévitablement passer par ce dilemme horrible et cruel.

Choisir entre rester à la maison ou travailler. Pour certaines, ce n’est pas un choix, plutôt une obligation monétaire. Pour d’autres, elles ne se le demandent même pas, être avec les enfants est une priorité.

Mais quand c’est une décision qu’il faut prendre, c’est pas évident.

Il y a des journées où je rêve de « quand je vais trouver une garderie » et d’autres journées où je me dis que je ne serai jamais capable de me séparer de ma petite chérie, qu’elle a besoin de moi, « que tout se joue avant six ans » et je que devrais être là pour ces années cruciales.

Après quatre mois, je commence à avoir un certain contrôle sur ma vie de nouvelle maman. Je cherche de plus en plus à me divertir autrement qu’avec mon bébé. Je me surprends à avoir hâte qu’elle aille se coucher pour aller lire des blogues, les journaux ou autre stimulation intellectuelle. Je me surprends même à vouloir recommencer à travailler!

Mais chaque fois, je me dis que c’est trop tôt, qu’elle a encore besoin de sa maman… Arrrgggg… vous voyez même mon discours écrit n’est qu’un tissu de ce dilemme impossible à résoudre.

Et vous? C’était un dilemme ou une décision facile à prendre? Comment avez-vous été capable de prendre cette décision? Éclairez-moi de vos lanternes de mamans expérimentées!

PRÉCISION: je parle ici de 2011 ou à tout le moins depuis le nouveau régime d’assurance parentale qui nous permet nous nouvelles mamans de rester à la maison toute une année… pas de « dans mon temps on avait pas le choix… » Je cherche des réponses actuelles à mon dilemme actuel!