La vision américaine du baseball

Hier, j’ai eu une vision… une vision de ce qu’est le baseball américain… Grâce à Mathieu Boulay, un amateur de sport… euh non un fanatique, un extrémiste du sport… on est allé voir les Dodgers de Los Angeles. Probablement que Charles et moi n’aurions pas pensé aller voir une des nombreuses équipes sportives de Los Angeles sans Mathieu. Mais anthropologiquement parlant, c’était très éducatif!

Premièrement, on arrive à l’avance, très à l’avance pour manger nos sandwichs dans le stationnement… On voulait surtout pas se limiter à des hot-dogs à 5 $ et des arachides pour souper! Ma première surprise… tout le monde est habillé en bleu et blanc… Oups! J’avais pas pensé à ça moi! C’est vrai que au Centre Bell, on voit beaucoup de rouge pendant un match du Canadien!

Le stade des Dodgers est immense! Un vrai bon stade signe de Field Dreams avec Kevin Costner… Et pour remercier les partisans, on leur donne des couvertures en polar avec le logo des Dodgers. C’est vrai que les nuits commencent à être fraîches! Moi j’étais contente parce que la promotion de la partie du mercredi, c’était un bubblehead de Manny Ramirez… moins intéressant qu’une couverture!

Après l’incontournable hymne national où tous les Américains ont le regard vague vers le drapeau, certains saluent à la militaire, tous la main au coeur, la partie commence. Les partisans regardent le match mais sans grand intérêt. C’est que les estrades ne sont pas pleines… Le trafic de Los Angeles a empêché beaucoup de fans de se rendre au stade à l’heure! Finalement, c’est en troisième manche qu’on voit que le stade se remplir à presque pleine capacité. Plus de 52 000 personnes un mardi soir… Pour la saison 2009, l’assistance totale dépassera les 4 millions de partisans cette année, avant les séries. Pour vous donner une idée, les Expos étaient heureux – voire très très contents – d’avoir une assistance totale de 2 millions.

Chaque qu’un frappeur étoile des Dodgers arrive au marbre, on l’acclame, on l’encourage… Manny Ramirez, la vedette « incomprise » des Dodgers n’a pas bien performé… il a été hué à sa dernière apparition. C’est qu’il faut savoir que Manny Ramirez a un douillet contrat de 25 millions avec les Dodgers, et quand il ne frappe pas un seul coup sûr pendant le match, les partisans sont très déçus. D’autant plus que Ramirez a fait les manchettes à cause de ses problèmes de drogues au début de la saison. C’est tellement une vedette qu’une section des sièges est réservé à son fan club: le Mannywood! Comme il est au champ gauche, cette section est tout près. Lorsqu’il en a l’occasion, il balance une balle dans cette section, au grand bonheur des partisans.

Hier, les Dodgers jouaient contre les Pirates… pas des Caraïbes… Les Pirates de Pittsburg. En troisième manche, les Pirates comptent 3 points… En septième manche, on chante « God Bless America » devant une foule émue… Ouf ce moment d’Amérique profonde m’a fait rigoler… Et ensuite, on chante « Take me out to the ball game »… J’attendais cette chanson depuis le début de la partie!!!

Les Dodgers finissent par compter trois points avant la neuvième manche… C’est l’extase dans les gradins. Les gens sont debout! De l’action au baseball comme j’en ai jamais vu! On s’en va en supplémentaire… Une manche, deux manches, trois manches… À la quatrième manche supplémentaire (treizième manche), les Pirates marque un point. Mais les fans ne se découragent pas… il reste un tour au bâton pour les Dodgers. C’est finalement Andre Ethier (pas un Québécois) qui claque la balle de l’autre côté des clôtures en treizième manche, avec un homme sur les buts. Les Dodgers ont gagné par la peau des fesses!

Une superbe partie, avec de l’action et des partisans très enthousiastes. C’était du baseball comme j’en avais jamais vu. Les estrades étaient pleines, les gens criaient pour leur joueur favori… Vu comme ça, le baseball m’apparaît beaucoup plus sympathique que le somnifère que mon père écoutait à la radio pour se rendre au chalet de ma grand-mère…

Publicités

Une réflexion sur “La vision américaine du baseball

Les commentaires sont fermés.