La construction: un milieu pourri?

Bon avec tous les scandales qui vomissent dans les journaux chaque jour concernant le milieu de la construction… Moi j’ai juste une question… Est-ce que ça vous surprend?

J’ai travaillé quelques mois dans cette industrie, comme recherchiste. Mon travail: appeler les donneurs d’ouvrage (villes, municipalités et autres secteurs publics ayant publiés des appels d’offre) pour leur soutirer l’information des entrepreneurs qui sont venus chercher les documents de soumission, ceux qui ont déposés une soumission et finalement à qui le contrat a été accordé.

Ce n’est pas tous les donneurs d’ouvrage qui étaient « réceptifs » à donner cette information… Je ne comprenais d’ailleurs pas pourquoi à ce moment-là… Mais j’ai compris assez vite!

Je me souviens aussi d’avoir constaté certaines appels d’offre très précises d’une société d’état très importante au Québec (qui a eu des problèmes de financement scolaire dernièrement), tellement précises que seulement quelques joueurs au Québec pourraient soumissionner.

J’ai fait ça neuf mois… et pendant neuf mois, c’était toujours les mêmes: DJL, Simard-Beaudry, Louisbourg, Sintra, Catania, pour nommer que les plus gros… Des noms que j’ai vu et revu dans les contrats accordés partout au Québec. Après quelques mois, je ne me posais plus de question… C’est comme ça.

Les mêmes noms apparaissent dans les journaux cette semaine… et je ne me pose pas de question… Est-ce que je suis surprise de cette vomissure de scandales dans la construction: pas du tout.

On a accusé Maurice Duplessis de promettre d’asphalter un bout de rang pour ceux qui votaient pour lui. Aujourd’hui, les gouvernements (municipaux, provincial et fédéral) promettent des contrats d’asphalte pour ceux qui votent pour eux… Elle est où la différence? La grande noirceur dans la construction, c’est les promesses d’asphalte et elle n’est pas disparue avec la révolution tranquille…

La question est de savoir combien de temps les journalistes pourront fouiner dans le milieu de la construction au Québec avant de se retrouver avec de magnifiques souliers de ciment ou encore devant leur voiture qui fait tic-tac…

À mes collègues qui remuent ce tas de fumier… prenez une assurance-vie!

Publicités

3 réflexions sur “La construction: un milieu pourri?

  1. Les gens qui détiennent de l’info ont été invité à communiquer avec la police…au lieu de vomir sur votre blog, se serait plus constructif d’aller en ce sens.

  2. Merci pour le commentaire Nathalie. Je n’ai aucune prétention d’avoir des informations compromettantes… Seulement une constatation d’une expérience de travail lointaine. Ce ne serait pas à moi de dévoiler des infos à la police mais plutôt aux patrons de certaines entreprises qui rapportent les étapes des appels d’offre.

Les commentaires sont fermés.