Tournages en déclin

Il n’y a pas que Montréal qui souffre de la diminution des tournages… Même Los Angeles voit le nombre de tournages de films, de séries télé et même de publicité descendre à un niveau record.

L’industrie du divertissement à Los Angeles emploie des milliers de personnes, principalement des contractuels. Mais depuis le début l’an dernier, les demandes de tournage descendent et plusieurs contractuels ne peuvent se retrouver un emploi, que ce soit les assistants à la production, les cuisiniers, les chauffeurs de camion de production… Beaucoup de gens dépendent de cette industrie à L.A.

Même si les entrées au box office depuis janvier sont plus qu’acceptables, les majors du cinéma diminuent le nombre de tournages, répondant à la réduction des ventes de DVD, au déclin de la publicité de la télévision locale et de la diminution des sources de financement.

L’industrie du divertissement à Los Angeles a perdu 22 000 emplois en janvier seulement, plus que tout autre secteur d’activité dans la métropole, selon le département de l’emploi de la Californie. Ces emplois représentent à peu près 10 % des emplois dans le secteur du divertissement à Los Angeles. L’industrie du divertissement emploi 200 000 personnes et amène entre 20 et 30 millions de dollars US à l’économie locale.

Selon les dernières données de permis de tournage à Los Angeles, les films tournés en ville ont chuté de 56 % lors du premier trimestre, les publicités, de 34 %. Seulement cinq studios de cinéma ont prévu tourner à L.A. cette année, en comparaison à 15 l’an dernier.

Los Angeles est aussi victime des incitatifs financiers des autres états. Plus de 30 états offrent maintenant des crédits d’impôts pour inciter les productions à sortir de la Californie. Le Québec aussi offre ces crédits d’impôts et devrait être en très bonne position pour compétitionner dans ce secteur considérant le taux de change à l’avantage des producteurs.

Advertisements