À la rencontre avec l'inconnu

Dimanche, on a décidé d’aller à l’aventure… La ligne de train entre Mahachai et Bangkok est emprunté par ces banlieusards qui travaillent à Bangkok. C’est une petite gare perdue nommée Wong Wian Yai dans la vieille ville de Bangkok, Thonburi. Cette ligne de train relie à la capitale à des petits villages de la côte de la baie au sud de Bangkok.

À la gare de train, nous avions un peu de temps. Nous avons pu nous promener à travers ce petit marché d’alimentation en plein air. Chaque kiosque vendait quelque chose de différent. Des fois, l’odeur était agréable, d’autres fois, pas vraiment! C’était vraiment intéressant de voir tous ces Thaïlandais faisant leur marché!

Le train cette fois-ci a été fiable! Une heure après notre départ, nous arrivions à Samut Sakhon, un petit village portuaire. Il fallait prendre un traversier pour se rendre au centre de la ville. Entassés entre les motos et les scooters, nous avons traversés la rivière sur un petit bateau à moteur. Première destination: la gare de train pour Samut Songkhram, Ban Laem. Nous voulions être certains de l’heure de départ pour cet autre village, encore plus près de la baie donnant sur la mer.

Ensuite, nous avons visité quelques temples, mangé dans un petit restaurant, qu’on appelerait pas restaurant à Montréal… Mais c’était bon, des crevettes dans un curry, servi avec riz et coke! C’était tout ce dont on avait besoin pour continuer notre périple dans la campagne thaïlandaise. Un petit marché nous a fait découvrir que les crevettes peuvent être plus grosses que certains homards de chez-nous! Ces crevettes sont tout simplement immenses. On les faisait cuire sur le bord de la rue, un peu risqué comme snack, on a laissé faire!

En attendant le train, des enfants sont venus jouer avec Charles… Il leur parlait en français, les enfants trouvaient ça drôle. Moi je jouais avec un chaton qui aimait mon sac de plastique.

Un autre périple en train d’une heure nous séparait de Samut Songkhram. Des champs, des forêts tropicales et des lacs artificiels pour l’extraction du sel bordent le chemin de fer.

En arrivant à Samut Songkhram, on a eu droit à toute une surprise… Le marché extérieur est sur le chemin de fer. Lorsque le train passe, les marchands ferment leur kiosque et les passants se réfugient dans les kiosques. Une fois le train passé, les marchands remettent leur auvent et les passants retournent sur le chemin de fer pour faire leurs emplettes. Nous avons pu voir ce manège deux fois pendant l’après-midi. Le train passe six fois par jour.

Nous avons fait le tour de ce marché, très intéressant puisqu’il comporte bien des fruits et d’autres aliments qu’on avait jamais vu! Dix limes à 10 cents CAD, un poisson entier pour 1,50 CAD, la Thaïlande est encore moins chère que la Chine.

Ensuite, nous avons trouvé un tuk-tuk pour nous amener au bord de la mer. Cet endroit regorge de marchands vendant des produits de la mer cuits sur place. J’aurai bien aimé goûter mais les risques d’empoisonnement dans ce genre de BBQ sont trop élevés. De nombreux restaurants de fruits de mer s’étalent sur plusieurs kilomètres, et des boutiques vendant des souvenirs de la mer.

De retour à Samut Songkhram, nous avons juste eu le temps de monter dans l’autobus qui quittait pour Bangkok. Cet autobus était douteux et surtout bondé! Mais on s’est bien rendu, sains et saufs! Nous avons dit à la dame de l’autobus que nous voulions aller dans le quartier Sukhumvit, dans l’est de la ville. Mais, lorsqu’elle nous a dit de descendre, nous n’avions aucune idée d’où nous étions, ni comment se rendre à la station de métro la plus proche.

C’est dans un dépanneur tout près que nous avons appris que nous étions dans le sud-ouest de Bangkok, à l’opposé d’où nous voulions aller. Nous avons changé nos plans, mangé de l’indien près de l’hôtel. La journée dans la campagne profonde de la Thaïlande nous a vraiment exténué. Aussitôt à l’hôtel, aussitôt endormis!

Advertisements