Aurevoir Macao

C’était la dernière fin de semaine disponible pour aller à Macao. Nous en avons profité au maximum! Restos, magasinage et bien le Grand Prix!! C’était vraiment génial, la meilleure course que j’ai vu… je sais, vous direz que je n’en ai pas vu tant que ça. Même Charles, le spécialiste, a dit que c’était une course enlevante!

Nous sommes partis samedi très tôt, après une Pizza nite qui s’est terminée un peu trop tard… On était encore dans la brume quand on a pris le bateau. Il y avait de la houle, mais pas tant que ça. On était presque arrivé qu’un enfant d’environ 8 ans s’est mis à vomir partout, sur le tapis du bateau… C’était vraiment affreux! Et les parents le laissaient faire, plutôt que de l’emmener à la toilette. Quelques minutes plus tard, le père est arrivé avec des sacs, mais le mal était fait. Une chance que le bateau était presque arrivé à destination!

On a trouvé un petit hôtel, le même que la dernière fois. C’est petit mais propre et beaucoup moins cher que les hôtels de casino. Dans ces endroits, les chambres peuvent grimper jusqu’à 500 $ CAD la nuit… un peu trop cher pour notre budget! D’ailleurs, difficile de saisir qui peut se permettre ce genre de chose en Chine… c’est alors qu’on réalise comment certains chinois peuvent être riches. C’est halluciant l’argent qu’on retrouve à Macao. Les casinos sont pleins de Chinois (pas d’Occidentaux) et on y joue à coup de 500 CAD.

Nous avons passé la journée de samedi dans les gradins à cuire au soleil. On ne voulait pas trop dépenser pour voir la course mais ces imbéciles d’organisateurs ont bloqué tous les accès de visibilité à la course… Il fallait absolument payer pour la voir, malgré que le circuit soit dans la ville (comme à Monaco). Sur les passages à niveau, on a installé des panneaux, les rues étaient bloquées, bref aucun moyen de voir le circuit autrement qu’en achetant des billets près de la ligne d’arrivée… un peu poche vu que c’est une ligne droite!

Donc samedi, au gros soleil, on a acheté des billets dans les gradins de deuxième classe… c’est alors qu’on a compris la différence! La première classe avait un toît pour éviter de cuire comme un oeuf au soleil. Parce que malgré que la chaleur ne soit plus aussi étouffante qu’en septembre, le soleil de midi reste majoritairement insupportable.

Une fois les qualifications et la course de scooters terminée samedi, on s’est promené dans les rues de Macao, cherchant un bon restaurant. On a trouvé un super resto portugais pas trop cher dans les petites rues derrière la Strip. C’était très bon mais le resto était bondé! C’était d’ailleurs un bon signe mais c’était très bruyant.

Un verre de vin plus tard et l’estomac bien rempli, le dodo approchait. Un gelatto en passant et au lit! Wow Macao est super! Ça fait du bien un peu de repères occidentaux.

Le lendemain, fallait se lever tôt pour avoir des bonnes places. Cette fois, on a pris des billets avec les gradins couverts! On a eu les meilleures places, on voyait les voitures juste devant nous. La veille, on avait acheté un livre sur Bangkok puisque ce sera nos vacances la fin de semaine prochaine. Un jeune homme à côté de moi souriait… il parlait Thai et était allé à Bangkok plus de trente fois! On a eu droit à des trucs pratiques et les choses à ne pas manquer.

 Pour ceux qui croyaient qu’on allait en Thailande pour la plage, détrompez-vous! On y fera un voyage culturel dans la ville même. On a pas assez de temps pour aller à la plage et Bangkok regorge de choses à faire!

Bref, la course terminée, Charles voulait des lunettes de soleil. On en a finalement trouvé exactement comme il voulait… un enfant devant une boîte de jouets! Je me suis aussi acheté des lunettes soleil de ville.

Un petit resto vraiment sympatique est apparu soudainement à côté du bureau de poste! J’ai mangé du poisson portugais… c’était délicieux! Charles a mangé de l’agneau… Le tout pour seulement 35 $ CAD à deux. Autant les hôtels et leurs restaurants sont hors de prix, lorsqu’on sort du district des casinos, on peut trouver de très bonnes aubaines.

C’était déjà le temps de retourner au port pour prendre le bateau. À notre arrivée au guichet pour acheter les billets du dernier traversier de la journée, la dame au comptoir nous dit qu’il n’y a plus de billets… Mais on a réussi à en avoir… grâce à la persistance de Charles. Et il restait environ une dizaine de places dans le bateau…

On est parti du port 20 minutes en retard… et quelques secondes plus tard, on annonce qu’il y a des feux d’artifices et qu’on ne peut pas partir. Il a fallu attendre encore… et les Chinois se sont mis à chialer. J’avais jamais vu des Chinois aussi fâchés. Parce qu’ici, se fâcher c’est perdre la face… Mais certains passagers avaient un avion à prendre et ils n’étaient pas contents. Après les cris et les bousculades, on a eu droit à une bouteille d’eau! Wow quelle compensation!

Bref, on est arrivé une heure plus tard que prévue à Shenzhen, très fatigués, on est rentré à l’appart pour se reposer!

Publicités