Dur dur d'être journaliste

Pas toujours facile de trouver l’information qu’on veut dans un pays où les journalistes sont surveillés et où il est difficile de se faire comprendre. Hier, j’ai tout de même réussi à obtenir de l’information sur les pharmacies en Chine grâce à Crystal, mon interprète favorite! Elle m’aide dans la recherche d’information et surtout dans la collecte vu que mon mandarin est encore à l’étape de la théorie!

J’ai l’impression que je pourrais faire tellement de papiers intéressants sur la Chine mais dès que je pense aux informations que je dois recueillir, ça me bloque… Peut-être que je ne connais pas encore assez de gens pour prétendre connaître certains sujets sur la Chine. Le doute est constamment dans ma façon d’aborder les gens, dans la façon de recueillir l’information, et surtout dans la façon de chercher l’information. Au Québec, tu as besoin d’une information, tu connais toujours un ami d’un ami ou encore une connaissance rencontrée dans un 5 à 7, qui peut t’aider. Ici, personne. Les autorités locales ne sont pas très coopératives avec les journalistes…

Bref, pas facile d’être journaliste en Chine. Mais je n’y suis que depuis une semaine! Je me donne encore un peu de temps pour mieux connaitre les gens!

Publicités