Un rien fait la différence

Hier je suis retournée à l’orphelinat pour la troisième fois. J’ai dû manquer une semaine puisque je suis tombée malade après la dernière visite. Un virus probablement commun chez les enfants de l’orphelinat mais qui m’a donné des maux de ventre, une genre de tourista finalement!

Bref, pour la première depuis mes visites à l’orphelinat, je suis descendue à l’étage des enfants handicapés. C’est difficile de voir la réalité en face mais je crois qu’il est encore plus difficile de faire l’autruche et de les ignorer.

En entrant dans une des salles du quatrième étage, un petit bébé était à quatre pattes dans son lit, se balançant… Il avait l’air troublé. C’est lorsque je le l’ai pris dans mes bras que j’ai réalisé qu’il était aveugle.

Tout l’après-midi, j’ai bercé tout doucement ce petit bébé aveugle. Ses yeux bleus avaient la même apparence qu’un petit chaton qui vient à peine d’ouvrir ses yeux et qui ne voit pas encore. Il était très angoissé ce petit bonhomme quand je l’ai pris dans mes bras. Ses yeux tournaient au moindre bruit, il est très insécure. Il n’a pas de dents mais peut s’asseoir seul. Ses petits petits pieds sont sans muscle pour être dans un berceau toute la journée. Je ne crois pas qu’il a un an mais c’est tellement difficile à dire vu les énormes retards de développement des enfants à l’orphelinat.

 Je l’ai bercé, tout doucement, en lui chantant cette chanson scout infaillible pour endormir mon neveu et mes nièces! La Paix du soir l’a calmé, et tranquilement il s’est endormi dans mes bras. Il avait l’air si confortable et surtout en paix!

Lorsqu’il s’est réveillé, je lui ai donné à manger… et tout à coup, un miracle s’est produit… Il m’a sourit! La nounou qui en prend soin s’est approché… Elle ne l’avait jamais vu sourire. Son sourire était si franc et si beau, j’ai eu une petit larme au coin de mon oeil.

Je me rappelerai toujours de ce petit sourire, si frêle. Autant dire qu’un rien fait la différence…

Publicités

2 réflexions sur “Un rien fait la différence

  1. Bonjour Marie-Ève,

    J’aime beaucoup ton blog. Ce message sur l’enfant aveugle de l’orphelinat m’a secoué. Sinon, c’est rafraîchissant de te lire.

    Au plaisir de se rencontrer à ton retour à Montréal.

    Hélène, une Marcilette! x

Les commentaires sont fermés.