Des nouvelles de Shenzhen

Des sujets très intéressants ont été abordés dans les journaux de Shenzhen dans les derniers jours. En voici un résumé:

Nouvelle législation pour les travailleurs étrangers 

Le gouvernement de la province du Guangdong élabore présentement un projet de loi qui restreindra ou bannira l’embauche d’étrangers dans certaines professions. À travers cette nouvelle loi, le gouvernement publiera chaque année une liste des emplois où l’embauche d’étrangers sera restreinte ou bannie.

Dans le cas où les professions sont interdites aux étrangers, les employeurs devront débourser des frais pour embaucher des étrangers. Les professions touchées n’ont pas encore été affichées. Par contre, une loi à travers la Chine permet aux étrangers d’exercer seulement des professions que le marché intérieur de l’emploi ne peut combler.

La province du Guangdong a vu son nombre de travailleurs étrangers grimper à plus de 1,2 millions à la fin de 2005. Ces travailleurs habitaient majoritairement la province de façon temporaire.

Shenzhen augmente son salaire minimum

Les employeurs de Shenzhen doivent payer au moins 850 yuan par mois (113 $ CAD) au travailleurs de la zone économique spéciale de Shenzhen et 750 yuan pour ceux à l’extérieur de la zone depuis le 1er octobre dernier. C’est une hausse de 4,9 % à l’intérieur de la zone et 7,1 % à l’extérieur de la zone.

Un sondage auprès des employés de la zone économique spéciale produit en 2006 dénonçait le mécontentement des employés concernant leur salaire. Au moment du sondage, les employés de la zone économique spéciale réclamait un salaire minimum d’au moins 800 yuan par mois.

Le salaire minimum de 850 yuan est le plus haut de toute la Chine continentale, suivie par Shanghai avec 840 yuan. Cette hausse du salaire minimum pourra régler une partie du problème de manque de main-d’oeuvre dénoncé par plusieurs compagnies de Shenzhen. Ce problème persistant depuis plusieurs années est entre autres dû au maigre salaire donné par les employeurs.

D’autres rapports publiés dans les dernières années stipulaient que les compagnies à Shenzhen accumulaient davantage de profits que dans la majorité des autres villes de Chine. Un porte-parole du bureau municipal du travail a mentionné que toutes les compagnies de Shenzhen peuvent se permettre cette hausse du salaire. Il ne devrait pas y avoir de délocalisation due à cette hausse.

Publicités